Présentation de l’Inde

Présentation

Données générales

Carte de l'Inde

Présentation du pays

Nom officiel : République de l’Inde
Nature du régime : République fédérale
Chef d’Etat : Ram Nath KovindPrésident de la République (depuis le17 juillet 2017)
Chef du Gouvernement : Narendra Modi, Premier ministre (depuis le 26 mai 2014)

Données géographiques

Superficie : 3 287 263 km² (six fois la France)
Capitale : New Delhi
Villes principales : New Delhi, Bombay, Bangalore, Hyderabad, Ahmedabad, Madras, Calcutta
Langues officielles : Deux langues officielles nationales : anglais et hindi. Vingt-deux langues constitutionnelles : assami, bengali, bodo, dogri, gujerati, hindi, kannada, cachemiri, konkani, maithili, malayalam, manipuri, marathi, nepali, oriya, ourdou, penjabi, sanskrit, santali, sindhi, tamoul, telugu,.
Monnaie : Roupie (1 euro = 75,6 roupies – octobre 2017)
Fête nationale : 26 janvier (anniversaire de la Constitution indienne), 15 août (jour de l’Indépendance)

Données démographiques

Population : 1 324 millions (2016, Banque mondiale)
Densité 445 habitants/km² (2016, Banque mondiale)
Croissance démographique : 1,2% (2016 Banque mondiale)
Taux de mortalité infantile : 35/1000 (2016, Banque mondiale) / 57,2 en 2011
Espérance de vie à la naissance : 68,35 ans (2015, Banque mondiale)
Taux d’alphabétisation : 72,23 % (2015, UNICEF)
Religions : hindouisme (80,5%), islam (13,4%), christianisme (2,3%), sikhisme 1,9%), bouddhisme (0,7%), jaïnisme (0,5%), zoroastrisme, judaïsme
Indice de développement humain : 0,624, 131ème rang mondial (2016, PNUD, à titre de comparaison : Chine 90ème, Pakistan 147ème, Bangladesh 139ème)

Données économiques

PIB : 2 264 milliards de dollars (2016, Banque Mondiale) (3e rang mondial après les États-Unis et la Chine)
PIB par habitant : 1 709 dollars courants (2016, Banque mondiale)
Taux de croissance : 7,1 % (2016, Banque mondiale)
Taux d’inflation : 3.4 % (septembre 2017, DGT) Solde budgétaire : -4,1 % du PIB (2014/2015, FMI/DGT)
Balance commerciale : - 118.4 milliards de dollars (2016, DGT)
Principaux partenaires : Chine, Etats-Unis, EAU, Arabie Saoudite, Allemagne, Singapour, Royaume-Uni (pour 2008/2009 ; France : - 15ème rang)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB : (2015, DGT)
Services : 55,6%
Industrie : 31,8%
Agriculture : 16,1%
Exportations françaises vers l’Inde : 4.57milliards d’euros en 2016 (Direction générale du Trésor)
Importations françaises depuis l’Inde : 5,08 milliards d’euros en 2016 (Direction générale du Trésor)

Pour plus d’informations, consulter le site de la DGT, http://www.tresor.economie.gouv.fr/se/inde/

Présence française

Site internet de l’ambassade – : https://in.ambafrance.org-
Consulats de France : Mumbai (Bombay), Pondichéry, Calcutta et Bangalore
Communauté française en Inde : 9 585 personnes (inscrites au registre des Français établis hors de France au 9 décembre 2016) ; 261 000 Français de passage chaque année. (MAEDI, Centre de Crise, mars 2016)
Communauté indienne en France : 106 000 (ambassade d’Inde en France, novembre 2015)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

L’Inde est un Etat fédéral, qui comprend 29 Etats établis sur des bases essentiellement linguistiques, et sept territoires de l’Union créés pour des raisons politiques ou historiques (Delhi, Pondichéry). C’est une démocratie parlementaire, inspirée du modèle britannique. Sa constitution du 26 janvier 1950 proclame le caractère socialiste et laïc de l’Etat. Le Parlement comprend deux Chambres : la Chambre des Etats (Rajya Sabha, chambre haute) et la Chambre du peuple (Lok Sabha, chambre basse). Le chef de file du parti majoritaire à la Lok Sabha est nommé Premier ministre. Le Président de la République a un rôle essentiellement symbolique.

La vie politique indienne est marquée depuis les années 1990 par l’alternance de deux grands partis. Le Parti du Congrès, fondé en 1885, est la plus ancienne formation politique indienne. Il a dominé la scène politique indienne au moment de l’indépendance et jusque dans les années 1990. Le Bharatiya Janata Party (BJP), fondé en 1980 représente la droite hindoue conservatrice. Il a remporté les élections législatives en 1998 puis en 2014. Enfin, ces dernières années ont été marquées par l’émergence de partis régionaux dans les différents Etats de l’Inde, entraînant un système de gouvernance par coalition.

A l’issue des élections législatives qui se sont déroulées du 7 avril au 12 mai 2014 auxquelles 814 millions de personnes ont été appelées à voter, le candidat du BJP, Narendra Modi, a été élu Premier ministre. Le BJP dispose à lui seul d’une majorité à la Chambre basse, avec 282 sièges sur 553, le seuil étant de 272 élus. Cette majorité est en outre confortée par les résultats de partis régionaux acquis au BJP, le tout formant une coalition de 336 sièges, l’Alliance démocratique nationale (National Democratic Alliance). Le BJP au pouvoir ne dispose en revanche pas de la majorité à la Chambre haute du parlement, dont les membres sont élus par les assemblées locales des Etats fédérés.

Depuis son arrivée au pouvoir, le BJP a remporté la majorité des 16 élections intermédiaires qui ont eu lieu dans les Parlements régionaux. Le succès éclatant du BJP en mars 2017 dans l’Uttar Pradesh, l’Etat le plus peuplé de l’Inde, a constitué un succès personnel pour le Premier ministre et sa politique de modernisation du pays.

Situation économique

Au début des années 1990, l’Inde a amorcé un vaste chantier de réformes économiques, avec la libéralisation et l’ouverture de pans entiers de son économie. Depuis le début des années 2000, le pays connait une croissance soutenue et apparait désormais comme un moteur de la croissance mondiale. Portée par le dynamisme de la consommation intérieure, la croissance indienne s’est établie à 7,1% en 2016-2017, accusant un léger ralentissement (contre 7.3% en 2015-2016) du à la mise en place de réformes structurelles majeures (démonétisation, harmonisation fiscale).

N. Modi a fait de la modernisation économique de l’Inde un des thèmes principaux de l’action gouvernementale, en mettant en place des grands programmes de modernisation, ouverts aux investissements étrangers, tels que Smart Cities, Clean Ganga, Digital India, Skill India ou encore Make in India qui vise à développer le secteur manufacturier. Les flux d’investissements directs à l’étranger (IDE) ont atteint 44,9 milliards de dollars en 2015-2016, soit une augmentation de 27% en 2015-2016.

Des réformes majeures ont également été mises en place pour améliorer l’environnement des affaires en Inde. En novembre 2016, la décision de démonétiser près de 86% de la masse monétaire en circulation a été prise pour lutter contre le blanchiment d’argent. L’entrée en vigueur le 1er juillet 2017 de la réforme de la GST (Good and Services Tax), visant à l’harmonisation fiscale du pays, pourrait apporter à l’Inde des gains annuels équivalents à 2% du PIB par an.

L’Inde doit cependant faire face à plusieurs défis. Le niveau du PIB par habitant demeure faible et, malgré l’émergence rapide d’une classe moyenne dynamique (environ 10% de la population), une large partie de la population vit sous le seuil de pauvreté, dans des conditions sanitaires précaires (en particulier en milieu rural où vivent les deux tiers de la population) : près d’un Indien sur trois vit toujours avec moins de 2 dollars par jour. Le pays doit également faire face à la question de l’emploi, en particulier des jeunes, alors que sa croissance démographique demeure soutenue (selon l’ONU, l’Inde sera le pays le plus peuplé au monde d’ici 2030, avec 1.6 milliards d’habitants).

Par ailleurs, même si le secteur de l’industrie connait une croissance soutenue (+5.9%), l’économie indienne continue d’être basée sur le secteur des services qui représente près de 54,3% de la valeur ajoutée.

Politique étrangère

La priorité affichée de la politique étrangère de New Delhi est la préservation de la stabilité et de la paix régionale pour assurer les conditions de son développement. L’antagonisme entre l’Inde et le Pakistan remonte à la partition inachevée lors de l’indépendance en 1947. Les deux Etats, qui disposent de l’arme nucléaire, se sont depuis affrontés à plusieurs reprises - la dernière fois en 1999, au Cachemire (crise de Kargil). Les relations se sont de nouveau tendues depuis l’été 2016.

La seconde priorité est le développement des relations avec de grands partenaires économiques et technologiques (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, Japon, Chine, ASEAN, Russie).

Narendra Modi s’est également attaché à redynamiser la politique de l’Inde vis-à-vis de ses voisins en mettant l’accent sur l’amélioration de la connectivité régionale, en particulier avec le Bangladesh et Sri Lanka, et de la sécurité maritime dans l’océan Indien.

Enfin, l’Inde joue un rôle croissant dans la gouvernance mondiale au sein d’enceintes multilatérales : Conseil de sécurité des Nations Unies, G20, BRICS. L’Inde, avec l’Allemagne, le Brésil et le Japon au sein du « G4 », brigue un siège permanent au Conseil de Sécurité.

Mise à jour : 02.11.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE