Présentation des Iles Marshall

Partager

Données générales

MARSHALL {JPEG}

Nom officiel : République des Iles Marshall.
Nature du régime : République parlementaire.
Chef de l’Etat et du Gouvernement : Mme Hilda HEINE

Données géographiques

Superficie : 181 km².
ZEE : 1 990 530km².
Capitale : Majuro.
Villes principales : Majuro.
Langues officielles : marshallais, anglais.
Langue courante : marshallais, anglais.
Fête nationale : 1er mai (Constitution Day).

Données démographiques

Population : 58 413 habitants.
Densité : 324,5 hab / km².
Croissance démographique : 0,61 %.
Espérance de vie : 73,6 ans.
Religions : protestants (80,5%) ; catholiques (8,5%).
Indice de développement humain (2017) : 0,708 (107ème rang mondial).

Ambassade de France à Manille, compétente pour les Iles Marshall : https://ph.ambafrance.org/

Politique étrangère

Composées d’archipels coralliens d’une altitude moyenne de deux mètres au-dessus du niveau de la mer, les Iles Marshall ne disposent que de ressources naturelles limitées et sont très vulnérables aux effets du réchauffement climatique (montée des eaux, raréfaction de l’eau douce, érosions côtières). Les licences de pêche accordées aux flottes étrangères et le produit de l’immatriculation des pavillons de complaisance constituent les principales sources de revenus du pays avec l’aide internationale qui représente 70% du PIB, essentiellement en provenance des Etats-Unis.

Sous tutelle des Etats-Unis entre 1947 et 1990 (date de l’indépendance formelle des Marshall), les iles Marshall restent liées à Washington par un « Compact of Free Association » qui prévoit notamment la prise en charge par les autorités américaines de la défense et de la sécurité du pays, ainsi que des aides aux infrastructures marshallaises. Le ministère américain de la Défense dispose également, à travers un accord bilatéral, de l’accès au lagon et de la disposition de certaines îles. L’une des dispositions complémentaires du « Compact » concerne le règlement des plaintes et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires américains dans les îles de Bikini et d’Enewetak (de 1946 à 1958, 67 essais nucléaires ont été effectués par les Etats-Unis). Cette disposition n’empêche pas les Marshall de porter régulièrement la question des essais nucléaires sur la scène internationale.

Taïwan occupe également une place importante dans les relations étrangères marshallaises, apportant une aide financière substantielle ainsi qu’un soutien matériel et une assistance technique dans le secteur de l’agriculture. Le 29 août 2016, un accord sur la pêche a été conclu entre les deux pays, faisant des Iles Marshall le quatrième Etat du Pacifique à signer un pacte de coopération avec Taipei dans ce domaine, après les Iles Salomon, Nauru et les Tuvalu. Enfin, la Présidente de Taïwan a reçu son homologue des Îles Marshall pour une visite officielle destinée à marquer le vingtième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques formelles entre Taipei et Majuro (20 novembre 2018). Cette visite a permis la signature d’un accord d’exemption mutuelle de visa ainsi qu’un accord de coopération sur les patrouilles maritimes.

Le Japon figure parmi les principaux partenaires des Iles Marshall. Les Etats Unis, le Japon et Taiwan disposent d’une représentation diplomatique à Majuro.

Très actives lors de la conférence de Paris en décembre 2015 (COP21), notamment par la voix de leur charismatique ministre des Affaires étrangères d’alors, M. Tony de BRUM (décédé en août 2017), les autorités marshallaises ont contribué, en partenariat avec l’Union européenne, à la création d’un groupe intitulé « High Ambition Coalition » qui rassemble plus de cent pays, dont la France, dans le but de coordonner les politiques, les économies et les transformations technologiques nécessaires pour l’atteinte des objectifs sur le réchauffement climatique. Le Parlement des Iles Marshall a donné son accord fin février 2017 pour être le premier pays à ratifier l’amendement de Kigali au protocole de Montréal, relatif à la protection de la couche d’Ozone.

Les autorités marshallaises sont également très actives auprès de l’Organisation maritime internationale où elles sont à l’origine de la « Coalition pour la haute ambition pour le transport maritime international », un groupe de pays dont la France (qui y consacre également un soutien financier) fait partie et qui milite pour la prise en compte des émissions de gaz à effet de serre générées par les transports maritimes.

Relations avec l’Union européenne

Les Marshall bénéficient d’une enveloppe de 9,2 M EUR au titre du 11ème Fonds européen de développement - auquel la France contribue à hauteur de 17,8% - essentiellement centrés sur le développement des énergies renouvelables.

Mise à jour : 09.19

Informations complémentaires