Données générales

Présentation du pays

Nom officiel : République de Guinée
Nature du régime : République
Chef de l’Etat : Président Alpha Condé

Données géographiques

Superficie : 245 857 km²
Capitale : Conakry
Villes principales : Kindia, Kankan, Nzérékoré, Labé
Langue officielle : Français
Langues courantes : peul, malinké, soussou
Monnaie : Franc guinéen (cours flottant)
Fête nationale : 2 octobre

Données démographiques

Population : 12,4 millions d’habitants (Banque mondiale, 2016)
Densité : 50,4 habitant/km² (Banque mondiale, 2016)
Croissance démographique : 2,5 % par an (Banque mondiale, 2016)
Espérance de vie : 60 ans (Banque mondiale, 2016)
Religion : Islam (85%), christianisme (8%), animisme (7%)
Indice de développement humain : 183 sur 188 (PNUD, 2016)

Données économiques

PIB (2017) : 9,1 milliards $ (FMI)
PIB par habitant (2017) : 702 $ (FMI)
Taux de croissance (2017) : 6,7 % (FMI)
Taux d’inflation (2017) : 8,5 % (FMI)
Balance commerciale (2015) : - 565 M$ (OMC)
Principaux clients (2015) : Ghana, Inde, Emirats Arabes Unis, Espagne, Allemagne
Principaux fournisseurs (2015) : Chine, Pays-Bas, Inde, Belgique, France
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2016, Banque mondiale) :

  • agriculture : 20 %
  • industrie : 37 %
  • services : 43 %

Exportations de la France vers la Guinée (2017) : 171 M€ (Douanes françaises)
Importations françaises depuis la Guinée (2017) : 89,6 M€ (Douanes françaises)

Présence française

Site internet de l’ambassade : www.gn.ambafrance.org
Communauté française : 2.675 inscrits (mai 2018)
Communauté guinéenne en France : 30.000 environ

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Alpha Condé a été réélu dès le premier tour avec 58 % des suffrages, pour un second et dernier mandat, lors de l’élection présidentielle d’octobre 2015.

Les résultats des élections communales et locales, qui se sont déroulées le 4 février 2018, sont contestés par l’opposition, entrainant des manifestations qui ont fait une dizaine de morts.

Les voies de recours légales ont été épuisées et les résultats définitifs publiés par la CENI. Le règlement du litige électoral a été confié au comité de suivi de l’Accord politique du 12 octobre 2016 (entité chargée de veiller à la mise en oeuvre du dernier accord scellé entre le pouvoir et l’opposition), au terme d’une rencontre entre Alpha Condé et le chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, qui a contribué à l’apaisement.

La Guinée demeure par ailleurs en proie à des tensions sociales (grèves récurrentes, en particulier dans le secteur de l’éducation, et débordements de violence dans la région minière de Boké).

Alpha Condé a procédé à un remaniement ministériel et nommé Ibrahima Kassory Fofana au poste de Premier ministre le 21 mai.

Situation économique

Parfois qualifiée de « scandale géologique », la Guinée dispose de richesses hydrographiques immenses (« château d’eau de l’Afrique »), d’un riche potentiel minier (un tiers des réserves mondiales de bauxite, or, diamant, fer, manganèse, zinc, cobalt, nickel, uranium) largement sous exploité.

L’économie guinéenne, frappée de plein fouet par l’épidémie Ebola (2.544 décès sur 3.813 cas recensés entre 2014 et 2016) donne des signaux positifs de reprise. Après deux années de quasi-stagnation du PIB, la croissance a été retrouvée en 2016 (+ 5,2 %) et s’est consolidée en 2017 (+ 6,7 %). Le pays a par ailleurs achevé pour la première fois de son histoire un programme avec le FMI (adoption de la huitième et dernière revue en octobre 2016). Un nouveau programme triennal (2018-2020), portant sur un prêt non concessionnel de 650 M $ dans le cadre de la Facilité élargie de crédit, a été conclu avec le FMI en décembre 2017.

Politique étrangère

Au Mali, la Guinée déploie un bataillon de 871 hommes au sein de la MINUSMA. Elle a perdu 9 soldats depuis le début de l’intervention.

Le président Alpha Condé s’est montré très actif dans le règlement des crises en Guinée-Bissao et en Gambie, grâce aux médiations qu’il a conduites sous l’égide de la CEDEAO.

Alpha Condé a exercé la présidence tournante de l’Union africaine de janvier 2017 à janvier 2018. Il est aussi, depuis 2016, coordonnateur pour les énergies renouvelables en Afrique.

Mise à jour : 07.06.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE