Présentation de la Guinée équatoriale

Présentation

Données générales

Présentation du pays

Nom officiel : République de Guinée équatoriale
Nature du régime : République
Chef de l’Etat : Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, depuis le 3 mars 1979

Données géographiques

Superficie : 28 051 km2
Capitale : Malabo
Villes principales : Malabo, Bata
Langues officielles : Espagnol, Français (depuis 1997) et Portugais (depuis 2011)
Monnaie : Franc CFA (XAF)
Fête nationale : 12 octobre

Données démographiques

Population : 1, 222 M (recensement de 2015)
Densité : 43,56 hab/km2
Croissance démographique : 3,8 % (Banque mondiale 2016)
Espérance de vie : 58 ans (Banque mondiale 2016)
Taux d’alphabétisation : 95,7% (PNUD)
Religions : catholicisme (90%), protestantisme, islam
Indice de développement humain : 0,592 – 135ème sur 188 (PNUD 2016)

Données économiques

PIB 2016 : 10,18 Mds $ US courants (Banque mondiale)
RNB par habitant 2016 : 6550 $ US courants (Banque mondiale)
Croissance : -7,4 % (estimation 2017)
Inflation : 1,7% (estimation 2017)
Importations : 4,09 Mds EUR (estimation 2017. Chiffre BEAC)
Exportation : 3,06 Mds EUR (estimation 2017. Chiffre BEAC)

Exportations de la France vers la Guinée équatoriale (2017) : 29 millions d’Euros

Composition du gouvernement

Premier ministre du gouvernement chargé de la Coordination administrative, M. Francisco Pascual Obama Asue.

Vice-Premier ministre du gouvernement chargé du Secteur politique, de la Démocratie et ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Clemente Engonga Nguema Onguene,

Deuxième vice-Premier ministre du gouvernement chargé des Relations avec le Parlement et des Affaires juridiques, M. Ángel Mesie Mibuy.
Troisième vice-Premier ministre chargé des Droits de l’homme, M. Alfonso Nsue Mokuy.

Ministres

Ministre d’État de la présidence de la République chargé des Missions, M. ALEJANDRO EVUNA OWONO ASANGONO.

Ministre d’État de la présidence de la République chargé de la Sécurité présidentielle, M. ANTONIO MBA NGUEMA MIKUE.

Ministre d’État de la présidence de la République chargé de l’Intégration régionale, M. BALTASAR ENGONGA EDJO.

Ministre d’État chargé de la Sécurité nationale. M. NICOLÁS OBAMA NCHAMA.

Ministre d’État chargé de la Santé et du Bien-être. M. SALOMÓN NGUEMA OWONO.

Ministre de la présidence de la République chargé de la Sécurité extérieure, M. JUAN-ANTONIO BIBANG NCHUCHUMA.

Ministre et secrétaire général de la présidence du gouvernement, M. BALTASAR ESONO EWORO NFONO.

Ministre des affaires étrangères et de la Coopération, M. SIMEÓN OYONO ESONO ANGUE.

Ministre de la Justice, du Culte et des Institutions pénitentiaires, M. SALVADOR ONDO NCUMU.

Ministre de la Défense nationale, M. ALEJANDRO BACALE NCOGO.

Ministre des Finances, de l’Économie et de la Planification, M. LUCAS ABAGA NCHAMA.

Ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieure et des Sports, M. JESÚS ENGONGA NDONG.

Ministre des Travaux publics, du Logement et de l’Urbanisme, M. DIOSDADO NSUE MEDJA.

Ministre du Travail, de la Promotion de l’emploi et de la Sécurité sociale. M. CELESTINO-BONIFACIO BAKALE OBIANG.

Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, des Forêts et de l’Environnement, M. NICOLÁS HOUTONJI ACAPO.

Ministre de la Pêche et des Ressources hydriques, Mme. ADORACIÓN SALAS CHONCO.

Ministre des Mines et des Hydrocarbures, M. GABRIEL MBEGA OBIANG LIMA.

Ministre de l’Industrie et de l’Énergie, M. MIGUEL EKUA ONDO.

Ministre de l’Information, de la Presse et de la Radio, M. EUGENIO NZE OBIANG.

Ministre des Affaires sociales et de l’Égalité des genres, Mme. MARÍA CONSUELO NGUEMA OYANA.

Ministre des Transports, des Postes et des Télécommunications, M. EUCARIO BACALE ANGUE.

Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, M. FAUSTINO NDONG ESONO EYANG.

Ministre du Commerce et de la Promotion des petites et des moyennes entreprises, M. PASTOR MICHA ONDO BILE.

Ministre de l’Aviation civile, M. LEANDRO MICO ANGÜÉ.

Ministre de la Culture, du Tourisme et de la Promotion de l’artisanat, M. RUFINO NDONG ESONO NCHAMA.


Ministres délégués et vice-ministres

Ministre délégué des Affaires étrangères et de la Coopération et des Missions M. BONIFACIO MITOGO EDJANG.

Ministre délégué de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. FIDEL NSUE MICHA.

Ministre délégué de la Justice, du Culte et des Institutions pénitentiaires, M. JUAN OLO MBA NSENG.

Ministre délégué de la Sécurité nationale, M. HERIBERTO MECO MBENGONO.

Ministre déléguée des Finances, de l’Économie et de la Planification, Mme. MONSERRAT AFANG ONDO.

Ministre délégué de l’Agriculture, de l’Élevage, des Forêts et de l’Environnement, M. MIGUEL MBA NSANG MIKUE.

Ministre délégué du Travail, de la Promotion de l’emploi et de la Sécurité sociale, M. ALFREDO MITOGO MITOGO ADA.

Ministre délégué des Travaux publics, du Logement et de l’Urbanisme, M. REINALDO ASU MANGUE.

Ministre délégué des Transports, des Postes et des Télécommunications, M. JOAQUÍN ELEMA BORENGUE.

Ministre délégué du Commerce et de la Promotion des petites et des moyennes entreprises, M. ALBERTO DORIA LAJAY.

Vice-ministre de la présidence de la République chargé des Cérémonies et des Traductions, M. ARMANDO DOUGAN CHAMPION.

Vice-ministre de la Défense nationale, M. VICTORIANO BIBANG NSUE OKOMO.

Vice-ministre des Finances, de l’Économie et de la Planification, M. VALENTÍN ELA MAYE.

Vice-ministre du Commerce et de la Promotion des petites et des moyennes entreprises, M. DOMING0 MBA ESONO.

Vice-ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieure et des Sports, Mme. MARÍA JESÚS NCARA OWONO.

Vice-ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, M. SANTIAGO NSOBEYA BARREIROS.

Vice-ministre de la Santé et du Bien-être social, M. DÁMASO MITOHA ONDO.

Vice-ministre des Travaux publics, du Logement et de l’Urbanisme, M. ENRIQUE OVONO ONDO.

Vice-ministre du Travail, de la Promotion de l’emploi et de la Sécurité sociale, M. MANUEL CRISTÓBAL MORGADES ICHAKA.

Vice-ministre des Affaires sociales et de l’Égalité des genres, Mme. ESPERANZA GERTRUDIS DAVIES EISO.

Vice-ministre des Mines et des Hydrocarbures, M. AGAPITO EDU NDONG.

Vice-ministre de la Pêche et des Ressources hydriques, M. ANDRÉS NDONG MICHA.

Vice-ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, des Forêts et de l’Environnement, M. PEDRO ONDO NGUEMA.

Vice-ministre de l’Industrie et de l’Énergie, M. JOSÉ MARÍA ONDO OYONO.

Vice-ministre de la Culture, du Tourisme et de la Promotion de l’artisanat, M. PRUDENCIO BOTEY SOBOLE.

Vice-ministre des Transports, des Postes et des Télécommunications, M. HIPÓLITO ONDO NVO BELA.

Vice-ministre de l’Aviation civile, M. LUCIANO ESONO BITEGUE.

Vice-ministre de l’Information, de la Presse et de la Radio, M. VIRGILIO SERICHE RILOHA.

Source : http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=126

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://gq.ambafrance.org/
Communauté française : 409 inscrits au registre consulaire (2017)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

L’élection présidentielle du 24 avril 2016 a consacré la réélection du président Obiang avec 93,7% des suffrages. Le candidat Gabriel Nse Obiang Obono du parti Ciudadanos por la innovación (CI), avait vu sa candidature invalidée et le Front de l’Opposition Démocratique (FOD), coalition des principaux partis d’opposition, avait appelé à boycotter ces élections. A l’occasion du remaniement du 21 juin 2016, Teodoro Nguema Obiang Mangue a été nommé par son père vice-président de la République en charge de la défense nationale et de la sécurité d’Etat.
Les élections législatives, sénatoriales et municipales ont eu lieu le 12 novembre 2017 et les résultats ont été rendus publics le 17 novembre. Le parti présidentiel, le PDGE, a remporté 99 des 100 sièges de députés ainsi que la totalité des sièges de sénateurs et des mairies du pays. En février, plusieurs militants du parti CI ont été condamnés par la justice et le parti a été rayé du registre des partis politiques.

Situation économique

Depuis la découverte du champ pétrolier Zafiro en août 1996, l’économie équato-guinéenne dont le PIB a été multiplié par 10 entre 1999 et 2009, est entièrement tournée vers l’exploitation des hydrocarbures qui représentent 86 % du PIB et plus de 99% des exportations. Le BTP est le second secteur de l’économie équato-guinéenne (7,5% du PIB en 2010) ; son activité est largement soutenue par le très fort investissement public dans les infrastructures (routes, équipements urbains, logements, électricité…). L’économie guinéenne est entrée en récession depuis 2013, les taux de croissance ayant atteint -4,1% en 2013, -0,5% en 2014, -7,4% en 2015 et -9,9% en 2016 selon le FMI. Cette dernière est en effet frappée de plein fouet par la baisse des cours et la chute de la production des hydrocarbures. La production de pétrole brut s’est établie à 174 000 barils/jour en 2017.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/Pays/guinee-equatoriale

Politique étrangère

L’intégration de la Guinée équatoriale à son environnement sous-régional francophone est une constante de la politique étrangère équatoguinéene. Elle se manifeste par l’adhésion à diverses organisations : à la zone Franc en 1983, à la Communauté économique et monétaire des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), et à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) la même année, ainsi qu’à la Francophonie en 1989.
La Guinée équatoriale a accueilli les 16 et 17 février 2017 la 13ème session ordinaire des Chefs d’Etat de la CEMAC à Djibloho. En marge de cette conférence, elle s’est engagée, tout comme le Gabon, à appliquer le principe de la libre circulation intégrale au bénéfice de tous les ressortissants de l’espace CEMAC munis d’une pièce d’identité sécurisée.
Depuis le 1er janvier 2018, la Guinée équatoriale occupe un siège de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Mise à jour : 10.04.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE