Relations bilatérales

La France a été le premier pays d’Europe à reconnaitre l’indépendance de la Finlande en janvier 1918. Les contacts politiques franco-finlandais se sont intensifiés après l’entrée de la Finlande dans l’Union européenne. La coopération est particulièrement étroite dans les domaines de sécurité et de défense, de la lutte contre le réchauffement climatique, défendre les droits d’homme et, de nouveau, sur le défi de l’intelligence artificielle (déclaration commune franco-finlandaise sur ce sujet en août 2018).

Visites

Le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu à Helsinki en visite officielle les 29 et 30 août derniers où il s’est entretenu avec le président Niinistö et le premier ministre Sipilä. La dernière visite en France du président de la République finlandais Sauli Niinistö, remonte au 11 novembre 2018, à l’occasion des cérémonies du Centenaire de l’Armistice de 1918 et du Forum de Paris sur la Paix. Auparavant, il a effectué un déplacement à Paris le 10 juillet 2013 où il a été reçu par François Hollande et par le premier ministre Jean-Marc Ayrault Le premier ministre Juha Sipilä est venu à Paris en juin 2016 et a été reçu par le premier ministre Manuel Valls puis le 22 septembre 2017 par le président de la République Emmanuel Macron. Jean-Marc Ayrault s’est rendu en visite bilatérale à Helsinki le 9 décembre 2016 où il a été reçu par son homologue Timo Soini mais également par le président Niinistö. Timo Soini a été reçu à Paris le 5 octobre 2017 par Jean-Yves Le Drian.

Consulter le site de l’ambassade de France en Finlande

Relations économiques

Les liens économiques bilatéraux franco-finlandais sont moins développés que ceux que la France entretient avec d’autres membres de l’UE de taille similaire à la Finlande. La relative fermeture des marchés publics et la concentration des circuits de distribution sont autant de barrières qui, ajoutées à l’étroitesse du marché, rendent la Finlande peu attractive pour les grands groupes français.

La France est le 6e fournisseur de la Finlande et son 9e client. Le montant global des échanges bilatéraux est de l’ordre de 4,1 Mds €. En 2017, le déficit commercial de la France vis-à-vis de la Finlande s’est creusé de -296 M €. Cette dégradation du solde s’explique par des exportations moins dynamiques (+3 %) que les importations (+18 %). Les exportations de produits des industries agroalimentaires, poste excédentaire, ont diminué à nouveau de -5 % en 2017, après s’être contractées de -8 % l’année précédente. Le niveau des exportations de matériels de transport se maintient (697 M €), grâce à la livraison en 2017 de 4 Airbus A350-900 à la compagnie aérienne finlandaise Finnair. La hausse des importations finlandaises s’explique notamment par le dynamisme des ventes de voitures assemblées en Finlande (229 M € contre 68 M € l’année précédente).

En 2015, la France se plaçait au 8e rang des investisseurs étrangers en termes de chiffres d’affaires, au 5e rang en termes d’emplois et au 6e rang en nombre de filiales. Il y a 123 filiales finlandaises en France qui emploient 12 000 personnes et qui ont réalisé un chiffre d’affaires de 3,7 Mds €. En 2015, Alcatel-Lucent a été racheté par Nokia. Parmi les grands papetiers, Stora Enso s’est retiré de France et UPM a réduit sa présence. La France reste un marché important pour Kone (ascenseurs et escaliers mécaniques), Konecranes (grues), Wärtsila (générateurs électriques), Outokumpu (acier), Ensto (systèmes électriques), Huhtamäki (emballages), Metso (mines et carrières) et Valmet (services et technologies pour l’industrie papetière).

Le rachat d’Alcatel a été finalisé en novembre 2016. Nokia s’est engagé à donner à la France un rôle de pilotage des activités de R&D, à recruter 500 nouveaux chercheurs en France et à mettre en place un fonds d’investissement de 100 M€ pour investir dans des start-ups françaises spécialisées dans les nouvelles technologies des réseaux. Nokia compte aujourd’hui 5 500 employés en France, dont 2 000 dans la recherche. Dans le monde Nokia emploie 110 000 personnes.

Plus d’une centaine d’entreprises françaises sont présentes en Finlande, aussi bien des grands groupes tels que Saint-Gobain et Sodexo que des PME comme Smoove.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Dans le domaine des partenariats scientifiques et technologiques, la France et la Finlande sont désormais très proches, la France étant le 5e partenaire scientifique de la Finlande. Outre le PCRDT (programme cadre de recherche et développement technologique de l’UE), notre pays coopère avec des équipes de chercheurs finlandais dans le cadre des actions COST (coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique et technique) et des organismes de recherche européens et internationaux. Notre coopération est particulièrement étroite dans les biotechnologies, nanotechnologies, TIC/robotique forêt/énergie/développement durable.

La coopération universitaire se développe avec la signature d’accords d’échanges d’étudiants et doctorants ainsi que d’enseignants entre Universités françaises et Universités finlandaises. 1 200 étudiants ERASMUS français se rendent en Finlande chaque année, soit le plus important contingent d’étudiants à égalité avec les Allemands.

Sur le plan culturel, la saison finlandaise « 100 % Finlande » en France au printemps 2008 a connu un très grand succès : plus de 500 artistes se sont rendus en France à l’occasion des 270 événements organisés sur l’ensemble du territoire. Dans le cadre des nombreux festivals qui émaillent l’été finlandais, la culture contemporaine française est recherchée et présente (arts visuels, cirque et théâtre, musiques actuelles et urbaines). La France a été l’invitée d’honneur du salon du livre d’octobre 2010 à Helsinki. Cet évènement s’est inscrit dans la série de manifestations organisées à l’occasion de « l’Automne français » (films, expositions, concerts, séminaires), d’août à novembre 2010. La France était également l’invitée d’honneur du salon du livre de Turku en octobre 2014.

Depuis l’année 2016, l’Institut français de Finlande est devenu un partenaire de choix pour les institutions culturelles locales qui veulent construire des projets de grande envergure à l’instar de la première exposition de Niki de Saint Phalle au musée Taidehalli ou encore l’exposition d’Amadeo Modigliani au musée national Ateneum.

L’année 2017 a été une année importante pour la Finlande qui fêtait les cent ans de son indépendance. Dans ce cadre, l’Institut français a co-organisé avec les autorités finlandaises un séminaire sur le devenir du dernier peuple autochtone d’Europe, les Samis (Lapons), au musée du quai Branly en mars, montrant ainsi l’importance que notre pays attache à leurs droits./.

Mise à jour : 15.11.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE