Union européenne – Participation d’Amélie de Montchalin au Conseil des affaires générales (Bruxelles, 21 mai 2019)

Amélie de Montchalin, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères chargée des affaires européennes, a participé mardi 21 mai à la réunion du Conseil des affaires générales à Bruxelles.

Les ministres ont abordé les points suivants :

a) cadre financier pluriannuel 2021-2027

Après des discussions sur la lutte contre le changement climatique et la réponse aux enjeux migratoires au sein du budget de l’UE (CAG du 19 mars), ainsi que sur la politique de cohésion et la politique agricole commune (CAG du 9 avril), les ministres ont échangé, en débat public, sur la dimension extérieure du budget de l’Union.

La Secrétaire d’État a rappelé nos principales priorités, en particulier les priorités géographiques sur l’Afrique et le voisinage Sud, la flexibilité des modalités de gestion, le rôle des États membres dans la gouvernance et le pilotage de ces actions ainsi que la demande d’un objectif de contribution au climat plus élevé.

b) Préparation du Conseil européen des 20 et 21 juin

Les ministres ont discuté des points suivants : i) le prochain cycle institutionnel, avec l’adoption du programme stratégique de l’Union 2019-2024, ii) le cadre financier pluriannuel, iii) le changement climatique, iv) les autres sujets à l’ordre du jour du prochain Conseil européen (semestre européen, lutte contre la désinformation).

La Secrétaire d’État a notamment mis l’accent sur la nécessité pour les chefs d’État ou de gouvernement d’adopter un message ambitieux en juin sur le climat, à travers l’adoption d’une position de l’Union européenne sur l’objectif de neutralité carbone en 2050, dans la perspective du Sommet sur le climat des Nations unies en septembre prochain.

c) La Commission a présenté sa communication sur le renforcement de l’État de droit du 3 avril, qui dresse un état des lieux et identifie des pistes de réflexion pour consolider les instruments de promotion, de prévention et de réponse aux défaillances de l’État de droit dans l’Union ;

d) Enfin, la présidence roumaine et la France ont présenté conjointement les résultats de la réunion ministérielle qui s’est tenue le 3 mai à Paris et qui avait pour objectif, après le drame de l’incendie de Notre-Dame de Paris, de lancer une initiative collective forte pour mieux préserver le patrimoine européen.

PLAN DU SITE