Déclaration conjointe de la Secrétaire d’État française chargée des Affaires européennes et du Ministre estonien des Affaires étrangères (Tallinn, le 1er juillet 2020)

Partager

Alors que l’Europe est confrontée à des défis sans précédent en raison de la pandémie de Covid-19, la France et l’Estonie ont décidé de renforcer leur coopération afin d’aider l’Europe à sortir unie et plus forte de cette crise. À cette fin, Amélie de Montchalin, Secrétaire d’État française chargée des Affaires européennes, s’est rendue à Tallinn le 1er juillet 2020 afin de rencontrer Urmas Reinsalu, ministre estonien des Affaires étrangères, ainsi que Märt Volmer, Sous-secrétaire d’État estonien chargé des Affaires européennes.

Surmonter cette crise ensemble requiert un plan de relance européen ambitieux, fondé sur la solidarité et apportant un soutien aux secteurs et régions les plus touchées. La France et l’Estonie saluent la proposition de la Commission et appellent à un accord rapide, dès juillet, sur le plan de relance et le cadre financier pluriannuel (CFP). Le plan de relance doit comprendre 500 milliards d’euros de dotations budgétaires afin de refléter la nécessaire solidarité et de répondre à l’ampleur des conséquences socio-économiques de la crise. Il doit être cohérent avec nos priorités européennes, en particulier la transition numérique et le Pacte vert européen afin de parvenir à la neutralité carbone en 2050.

Le prochain CFP doit également refléter cette ambition et cette solidarité, afin de contribuer à la relance sans sacrifier nos priorités communes de long terme, telles que la politique agricole commune, ainsi que la politique de cohésion, les programmes contribuant à la défense européenne et les connexions transfrontière favorisant l’intégration du marché unique. Tous les volets du budget doivent être cohérents avec nos priorités européennes et notamment les objectifs climatiques.

L’Union devra tirer toutes les conclusions de cette crise. En particulier, nous devrons renforcer la résilience et la préparation européennes aux crises sanitaires et accroître l’autonomie de l’UE dans les secteurs médicaux, industriels et agricoles clés. Les citoyens devront être étroitement associés à cette réflexion, et c’est pourquoi la France et l’Estonie appellent au lancement officiel de la Conférence sur l’avenir de l’Europe dès que possible.

La France et l’Estonie réaffirment leur engagement commun en faveur du système multilatéral et leur volonté de travailler ensemble en faveur de la sécurité européenne et transatlantique. Nos deux pays coopèrent étroitement sur les questions internationales, notamment dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations unies, au sein duquel l’Estonie occupe actuellement un siège de membre non permanent. Ils contribuent conjointement à la défense de l’espace baltique, notamment dans le cadre de la mission de police du ciel de l’OTAN dans les Etats baltes et de la Présence avancée renforcée de l’OTAN, et sont engagés conjointement au Sahel, notamment dans le cadre de la mission Barkhane et de la Task Force Takuba. Nos deux pays jouent un rôle actif dans l’Initiative européenne d’intervention et continueront à travailler ensemble au renforcement de l’Europe de la défense.

L’Estonie et la France continueront à rechercher des possibilités de coopération avec le voisinage de l’UE. La démocratie, la prospérité et la stabilité dans les pays du voisinage sont notre préoccupation commune. Le Partenariat oriental demeure un instrument essentiel pour promouvoir la démocratie et l’état de droit, renforcer la stabilité et la résilience de ces pays et apporter à leurs citoyens des résultats tangibles. Nous appelons également à un renforcement du volet Sud de la politique de voisinage de l’UE.

La France et l’Estonie réaffirment leur soutien à la perspective européenne des pays des Balkans occidentaux. Nous appelons à la mise en œuvre complète de la nouvelle méthodologie de l’élargissement telle qu’approuvée par le Conseil en mars 2020, et qui vise à permettre un processus d’adhésion à l’UE crédible, fondé sur les réformes fondamentales sur les plans démocratique, économique et de l’état de droit, ainsi que sur une conditionnalité équitable et rigoureuse. Nous attendons également des partenaires des Balkans occidentaux un engagement clair en faveur de la perspective européenne en tant que leur choix stratégique ferme.

La France et l’Estonie coopèrent également étroitement sur les enjeux numériques. Nous appelons à avancer vers la mise en place d’un marché unique numérique qui garantit que la transition numérique profite à tous les acteurs, permet aux entreprises technologiques européennes de se développer et d’évoluer dans l’ensemble du marché commun et renforce l’autonomie technologique européenne. Dans ce contexte, la France et l’Estonie se prononcent en faveur d’une taxation équitable des entreprises numériques. En outre, la France et l’Estonie ont fait des questions de cybersécurité une priorité stratégique aux niveaux multilatéral et européen. Nous avons adopté aujourd’hui une déclaration conjointe afin de renforcer notre coopération dans ce domaine.

Au niveau européen, nous encourageons la Commission à présenter des propositions visant à assurer la protection des démocraties européennes contre les cyberattaques, les ingérences étrangères et les manipulations de l’information.

La France et l’Estonie insistent également sur l’importance de l’Etat de droit en tant que valeur fondamentale sur laquelle repose le projet européen. Nous nous réjouissons de la publication prochaine du nouveau rapport annuel de la Commission et nous travaillerons plus étroitement ensemble sur ce sujet.

Enfin, la France et l’Estonie sont déterminées à à œuvrer pour une relation future approfondie et équilibrée entre l’UE et le Royaume-Uni. Nous réaffirmons notre plein soutien au négociateur de l’Union et au mandat adopté par le Conseil. Dans cette négociation, nos deux pays accordent une attention particulière aux conditions de concurrence équitables, aux droits des citoyens de l’UE présents au Royaume-Uni, à l’accès aux eaux britanniques pour les pêcheurs européens, à une gouvernance solide et à une coopération étroite sur les questions de politique étrangère, de sécurité et de défense, tout en préservant l’autonomie de décision de l’Union.

***
À l’occasion de cette visite, les ministres ont confirmé la volonté de la France et de l’Estonie d’intensifier leur coopération en vue de la réalisation de leurs priorités européennes communes. Dans cette perspective, la France et l’Estonie conviennent de négocier et de conclure un partenariat stratégique, qui donnera un nouvel élan à leurs relations bilatérales et à leur engagement conjoint en faveur d’une Europe plus forte, plus cohésive, plus résiliente, plus plus efficace et qui œuvre pour protéger ses citoyens.

Informations complémentaires