Présentation de l’Espagne

Partager

Présentation du pays

ESPAGNE {JPEG}

Données générales

Nom officiel : Royaume d’Espagne
Nature du régime : Monarchie parlementaire constitutionnelle
Chef de l’État : Felipe VI, Roi d’Espagne
Chef du Gouvernement : Pedro Sanchez (Parti socialiste ouvrier espagnol)

Données géographiques

Superficie : 504.782 km²
Capitale : Madrid (3,2 millions habitants)
Villes principales : Madrid, Barcelone, Valence, Séville, Bilbao
Langue officielle : espagnol. Langues co-officielles à territorialité limitée (la Constitution précise que dans les régions qui le souhaitent, une « langue officielle régionale » peut être reconnue) : basque, catalan, galicien, valencien.
Monnaie : Euro
Fête nationale : 12 octobre (découverte de l’Amérique)

Données démographiques

Population (2019) : 47,1 millions hab.
Densité (2019) : 92 hab./km2
Croissance démographique (2018) : +0,45 % de variation annuelle
Espérance de vie (2019) : 80,3 pour les hommes et 85,7 pour les femmes
Taux d’alphabétisation (2018) : 98 %
Religion (s) : catholiques (80 %), athées ou agnostiques (17 %), autres religions (3 %) (musulmans : 1 000 000 fidèles ; protestants : 150 000 fidèles ; juifs 15 000 fidèles). La constitution proclame le principe de neutralité de l’État vis-à-vis de la religion.
Indice de développement humain : 25e (2019)

Éléments d’actualité

Politique intérieure

En février 2019, la proposition de budget présentée par le président du gouvernement espagnol, M. Pedro Sánchez n’a pas été acceptée par les parlementaires et des élections générales ont été convoquées. En l’absence de majorité au Congrès des députés à l’issue de ces élections, M. Pedro Sanchez n’a pas été en mesure de former un gouvernement. De nouvelles élections législatives anticipées ont donc eu lieu le 10 novembre 2019, que le PSOE a remportées (28 % et 130 députés pour une majorité absolue à 176 sièges), devant le Parti Populaire (20,8 %), le parti d’extrême-droite Vox (15,09 %), Podemos (12,8 %) et Ciudadanos (6,8 %). Le 12 novembre 2019, le PSOE et Podemos sont parvenus à sceller un accord de gouvernement. Avec le soutien de plusieurs partis régionalistes, dont celui du Parti nationaliste basque et l’abstention des députés de la Gauche républicaine de Catalogne, M. Pedro Sanchez a remporté le vote d’investiture à la majorité simple, le 7 janvier, et a pu former, le 13 janvier 2020, un nouveau gouvernement. Le premier exécutif de coalition de l’histoire contemporaine espagnole.

En Catalogne, le Parlement de Catalogne a voté le 27 octobre 2017 une « déclaration unilatérale d’indépendance ». Jugée illégale par le Tribunal constitutionnel, le gouvernement de Mariano Rajoy a aussitôt suspendu l’autonomie régionale catalane par l’activation inédite de l’article 155 de la Constitution. Les élections régionales du 21 décembre 2017 ont confirmé la majorité absolue des différents partis indépendantistes (70 des 135 sièges au Parlement de Barcelone et 47,5 % des voix), malgré la percée de Ciudadanos (36 sièges). Le 2 juin 2018, l’entrée en fonctions d’un gouvernement catalan, présidé par Quim Torra et ne comprenant pas de personnalités inculpées ou condamnées par la justice espagnole, a entraîné la fin de la suspension de l’autonomie de la Catalogne.

Le 28 septembre 2020, à la suite de la décision du Tribunal suprême espagnol sur son inéligibilité pour non-respect des consignes de la Commission électorale espagnole lors des élections de 2019, le président de la Généralité de Catalogne, Quim Torra a quitté ses fonctions. De nouvelles élections régionales ont été organisées le 14 février 2021. Le Parti socialiste catalan y est arrivé en tête, avec 23,04% mais sans majorité pour gouverner et pour la première fois, le camp indépendantiste a atteint la majorité en voix et en sièges (51% des voix et 74 des 168 sièges du Parlement). Arrivée seconde (21,30 %), derrière le Parti Socialiste Catalan et devançant d’une courte tête le parti de la droite indépendantiste (JxCat - Ensemble pour la Catalogne, 20,04%), la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) a réussi à former un accord de gouvernement le 21 mai 2021 avec JxCat, où Père Aragones (ERC) a pris la tête de l’exécutif régional et JxCat la présidence du Parlement local.

La France a rappelé avec constance son attachement au respect du cadre constitutionnel espagnol et sa confiance dans l’État de droit et la démocratie espagnole.

Politique étrangère

La politique étrangère espagnole est traditionnellement européenne et atlantiste, avec un tropisme méditerranéen et latino-américain.

Amérique latine

L’Espagne entretient d’importants liens historiques humains, culturels, politiques, économiques et linguistiques avec l’espace latino-américain, qui justifient notamment l’existence d’un secrétariat d’État dédié à cette région au sein du ministère des Affaires étrangères espagnol. « Pont entre l’Europe et l’Amérique latine », l’Espagne cherche notamment à s’appuyer sur des partenaires de poids comme le Mexique et le Brésil. L’Espagne, le Portugal et les pays latino-américains se réunissent régulièrement lors de Sommets ibéro-américains.

Relations avec l’Union européenne

Nombre de députés au Parlement européen : 58/705 (+4 depuis la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne)
Commissaire européen : Josep Borrell Fontelles, haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Vice-Président pour une Europe plus forte dans le monde.

L’Espagne est un pays profondément pro-européen et fêtera en 2021 les 35 ans de son adhésion à la Communauté européenne (en 1986).

L’appartenance à l’Union coïncide avec une transformation économique et politique profonde de l’Espagne qui a donné, ces dernières années, la priorité à la résolution de la crise de la zone euro, à l’approfondissement de l’Union économique et monétaire et à une politique d’investissements européens ambitieuse.

L’Espagne partage par ailleurs nos ambitions pour l’Europe de la défense, notamment à travers une contribution significative à la politique européenne de sécurité et de défense commune (PSDC) sur ses volets civils et militaires, dans la lutte contre la piraterie en Somalie, puis en apportant du personnel et du matériel aux missions de l’Union européenne au Sahel, au Mali, en République centrafricaine, et au Proche et Moyen Orient.

Nations unies

L’Espagne est membre des Nations unies depuis le 14 décembre 1955. Elle a été élue en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies à cinq reprises, dont la dernière fois pour le biennum 2015-2016. Le 1er janvier 2018, l’Espagne a entamé un mandat de membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui s’est achevé fin 2020.

L’Espagne est le onzième contributeur au budget général des Nations unies.

Situation économique

PIB 2019 : 1,245 Md€ (provisoire, Eurostat)
PIB par habitant (2019) : 26 440 € (provisoire, Eurostat)
Croissance (2019) : 2 % (moyenne zone euro : 1,2%)
Chômage (2019) : 14 %
Inflation (2019) : 0,6 %
Déficit public (2019) : -2,8 % du PIB
Dette publique (2019) : 95,5 % du PIB
Balance commerciale (2018) : - 33,8 Mds d’euros.
Principaux clients (2018) : France (15,1 %), Allemagne (10,8 %), Italie (8 %), Portugal (7,4 %), Royaume-Uni (6,7 %)
Principaux fournisseurs (2018) : Allemagne (12,6 %), France (10,8 %), Chine (8,4 %), Italie (6,6 %), États-Unis (4,1 %)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2017) :

  • agriculture et pêche : 2,69%
  • industrie, énergie : 21,87%
  • services : 66,11 %
    Exportations françaises vers l’Espagne (2019) : 37,1 milliards
    Importations françaises depuis l’Espagne (2019) : 36,9 milliards d’euros
    Solde commercial français 2019 : +191 M€
    Le stock d’investissements français dans le pays s’élève à 48 Mds€ en 2019 (+24 % par rapport à 2014)
    511 VIE étaient employés dans 163 entreprises différentes en mai 2020

Fiche repères économiques de la Direction de la Diplomatie économique du MEAE.

Page pays de la Direction générale du Trésor

Après un épisode récessif de 4 ans (2009-2013), au cours duquel le Produit Intérieur Brut (PIB) espagnol s’est contracté de 8,9 % en volume, l’Espagne a retrouvé le chemin de la croissance en 2014 avec des taux supérieurs à 3 % et cela jusqu’en 2017. La croissance a ralenti en 2018 (+2,6 %) et 2019 (+2 %), mais le différentiel par rapport à la zone euro (+1,9 %) demeurait nettement favorable à l’Espagne.

Dans le contexte de la crise sanitaire, le gouvernement espagnol a annoncé au premier semestre 2020 diverses mesures de soutien de l’économie pour près de 200 milliards d’euros. Le plan de relance européen, acté lors du Conseil européen des 17-21 juillet 2020, allouera par ailleurs 140 milliards d’euros à l’Espagne pour contribuer à la redynamisation de son économie.

Mise à jour : 12.08.21

Informations complémentaires