Égypte - Q&R - Extrait du point de presse (22.01.19)

Q - A l’automne 2017, le président Macron avait remis une liste d’une dizaine de prisonniers politiques égyptiens au président Abdel Fattah al Sissi afin de plaider pour leur libération. Depuis la réélection du président en 2018, 15 journalistes ainsi que près de 40 avocats et militants des droits de l’Homme (selon HRW) ont été arrêtés. Des personnes ont-elles été enlevées de la liste de 2017 car libérées ? Si oui, combien ? Une nouvelle liste allongée sera-t-elle remise au Président égyptien lors de sa rencontre avec M. Macron ?

R - Nous avons un dialogue franc et régulier avec l’Égypte sur la question des droits de l’Homme.
Nous voulons continuer à échanger sur ce sujet, y compris sur des cas individuels, en vue d’obtenir des résultats et en rappelant aux autorités égyptiennes que ce dialogue sur les droits de l’Homme est une partie intégrante de notre partenariat stratégique.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE