Tribune de François Zimeray, ambassadeur de France au Danemark, dans le quotidien danois Information (20 mars 2018)

Le Danemark et la francophonie ?

Le Danemark et la francophonie ? Au premier abord, le rapprochement peut paraître audacieux.

Lorsque j’ai été nommé Ambassadeur au Danemark, je me souviens de l’une de mes premières rencontres avec un officiel danois qui m’avait dit « vous verrez, inutile d’apprendre notre langue ici tout le monde parle anglais ». J’ai effectivement pu, depuis lors, vérifier la formidable capacité des Danois à s’exprimer en anglais.

La triste disparition du prince Henri de Danemark qui s’est, comme vous le savez, beaucoup investi pour rapprocher les cultures danoise et française et à qui je souhaite à nouveau rendre hommage, me conduit toutefois aujourd’hui à voir les choses autrement. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Pour un pays comme le Danemark, qui nourrit des ambitions mondiales, la langue française est un atout pour l’avenir.

C’est une évidence que le Danemark a parfaitement réussi dans la mondialisation. Vous êtes sur toutes les mers et vos produits sont appréciés sur les cinq continents.

Précisément, le monde compte aujourd’hui 274 millions de personnes qui parlent le français. Ils pourraient être 750 millions en 2060.

Savez-vous que le français est la troisième langue des affaires ? la deuxième langue d’informations internationales dans les médias ? la quatrième langue d’Internet ? Savez-vous qu’elle est la deuxième langue la plus apprise dans le monde et que cet apprentissage progresse fortement notamment en Chine, en Corée mais également en Afrique anglophone, comme au Ghana ou au Nigeria ?

Regard singulier

Mais la francophonie c’est surtout un regard singulier et une langue qui porte des valeurs. J’ai toujours été frappé par la proximité de mentalité entre les Danois les Français. Voulant être compris largement, je me suis souvent exprimé, un peu en danois, beaucoup en anglais et je dois confesser aujourd’hui que je regrette de ne pas avoir assez fait entendre notre langue à ces nombreux Danois qui ont fait l’effort de l’apprendre et qui l’aiment.

Loin d’être une langue tournée vers le passé et centrée sur la France, le français est aujourd’hui une ouverture supplémentaire sur le monde. C’est pour cela que le président Macron souhaite donner une forte impulsion, ce jour, proclamé journée internationale de la francophonie, en présentant un grand plan pour la langue française.

Le Danemark vient d’adopter une stratégie de langue et c’est une chose formidable tant ce serait une perte pour le pays de ne pas inciter les nouvelles générations à s’ouvrir vers d’autres langues européennes. C’est dans cet esprit que les ministres français et danois de l’éducation, Merette Riisager et Jean-Michel Blanquer ont récemment signé un accord pour développer l’enseignement du français au Danemark.

Je suis très reconnaissant au journal Information d’avoir accepté de publier cette tribune en français. C’est un acte courageux, audacieux et très créatif qui nous touche beaucoup. Cela nous rappelle que nos pays ne sont pas simplement amis mais que nous appartenons à une même civilisation : les écrivains et artistes danois sont fort appréciés en France ; la culture française est très présente dans les esprits danois.

La francophonie est aujourd’hui une communauté, en expansion, de 84 pays sur les cinq continents, réunis au sein de l’Organisation internationale de la francophonie. Ces Etats ont bien sûr pour point commun de partager une ambition particulière pour la langue française mais aussi de développer de nombreuses coopérations, entre Etats, parlements, villes ou universités, afin de promouvoir la paix, la démocratie, les droits de l’Homme, l’éducation ou encore le développement durable.

Pourquoi le Danemark, si engagé dans les affaires du monde, ne se rapprocherait-il pas davantage de cet espace francophone et de ses perspectives porteuses d’avenir ? Il me semble que ce serait une idée formidable.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE