Relations bilatérales

Partager

Relations politiques

La France et Cuba ont tissé, tout au long de leur histoire commune, des relations d’amitié et de coopération, qui ont été relancées depuis 2012 par des rencontres politiques au plus haut niveau. La visite du président de la République François Hollande à Cuba en mai 2015 et la visite du président Raul Castro à Paris en février 2016 ont revêtu un caractère historique, puisqu’aucun chef d’État français et cubain n’avait jusqu’alors effectué un tel déplacement officiel. François Hollande est aussi le premier dirigeant occidental, depuis l’Espagnol Felipe González en 1986, à se rendre à Cuba.

Ces visites ont permis d’impulser une nouvelle dynamique à nos relations bilatérales.

Celle-ci s’est notamment concrétisée par la restructuration de la dette cubaine vis-à-vis de la France, la signature d’une feuille de route économique conjointe ciblant un certain nombre de secteurs prioritaire (le tourisme, l’énergie, les infrastructures, la santé, les transports et l’agroalimentaire), l’ouverture à Cuba d’un bureau de l’Agence française de développement, et le développement d’une coopération universitaire et scientifique ambitieuse. La France a noué un partenariat renforcé avec Cuba et occupe, au sein de l’Union européenne, une place singulière dans la relation avec l’île tout en maintenant un dialogue franc, notamment concernant les questions de droits de l’Homme.

Présence française

Site internet de l’ambassade : www.ambafrance-cu.org
Consulat de France : section consulaire de l’ambassade de France à La Havane
Communauté française à Cuba : 1204 inscrits en 2021
Communauté cubaine en France : 2 800 prs

Visites

Déplacements récents de personnalités françaises à Cuba :

  • M. Jean-Baptiste LEMOYNE, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, 21 décembre 2018
    M. Jean-Yves le DRIAN, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, 28 et 29 juillet 2018
  • Mme Ségolène ROYAL, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, et M. Jean-Pierre BEL pour les funérailles de Fidel Castro, du 29 novembre au 4 décembre 2016
  • M. Matthias FEKL et M. Jean-Pierre BEL du 24 au 27 octobre 2016
  • M. Alain VIDALIES, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, du 29 juin au 2 juillet 2016
  • M. Matthias FEKL, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, du 5 au 7 novembre 2015 pour la Foire internationale de La Havane

Visites de personnalités cubaines en France :

  • M. Gerardo Peñalver Portal, premier vice-ministre des Relations extérieures, du 23 au 26 mars 2022 ;
  • M. Rodrigo MALMIERCA, ministre du commerce extérieur et des investissements étrangers, du 12 au 18 décembre 2021
  • M. Ricardo CABRISAS RUIZ, vice-Premier ministre, du 7 au 14 juin 2021
  • M. Bruno RODRIGUEZ PARILLA, ministre des relations extérieures, du 26 au 27 février 2020
  • M. Ricardo CABRISAS RUIZ, vice-Premier ministre, du 14 au 17 janvier 2020
  • M. Rodrigo MALMIERCA, ministre du commerce extérieur et des investissements étrangers, du 5 au 7 décembre 2019
  • M. Ricardo CABRISAS RUIZ, vice-président du Conseil des ministres, chargé des Questions économiques et financières, du 21 au 23 janvier 2019
  • M. Miguel DIAZ-CANEL, président du Conseil d’État et président du Conseil des ministres, 31 octobre 2018
  • M. Bruno RODRIGUEZ PARRILLA, ministre des Relations extérieures, mai 2018
  • M. Rodrigo MALMIERCA, décembre 2017
  • Mme Elba Rosa PEREZ MONTOYA, ministre de la Science, de la Technologie et de l’Environnement de Cuba, novembre et décembre 2017
  • M. Rodrigo MALMIERCA, octobre 2017
  • M. Rodrigo MALMIERCA, ministre du commerce extérieur, de l’investissement étranger et de la coopération, mai 2016
  • Le président Raul CASTRO pour une visite d’État, du 30 janvier au 3 février 2016

Relations économiques

Cuba est la première économie de la Caraïbe (PIB nominal officiel de 100 Mds en 2018). En dépit de l’embargo américain qui touche l’île depuis 1962, le pays est parvenu à atteindre un haut niveau de développement (IDH de 0,783, classé 70ème selon le PNUD en 2019). Malgré une ouverture économique encore limitée, le modèle économique cubain est particulièrement dépendant de l’extérieur : sa faible production nationale dans des secteurs stratégiques comme l’agro-alimentaire et l’énergie contraint le pays à importer pour répondre à la demande intérieure (à hauteur de 70% pour l’agro-alimentaire). Ces importations sont financées par quelques secteurs-clés : prestations de services de santé à l’export, tourisme, mines et des transferts de migrants (remesas). Cuba manque actuellement de devises afin de financer ses importations incompressibles, le tourisme n’ayant pas retrouvé son niveau pré-pandémie et les remesas étant toujours entravées par les sanctions américaines.

Nos échanges commerciaux bilatéraux avec Cuba demeurent modestes et diminuent depuis 2019 mettant fin à la tendance à la hausse amorcée en 2016.

Ils sont passés de 189 M€ à 129 M€, soit une baisse de 31,6% entre 2019 et 2020, principalement liée à la baisse des exportations françaises vers l’île (-31,3%). Le solde commercial est toujours largement favorable à la France, à hauteur de 97,9 M€. Les ventes de blé représentent près de 50% des exportations françaises vers Cuba (la quasi-totalité du blé transformé dans les moulins cubains est d’origine française). Les importations françaises depuis Cuba se concentrent sur les langoustes, l’or, le rhum (principalement de la marque Havana Club du groupe Pernod Ricard), les cigares et le miel.

L’existence d’instruments financiers d’accompagnement de notre action joue un rôle déterminant pour soutenir le développement de ces échanges bilatéraux, qu’il s’agisse du Fonds de contrevaleur (conversion de créances cubaines en projets de développement pour un montant 215 M €), de l’assurance-crédit de court terme (plafond d’encours de 90 M €, renouvelée jusqu’en 2025) et de moyen et long terme (plafond d’encours de 150 M €, pas encore opérationnelle), des financements FASEP (Fonds d’études et d’aide au secteur privé) ou des actions de l’AFD, alors que le secteur bancaire français continue de refuser d’intervenir à Cuba en raison de craintes au regard d’effets extraterritoriaux de l’embargo américain.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Une déclaration conjointe sur la reprise de la coopération bilatérale a été signée à La Havane le 30 novembre 2010. Les principaux axes de cette coopération sont :

  • l’enseignement et la diffusion de la langue française, qui s’appuient principalement sur les deux Alliances françaises à La Havane et Santiago, seuls centres culturels étrangers autorisés, et particulièrement fréquentées (11 000 élèves dans la capitale avant la pandémie) ;
  • les formations supérieures et la recherche, dont les secteurs des biotechnologies, de l’agronomie, de l’environnement, de la médecine, des sciences exactes et de l’ingénierie. Un partenariat Hubert Curien a été mis en place en janvier 2017 pour la relance de notre coopération universitaire et scientifique et plusieurs projets FSPI (fonds de solidarité pour les projets innovants) dans le domaine des maladies vectorielles ou encore de l’innovation et de la recherche verte ;
  • la coopération artistique et culturelle, avec notamment le festival annuel de cinéma français, qui rassemble jusqu’à 20 000 spectateurs. Un projet FSPI lancé en 2022 vise à soutenir le cinéma cubain. Un « mois de la culture française » est organisé chaque année en mai.

Relations avec l’Union européenne

L’Union européenne et Cuba ont signé le 12 décembre 2016, à Bruxelles, un accord de dialogue politique et de coopération (ADPC), qui couvre l’ensemble des sujets d’intérêt commun : droits de l’Homme, lutte contre la corruption, bonne gouvernance, et dérèglement climatique. L’accord est appliqué, à titre provisoire, depuis le 1er novembre 2017, pour tous les domaines qui relèvent de la compétence exclusive de l’UE. La Lituanie est le seul état-membre à ne pas avoir encore ratifié cet accord mais la plupart de ses dispositions sont déjà entrées en vigueur notamment avec la mise en place des dialogues politiques thématiques, y compris sur les droits de l’Homme dont le troisième cycle s’est tenu en 2021.

Mise à jour : 04.07.22

Informations complémentaires