Relations bilatérales

Relations politiques

La France et Cuba ont tissé, tout au long de leur histoire commune, des relations d’amitié et de coopération, qui ont été relancées depuis 2012 par des rencontres politiques au plus haut niveau. La visite du président de la République François Hollande à Cuba en mai 2015 et la visite du président Raúl Castro à Paris en février 2016 ont revêtu un caractère historique, puisqu’aucun chef d’État français et cubain n’avait jusqu’alors effectué un tel déplacement officiel.

Ces visites ont permis d’impulser une nouvelle dynamique à nos relations bilatérales. Celle-ci s’est notamment concrétisée par la restructuration de la dette cubaine vis-à-vis de la France, la signature d’une feuille de route économique conjointe ciblant un certain nombre de secteurs prioritaire (le tourisme, l’énergie, les infrastructures, la santé, les transports et l’agroalimentaire), l’ouverture à Cuba d’un bureau de l’Agence française de développement à Cuba, et le développement d’une coopération universitaire et scientifique ambitieuse.

Visites

Déplacements récents de personnalités françaises à Cuba :

  • François Hollande, président de la République, du 10 au 12 mai 2015, pour le premier déplacement d’un chef de l’État français à Cuba. Il était accompagné de sept ministres, de plusieurs parlementaires, de nombreux chefs d’entreprises et d’intellectuels.
  • Jean-Pierre Bel, envoyé personnel du président de la République pour l’Amérique latine et les Caraïbes, du 5 au 7 octobre 2015
  • Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, du 5 au 7 novembre 2015 pour la Foire internationale de La Havane
  • Alain Vidalies, secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, du 29 juin au 2 juillet 2016
  • Matthias Fekl et Jean-Pierre Bel du 24 au 27 octobre 2016
  • Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, et Jean-Pierre Bel pour les funérailles de Fidel Castro, du 29 novembre au 4 décembre 2016
  • Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, 28 et 29 juillet 2018
  • Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, 21 décembre 2018

Visites de personnalités cubaines en France :

  • Le président Raúl Castro pour une visite d’État, du 30 janvier au 3 février 2016
  • Rodrigo Malmierca, ministre du Commerce extérieur, de l’Investissement étranger et de la Coopération, mai 2016
  • Rodrigo Malmierca, octobre 2017
  • Elba Rosa Perez Montoya, ministre de la Science, de la Technologie et de l’Environnement, novembre et décembre 2017
  • Rodrigo Malmierca, décembre 2017
  • Bruno Rodriguez Parrilla, ministre des Relations extérieures, mai 2018
  • Miguel Diaz-Canel, président du Conseil d’État et président du Conseil des ministres, 31 octobre 2018
  • Ricardo Cabrisas Ruiz, vice-président du Conseil des Ministres, chargé des Questions économiques et financières, du 21 au 23 janvier 2019

Relations économiques

Première économie de la Caraïbe (PIB nominal officiel de 77 Mds en 2013, probablement surévalué d’environ 10 %), avec un niveau de développement honorable compte tenu de l’embargo américain qui limite son accès aux financements, Cuba reste dépendant de son excédent commercial, assis sur quelques secteurs clés (santé, biotechnologies, tourisme, mines), et des transferts de migrants. Les besoins en devises sont importants et difficiles à satisfaire et la croissance économique ralentit sensiblement depuis 2013. Avec un niveau d’investissement très faible (8 à 10 % du PIB pour un besoin de l’ordre de 25 %), le gouvernement est contraint d’accélérer la mise en œuvre de délicates réformes structurelles pour établir sa crédibilité au niveau international et restaurer son attractivité : unification monétaire, loi sur les investissements étrangers, zone spéciale de développement de Mariel.

Nos échanges bilatéraux avec Cuba demeurent modestes, même si après une baisse de 10 % de nos échanges commerciaux bilatéraux en 2016, les échanges se sont clairement redressés en 2017 : le commerce bilatéral a crû de 33 % par rapport à 2016, passant de 155,9 M € à 208,3 M €, avec une amélioration substantielle de notre excédent commercial bilatéral qui s’est élevé à 138,8 M €, contre 101,6 M € sur la même période de l’année passée, soit une augmentation de 36,6 %.

L’existence d’instruments financiers d’accompagnement de notre action jouent un rôle déterminant pour soutenir le développement de ces échanges bilatéraux, qu’il s’agisse du Fonds de contrevaleur (conversion de créances cubaines en projets de développement pour un montant 212 M €), de la réouverture d’assurance-crédits ou de l’intervention de l’AFD, alors que le secteur bancaire français continue de refuser d’intervenir à Cuba en raison de craintes au regard d’effets extraterritoriaux de l’embargo américain.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Une déclaration conjointe sur la reprise de la coopération bilatérale a été signée à La Havane le 30 novembre 2010. Les principaux axes de cette coopération sont :

  • l’enseignement et la diffusion de la langue française, qui s’appuient principalement sur les deux Alliances françaises à La Havane et Santiago, seuls centres culturels étrangers autorisés, et particulièrement fréquentées (11 000 élèves dans la capitale). Les autorités cubaines ont mis à disposition de la France un magnifique bâtiment, le « Palacio Gomez », qui est le nouveau siège de l’Alliance française à La Havane. Il a été inauguré le 11 mai 2015 par le Président de la République ;
  • les formations supérieures et la recherche, dont les secteurs des biotechnologies, de l’agronomie, de l’environnement, de la médecine, des sciences exactes et de l’ingénierie. Un partenariat Hubert Curien a été mis en place en janvier 2017 pour la relance de notre coopération universitaire et scientifique et deux projets FSPI (fonds de solidarité pour les projets innovants) pour le renforcement de filières d’enseignement techniques et de la francophonie ont été validés en février 2019 ;
  • la coopération artistique et culturelle, avec notamment le festival annuel de cinéma français, qui rassemble jusqu’à 200 000 spectateurs. Un « mois de la culture française » est organisé chaque année en mai.

Mise à jour : 20.08.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE