République du Congo - Q&R (1er octobre 2018)

Q : Des opposants congolais réfugiés à Paris disent recevoir régulièrement des menaces liées à leurs activités militantes et estiment que les autorités françaises ne prennent pas assez leurs craintes en compte - par exemple en mettant en place des mesures de protection - au nom de la préservation de leurs relations avec le président Sassou Nguesso. Ces inquiétudes ont été renforcées par l’agression de l’un d’entre eux en mai dernier et l’annonce de l’interpellation à Lyon de deux anciens agents des services extérieurs français, soupçonnés de projeter l’assassinat d’un opposant congolais en France. Quelle est la réponse du quai d’Orsay à ces critiques ?

R : Je vous invite à interroger les services du ministère de l’intérieur.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE