Relations avec l’Union européenne

Présentation

La Bulgarie fait depuis 1989 de son intégration à l’espace euro-atlantique une priorité constante de sa politique étrangère. Elle est entrée dans l’Union européenne le 1er janvier 2007, mais reste à ce stade en dehors de l’espace Schengen et de la zone euro. Elle demeure encore l’Etat membre le plus pauvre de l’Union. Elle assurera pour la première fois la présidence du Conseil de l’Union européenne au 1er semestre 2018.

Présence dans les institutions européennes : Mariya Gabriel est commissaire pour l’économie et la société numériques. La Bulgarie dispose de 17 députés au Parlement européen.

Avenir de l’UE : La Bulgarie souhaite une relance du projet européen sur le fondement des traités et un approfondissement de l’intégration européenne. Elle est réticente à une Europe à plusieurs vitesses, au sein de laquelle elle craint d’être marginalisée, et reste attachée à la politique de cohésion.

Brexit : La Bulgarie regrette le Brexit, tout en respectant la décision britannique. Elle souhaite le maintien de liens aussi étroits que possible entre l’UE à 27 et le Royaume-Uni et reste très attentive aux conséquences budgétaires du Brexit (crainte d’une baisse des fonds structurels notamment).

Défense européenne : Malgré des moyens limités, Sofia fait preuve d’ouverture en faveur de la PSDC (forte participation à EULEX Kossovo, mais aussi à EUMM Géorgie, EUFOR Althéa, EUAM Ukraine, EUTM Mali et – avec des effectifs réduits – à EUNAVFOR Atalante, EUNAVFOR Sophia et EUPOL COPPS). Elle souhaite un développement de l’Europe de la Défense complémentaire avec l’OTAN et a notifié son intention de participer à la CSP.

Réfugiés : Confrontée dès 2013 à une pression migratoire en hausse, la Bulgarie est parvenue à rester hors de la « route des Balkans » pendant la crise de 2015, grâce au renforcement de son dispositif de contrôle des frontières et à une coopération efficace avec la Turquie. Elle plaide pour une plus grande solidarité européenne sur ce dossier (notamment par une réforme du règlement de Dublin) et s’est engagée au Conseil JAI de septembre 2015 à accueillir 1 352 personnes au titre des relocalisations et réinstallations (29 l’avaient effectivement été à la mi-avril 2017, en provenance de Grèce). Le nouveau corps européen des garde-frontières et garde-côtes a été symboliquement inauguré en octobre 2016 en Bulgarie, qui avait obtenu quelques semaines plus tôt une aide de l’UE et un renfort de l’agence Frontex.

Politique régionale : Pour la période 2014-2020, la Bulgarie bénéficie de 9,9 Mds € de fonds européens (env. 1.380 € par habitant), dont 7,4 Mds € au titre des fonds structurels et de cohésion et 2,5 Mds € au titre de la PAC. L’impact de ces fonds est important pour la croissance économique du pays et le développement de ses infrastructures. Avec un taux d’absorption de 95% de son enveloppe 2007-2013 relevé fin 2016, la Bulgarie a réduit son retard par rapport aux autres Etats membres (elle n’était qu’à 50% d’absorption fin 2013). Elle se situe désormais légèrement au-dessus de la moyenne européenne, en termes de crédits consommés et engagés sur l’enveloppe 2014-2020.

Travailleurs détachés : La Bulgarie a voté en faveur de la révision de la directive de 1996 sur le détachement des travailleurs lors du Conseil EPSCO du 23 octobre 2017.

Climat : Le parlement bulgare a ratifié l’accord de Paris le 21 octobre 2016.

Energie : Sofia est favorable à l’Union pour l’énergie. Elle a regretté l’abandon du projet South Stream, fin 2014, par la Russie. M. Borissov plaide depuis pour un projet alternatif de « hub gazier » bulgare et sollicite le soutien de l’UE dans ce cadre.

Euro : La Bulgarie se fixe pour objectif d’adopter à terme la monnaie unique, mais doit rejoindre au préalable le mécanisme de taux de change européen (MCE II).

MCV : La Bulgarie (comme la Roumanie) a été soumise, lors de son adhésion à l’UE, au mécanisme de coopération et de vérification (MCV), mis en place pour l’aider à progresser dans trois domaines prioritaires (réforme judiciaire ; lutte contre la corruption ; lutte contre le crime organisé). Dans ce cadre, la Commission européenne rend des rapports annuels, dont le dernier en date, publié le 15 novembre 2017, insiste sur l’importance de mettre en œuvre de manière irréversible 17 recommandations concrètes pour envisager une levée à terme du mécanisme.

Schengen : L’entrée dans l’espace Schengen demeure un objectif central de la Bulgarie. En juin 2011, le Conseil a adopté des conclusions relevant un niveau de préparation de Sofia et Bucarest suffisant sur le plan technique, mais il n’y a pas eu d’unanimité des Etats membres en vue de l’adhésion des deux pays. L’examen de la question a été renvoyé à une date ultérieure lors du Conseil JAI de décembre 2013.

Mise à jour : 05.12.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE