Q&R - Extrait du point de presse (8 novembre 2017)

Q – Est-ce-que la France est favorable à des sanctions additionnelles contre les militaires birmans après la déclaration du Conseil de sécurité ?

R – Dans la continuité du conseil affaires étrangères du 16 octobre et de la déclaration présidentielle adoptée par le Conseil de sécurité le 6 novembre, nous poursuivons la réflexion avec nos partenaires européens sur d’éventuelles mesures restrictives à l’encontre des forces armées birmanes.

Nous soutenons l’engagement du gouvernement civil birman à organiser, en lien avec les Nations unies, le retour volontaire des réfugiés et une assistance humanitaire sûre et sans entrave. Nous réitérons notre soutien à la transition démocratique birmane menée par Aung San Suu Kyi.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE