Relations bilatérales

Relations politiques

Bahreïn se tourne de plus en plus vers la France, dans une logique de diversification de ses partenariats. Les chefs d’Etat avaient posé en 2012 les bases d’un Haut comité de coordination, instance d’approfondissement de la relation bilatérale, qui s’est réunie en novembre 2013 et novembre 2015. La dernière session s’est tenue le 20 mars 2018 et a permis d’avancer sur les projets de coopération communs.

La France suit avec attention la situation des droits de l’homme au Bahreïn, notamment celle des opposants politiques. Elle aborde le sujet lors des rencontres bilatérales avec les autorités bahreïniennes.

Visites

Le Président Sarkozy s’était rendu en visite officielle à Manama, le 11 février 2009. Il s’agissait du premier déplacement d’un Président français à Bahreïn depuis 1990. Le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, M. Fekl, s’est rendu à Bahreïn le 21 janvier 2016.

Le Roi de Bahreïn, Cheikh Hamad bin Issa Al-Khalifa, a été reçu à plusieurs reprises par le Président Hollande à l’Elysée, le 23 juillet 2012, le 28 août 2014 et le 8 septembre 2015.

La dernière visite du roi de Bahreïn à Paris, les 30 et 31 avril 2019, a permis de donner un nouvel élan à la relation bilatérale. Le roi s’est notamment entretenu avec le Président de la République. Le ministre des affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian a rencontré son homologue, M. Khaled ben Ahmed Al Khalifa. Trois accord de coopération ont été signés à cette occasion : un accord sur la formation des médecins bahreïniens en France, un protocole de coopération relatif à l’enseignement général et un protocole de coopératif relatif à l’enseignement universitaire.

Relations économiques

Les échanges commerciaux entre la France et Bahreïn sont traditionnellement soumis à de fortes variations en fonction de la livraison d’aéronefs à la compagnie nationale Gulf Air. En 2018, les échanges économiques bilatéraux entre la France et Bahreïn en 2018 ont atteint en valeur 443,3 M EUR, en recul de 7,2 % par rapport à 2017.

Près d’une quarantaine d’entreprises françaises disposent d’une implantation dans le pays, principalement dans le secteur des services financiers (BNP Paribas), de l’industrie (Fives, Vinci Energies), de l’ingénierie (Setec, Egis, Aéroports De Paris), des infrastructures (Veolia, Engie, EDF), de l’hôtellerie (Accor) ou encore des assurances (Axa).
Nos importations sont constituées pour l’essentiel de pétrole raffiné et d’aluminium.

La coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération culturelle avec Bahreïn présente des opportunités pour la France de nouer des partenariats, tout particulièrement dans le domaine des sciences et technologies, du management, de la langue française et de la médecine. Un accord passé entre l’Arabian Gulf University et l’ESSEC a permis la création en décembre 2011 de la French Arabian Business School, qui propose, depuis octobre 2012, un MBA.

La langue française est en cours d’introduction dans l’enseignement public bahreïnien. Limitée jusqu’à présent aux deux dernières années du secondaire dans quelques établissements publics et privés, elle sera dorénavant enseignée partout dès la sixième et jusqu’au baccalauréat, qui plus est avec un statut de seconde langue obligatoire depuis le décret royal de 2010.

Au plan culturel, la France bénéficie d’une image favorable à Bahreïn. Notre ambassade à Manama est impliquée auprès des principaux acteurs de la scène culturelle locale et le ministère bahreïnien de la Culture développe des collaborations ambitieuses avec des partenaires français de renom. Notre coopération est également active dans les domaines de l’archéologie et du patrimoine, et plus récemment, dans celui de la mode.

Mise à jour : 18.07.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE