Relations bilatérales

Relations politiques

La France et l’Autriche entretiennent des relations politiques amicales

De nombreuses convergences de vues existent entre l’Autriche et la France sur les dossiers européens (recherche d’un équilibre entre sérieux budgétaire et soutien à la croissance, révision de la directive relative au détachement des travailleurs, coopération renforcée sur la taxe sur les transactions financières, que l’Autriche promeut de longue date, attachement à la PAC,…). Les contacts au niveau ministériel sont fréquents.

L’ancien président autrichien, M. Fischer, s’est rendu en France les 5 et 6 novembre 2013 ; il y a rencontré le président de la République, le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères.

Le précédent chancelier fédéral Werner Faymann a été reçu par le président de la République en octobre 2012, en octobre 2015, et en février 2016 et par le premier ministre en juin et en août 2014. Le premier ministre a effectué une visite à Vienne en janvier 2014 (Jean-Marc Ayrault), en novembre 2014 et en septembre 2015 (Manuel Valls).

Alors ministre fédéral de l’Europe, de l’Intégration et des Affaires étrangères, M. Kurz a participé à la marche républicaine du 11 janvier 2015 tandis que la ministre de l’Intérieur, Mme Mikl-Leitner participait à la réunion du G10 organisée par Bernard Cazeneuve. M. Kurz a rencontré M. Ayrault les 4 juillet et 8 décembre 2016.

Le ministre français de l’Économie et des Finances M. Bruno Le Maire a rencontré son homologue autrichien M. Hans Jörg Schelling à Vienne le 29 juillet 2017.
Le président de la République Emmanuel Macron a rencontré le chancelier Christian Kern pour un entretien bilatéral et un entretien au format Slavkov (AT, SK et CZ) qui a associé les chefs de gouvernements slovaque et tchèque, le 23 août 2017 à Salzbourg. Il a également reçu le chancelier Sebastian Kurz le 12 janvier 2018 à Paris à l’occasion de sa première visite officielle à l’étranger et le 17 septembre 2018.

Le Centre franco-autrichien (CFA) constitue un instrument du dialogue bilatéral

Le Centre franco-autrichien pour le rapprochement en Europe (CFA/ÖFZ) a été créé à l’initiative de Bruno Kreisky et Jacques Chirac pour promouvoir, à partir de 1978, les contacts entre Europe occidentale et Bloc de l’Est. Basé à Vienne, le CFA est financé à parité par les deux gouvernements. Il organise des colloques et des séminaires, donnant lieu à des publications, sur des thèmes relatifs aux relations bilatérales et aux grandes problématiques européennes avec un accent particulier porté sur l’Europe centrale, orientale et balkanique.

Relations économiques

Les filiales françaises en Autriche sont au nombre de 300 environ, employant 18 000 personnes pour 6 Mrd EUR de chiffres d’affaires en 2017, avec pour nombre d’entre elles une couverture régionale liée au positionnement central de l’Autriche au cœur de l’Europe. L’ossature de l’implantation française (Air Liquide, Lafarge, Vinci Energie, Saint-Gobain, Accor, L’Oréal, Sanofi, etc.) s’est mise en place jusqu’à la fin des années 90, avec des filiales de production essentiellement constituées par des rachats d’entreprises locales, des filiales de commercialisation et des bureaux de représentation (Alstom, Thalès…), avec une couverture sectorielle vaste.

En terme commercial, avec 10 Mrd EUR de flux dans les deux sens (respectivement 3,8 Mrd EUR d’exportations, soit 2,5 % de part de marché et 6,5 Mrd EUR d’importations pour 2017), la France était le 9e fournisseur de l’Autriche et son 4e client. Les exportations françaises sont principalement constituées de biens intermédiaires, de biens d’équipement professionnels et de produits de l’industrie automobile. Les produits de luxe et les produits alimentaires sont très appréciés des consommateurs autrichiens.

C’est en termes d’investissements croisés que la relation est la plus dense et les évolutions récentes encourageantes. En 2017, les IDE bilatéraux ont progressé dans les deux sens. Dans le sens AT-FR, ce sont + 325 MEUR (contre 18 MEUR en 2016), traduisant l’amélioration des perspectives économiques et l’image de la France auprès des entreprises autrichiennes. Les évolutions sont également très positives dans le sens Autriche-France (+ 500 MEUR contre - 258 MEUR). En termes de flux, la France est le 10e pays destinataire des investissements autrichiens et le 8e investisseur étranger en Autriche.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le français demeure la langue étrangère la plus étudiée en Autriche après l’anglais (9,6 % des élèves l’apprennent). Compte tenu de l’importance qu’attachent les autorités autrichiennes au français dans leur système éducatif, l’Autriche a accédé en 2006 au statut d’observateur de l’OIF.

  • Nos relations culturelles sont particulièrement riches. De nombreux artistes, musiciens et intellectuels français sont accueillis régulièrement en Autriche.
  • Notre coopération culturelle est mise en œuvre par l’Institut français d’Autriche à Vienne dont l’action est basée sur les priorités de la diplomatie culturelle française : partenariats avec les institutions autrichiennes, actions hors les murs à Vienne et dans les Länder, renouvellement des outils d’enseignement et de communication…
    Le Lycée français de Vienne, fondé en 1946, scolarise plus de 1 900 élèves (de la maternelle à la classe préparatoire) dont 39 % d’Autrichiens, 41 % de Français et 20 % d’élèves de pays tiers.
  • Les programmes de coopération éducative et universitaire sont importants et diversifiés. La France est la cinquième destination des étudiants autrichiens après l’Allemagne, la Suisse, les États-Unis et le Royaume-Uni.
  • Dans le domaine scientifique, la coopération se développe de manière directe entre laboratoires et organismes de recherche (CNRS, INSERM et CEA) ainsi que dans le cadre du PAI Hubert-Curien Amadeus. La France est le 5ème partenaire scientifique de l’Autriche.

Mise à jour : 06.03.19

Informations complémentaires

PLAN DU SITE