ASEAN

L’ASEAN, 10 pays du Sud-Est asiatique et une stature régionale

Fondée le 8 août 1967, l’ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des Nations du Sud-Est asiatique) est une organisation régionale de coopération économique, politique et culturelle qui rassemble 10 pays du Sud-Est asiatique.
En conciliant respect des souverainetés nationales et nécessité d’un climat de confiance propice au développement économique, l’ASEAN a été un vecteur de stabilité pour les jeunes Etats membres, un cadre de négociation et un instrument de reconnaissance à l’échelle régionale notamment vis-à-vis de la Chine voisine.

Trait d’union Asie-Europe

L’Europe est partenaire de l’ASEANdepuis 1977 et l’Union a signé des accords de partenariat dès 1980. Cette coopération porte sur les questions de politique et sécurité, économiques et socio-culturelles. Dans ce cadre, depuis 1996, le Dialogue Asie-Europe, forum interrégional informel, rassemble d’une part l’ASEAN Plus 3 et d’autres pays invités et, d’autre part, les 28 pays de l’Union européenne. Enfin, en 2007, un nouveau pas a été franchi avec la signature de la Déclaration de Nuremberg de Partenariat Renforcé traduit dans un plan quinquennal d’actions de renforcement.

La France, partenaire de l’ASEAN

La France, pays fondateur de l’Union européenne, se reconnaît dans l’esprit de l’ASEAN à laquelle elle a toujours apporté son soutien. Par exemple, la France s’est reconnue pleinement dans les valeurs du Traité d’amitié et de Coopération en Asie du Sud-Est et a été un des premiers Etats, hors Asie du Sud-Est, à le signer.
Par ailleurs, la France a établi des partenariats de sécurité, en complément de la construction de l’ASEAN, avec de nombreux pays de la région : la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour ou encore le Vietnam. Elle soutient les efforts conduits par l’ASEAN pour bâtir une architecture de sécurité régionale et participe, en tant que membre de l’Union européenne, à l’ASEAN Regional Forum.

Origines et développement de l’ASEAN

Solidarité, développement économique et intérêts communs

La Déclaration de Bangkok signée par les cinq Etats fondateurs (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thaïlande) est le texte de référence de l’ASEAN. Ce document affirme des idéaux partagés de paix, de liberté et de justice sociale. Il pose également des grands principes comme la solidarité entre ses membres, la coopération économique, le souhait de promouvoir la croissance et l’existence d’intérêts communs. Alors que la guerre du Vietnam est à son mitant, il s’agit également d’assurer l’attachement au status quo politique en Asie du Sud-Est.

Neutralité et non-ingérence

Dès 1967, les fondateurs prévoient d’ouvrir l’adhésion à tout Etat d’Asie du Sud-Est souscrivant aux visées, principes et objectifs de l’ASEAN : une manière de ne pas fermer la porte à une coopération plus large en Asie Pacifique.
En 1971, avec le Traité d’amitié et de Coopération en Asie du Sud-Est, l’ASEAN affirme -dans un contexte de guerre froide- sa neutralité et son indépendance vis-à-vis des puissances extérieures ainsi que le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures entre pays membres. Une position qui permet de s’affranchir des logiques de puissances, de ne pas se couper de ses voisins communistes(Cambodge, Laos et Vietnam tout récemment unifié) et qui montrera toute sa pertinence lors de l’envahissement du Cambodge des Khmers rouges par le Vietnam.

Un interlocuteur à l’échelle mondiale

Avec l’entrée du Brunei en 1984 (une semaine après son indépendance), du Vietnam en 1995, du Laos et de la Birmanie en 1997 puis du Cambodge en 1999, l’ASEAN regroupe 10 pays membres.
Elle devient un interlocuteur commercial reconnu des grandes puissances au travers, par exemple, de la Coopération Economique pour l’Asie-Pacifique qui réunit les pays du Pacifique : ASEAN, Union européenne, Japon, Canada et Nouvelle-Zélande.
La crise de 1997 qui frappe durement l’Asie du Sud-Est achève de convaincre de l’importance de poursuivre et d’intensifier la coopération régionale au sein de l’organisation.
L’ASEAN Plus 3 (ASEAN + Chine, Japon et Corée du Sud) constitue une avancée en ce sens en créant une zone de libre-échange entre l’ASEAN et la Chine ainsi que les conditions d’une représentativité renforcée dans les discussions avec l’Organisation Mondiale du Commerce.


Chiffres clefs
10 pays d’Asie du Sud-Est : Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie, Cambodge
620 millions d’habitants
2400 milliards USD de PIB
L’Union européenne est le 2e partenaire commercial de l’ASEAN après la Chine et l’ASEAN elle-même.
Echanges commerciaux UE-ASEAN : 229,7 milliards USD en 2016


Pour en savoir plus


Mise à jour : 16.10.2017

Informations complémentaires

PLAN DU SITE