La Banque asiatique de développement

La banque asiatique de développement est une institution financière multilatérale de développement établie par un traité adopté par les Nations Unies en 1965. Officiellement fondée en 1966, elle se consacre à la réduction de la pauvreté dans la région Asie-Pacifique. Pour ce faire, elle octroie des prêts aux pays en développement à des conditions préférentielles éventuellement complétés par des dons pour les pays les plus en difficultés. Ceux-ci peuvent financer des projets (routes, traitement de l’eau, centrales électriques…) ou des politiques publiques directement mises en œuvre par les gouvernements (modernisation du système fiscal ou douanier, amélioration du système éducatif…).
Organisation dont le fonctionnement a été calqué sur celui de la Banque mondiale, elle est progressivement passée de 31 à 67 membres, dont 48 membres régionaux et 19 membres non-régionaux.

La Banque asiatique de développement est dirigée par un conseil des gouverneurs, constitué d’un représentant par Etat membre, qui élit le président de la Banque pour une durée de cinq ans. Traditionnellement de nationalité japonaise, le président actuel, élu en 2013, est M. Takehiko NAKAO. Le siège de la BAD est établi à Manille et l’institution dispose de 31 bureaux dans le monde.

Au cours des années récentes, la capacité de prêt de la BAD s’est considérablement développée et l’objectif officiel est de porter la capacité de prêt de la Banque à 20 Mds USD annuels à l’horizon 2020. Les projets financés par la BAD sont à 80 % à destination du secteur public, et portent principalement sur l’éducation, l’environnement et la lutte contre le changement climatique, les infrastructures urbaines et durables, et notamment les infrastructures de connectivité, le développement du secteur financier et le développement de la coopération régionale. Une part minoritaire des programmes de la BAD (20 %) est constituée de prêts au secteur privé.
La France est actionnaire de la BAD à hauteur de 2,4 %, ce qui en fait le 12ème actionnaire et le 4ème non régional (après les Etats-Unis, le Canada et l’Allemagne). La France est par ailleurs le 5ème contributeur (près de 4 %) au Fonds Asiatique de développement qui est le guichet de la Banque fournissant des financements aux pays les plus en difficultés de la région.

Mise à jour : juin 2018

PLAN DU SITE