Les accords commerciaux et zones de libre-échange

Début 2018, on recensait 107 accords de libre-échange en vigueur dans la zone Asie-Pacifique. Plusieurs dizaines de nouveaux accords commerciaux étaient en cours de préparation. Ces accords vont de l’accord bilatéral permettant le développement des échanges avec un partenaire privilégié (A.L.E. Inde-Sri Lanka, A.L.E. Australie-Corée, etc.) à l’accord plurilatéral visant la facilitation du commerce dans une région donnée. Ainsi, dès 1975, l’accord de Bangkok instaurait en Asie une zone de libre-échange entre six pays : le Bangladesh, la Chine, l’Inde, le Laos, la Corée et le Sri Lanka. Cet accord a été rebaptisé « Asia-Pacific Trade Agreement » (APTA) en 2005. Un autre accord emblématique dans la région est l’accord de libre-échange entre les pays membres de l’ASEAN, signé en 1992 à Singapour.

Cette dynamique de négociations commerciales et d’intégration croissante se poursuit, avec notamment des discussions en vue de la création d’un Partenariat économique régional global (Regional Comprehensive Economic Partnership), engagées en 2012 entre les pays de l’ASEAN, l’Australie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Nouvelle Zélande, ainsi que d’un Accord de Partenariat Transpacifique (Comprehensive and Progressive agreement for TransPacific Partnership). Un projet de zone de libre-échange entre pays de la côte Est du Pacifique (Canada, Chili, Etats-Unis, Mexique, Pérou) et pays d’Asie-Océanie (Australie, Brunei, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Singapour, Vietnam) est également en cours de ratification. Ayant fait l’objet d’une première signature officielle en février 2016, son entrée en vigueur a toutefois été retardée par les changements successifs de position des Etats-Unis quant à leur participation. Après avoir annoncé le désengagement des Etats-Unis du TPP en janvier 2017, l’administration Trump a en effet indiqué au printemps 2018 vouloir reprendre les discussions avec ses partenaires.

La résultante de ce mouvement est une progression de l’intégration économique et financière des économies d’Asie-Océanie au cours des dernières années :

  • Les échanges commerciaux étaient à 55 % réalisés au sein de la zone Asie-Pacifique entre 2010 et 2015 ; ce résultat progresse continûment et atteint les 57 % fin 2016 ;
  • Les IDE régionaux représentaient 48 % du total des investissements en 2015 ; ils s’élèvent désormais à 55 % du total ;
  • Les actifs étaient à 12 % détenus par des entités asiatiques en 2001 ; ce résultat est passé à 16 % en 2016 ;
  • La dette en Asie-Océanie était à 15 % détenue par des investisseurs asiatiques en 2016 ; soit un quasi-doublement en quinze ans.

L’Union européenne n’est pas restée étrangère à ce développement d’accords commerciaux et a entrepris de négocier des accords préférentiels avec plusieurs pays de la zone.

Mise à jour : juin 2018

PLAN DU SITE