Arménie - Azerbaïdjan - Q&R - Extrait du point de presse du 2 janvier 2017

Q - Quelle est la position française à l’égard de l’incursion militaire azerbaïdjanaise, qui s’est produite dans la nuit du 28 décembre, cette fois ci non pas « seulement » sur la ligne de front entre l’Azerbaïdjan et la République du Haut Karabagh, mais au sein même du territoire de la République d’Arménie, dans le village de Chinari, une localité de la province du Tavush, et qui a provoqué la mort de 3 soldats arméniens ?

R - La France a appris avec préoccupation les nouveaux incidents armés intervenus entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan les 29 et 30 décembre, qui ont malheureusement causé des victimes, et appelle les parties à la retenue.

Comme l’ont rappelé à Hambourg le 8 décembre les trois ministres des Affaires étrangères des pays assurant la coprésidence du groupe de Minsk, les parties assumeront l’entière responsabilité de toute reprise des violences.

Ces incidents armés rappellent la nécessité d’un règlement durable de la question du Haut-Karabagh.

La France est plus que jamais déterminée à apporter toute sa contribution dans le cadre de la coprésidence du groupe de Minsk et a récemment mentionné aux parties sa disponibilité à accueillir un sommet pour avancer sur le règlement politique du conflit.

Informations complémentaires