Affaire Khashoggi - mesures individuelles (22.11.18)

Comme le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, l’a annoncé lundi 19 novembre en marge du Conseil affaires étrangères à Bruxelles, et en concertation avec ses partenaires européens, notamment l’Allemagne, la France vient d’adopter des sanctions contre 18 ressortissants saoudiens, en lien avec le meurtre à Istanbul, le 2 octobre dernier, du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Ces mesures, décidées par le ministère de l’Intérieur, visent à interdire l’accès de ces individus au territoire national ainsi qu’à l’ensemble de l’espace Schengen. Il s’agit de mesures conservatoires, susceptibles d’être revues ou étendues en fonction de l’avancée des investigations en cours.

Le meurtre de M. Khashoggi est un crime d’une extrême gravité, qui, de surcroît, va à l’encontre de la liberté de la presse et des droits les plus fondamentaux. La France demande que toute la lumière soit faite sur la manière dont un tel acte a pu être commis. Elle attend de la part des autorités saoudiennes une réponse transparente, circonstanciée et exhaustive. Elle se réserve de former, le moment venu, sa propre conviction. Elle rappelle son opposition, en tous lieux et en toutes circonstances, à la peine de mort.

Parallèlement, la France étudie avec ses partenaires européens la possibilité d’un mécanisme de sanctions de nature transversale, permettant à l’Union européenne de prendre à l’avenir les mesures qui s’imposent en cas de violations graves des droits de l’Homme.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE