Présentation d’Antigua-et-Barbuda

Partager

Présentation du pays

 ANTIGUA-ET-BARBUDA {JPEG}

Données générales

Nom officiel : Antigua-et-Barbuda
Nature du régime : démocratie parlementaire
Chef de l’Etat : la Reine Elizabeth II, représentée par Sir Rodney WILLIAMS, gouverneur général (depuis le 14 août 2014).
Chef du Gouvernement : M. Gaston BROWNE, Premier ministre )

Données géographiques

Superficie : 443 km²
Capitale : Saint John’s
Villes principales : Codrington, Old Road, Urlins
Langue (s) officielle (s) : anglais
Langue (s) courante (s) : anglais, créole anglais, créole de Montserrat
Monnaie : EC$ (Eastern Caribbean dollar), lié au dollar américain au taux fixe de 1 US$ = 2,70 EC$ depuis 1976 et 1 EC$ = 0,341 € au 1er mai 2020 (taux de chancellerie)
Fête nationale : 1er novembre (fête de l’Indépendance, 1981)

Données démographiques

Population (Banque mondiale 2018) : 96 286 hab dont 97 % à Antigua
Densité (Banque mondiale 2018) : 219 habitants par km²
Croissance démographique (Banque mondiale 2018) : 0,9 %
Espérance de vie (Banque mondiale 2017) : 76,8 ans
Taux d’alphabétisation (Banque mondiale 2015) : 99 %
Religion(s) : Christianisme (principalement anglican, présence minoritaire de l’Eglise catholique et d’Eglises évangéliques)
Indice de développement humain (PNUD 2019) : 0,776 soit 74e rang mondial sur 189

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Parti majoritaire  : l’Antigua and Barbuda Labour Party (ABLP) est le parti qui domine la vie politique du pays depuis plus de 60 ans. Après 10 ans dans l’opposition, le parti a remporté les élections générales du 12 juin 2014 avec 56 % des suffrages et 14 des 17 sièges de la Chambre des représentants, puis, les élections du 21 mars 2018 (anticipées de près de 16 mois) en confortant son avance avec 58,8 % des voix obtenues, gagnant ainsi 15 des 17 sièges (un de plus).

Autres partis représentés  :

L’United Progressive Party (UPP), l’ancien parti majoritaire de 2004 à 2014 avec à sa tête Harold Lovell, perd deux sièges aux dernières élections, tandis que le parti Barbuda People’s Movement (BPM) entre dans l’opposition au Parlement avec un siège.

Politique étrangère

Le pays est membre de l’Organisation des Etats de la Caraïbe orientale (OECO), de la Communauté Caraïbe (CARICOM), de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC), de l’ONU, de l’OMC, de l’OEA, de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et du Commonwealth. Il a rejoint le marché unique des Caraïbes (Caribbean Single Market and Economy) à l’été 2006. Antigua-et-Barbuda a ratifié le statut de la Cour pénale internationale le 18 juin 2001. La situation critique des finances publiques a poussé le gouvernement à adhérer à l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) en juin 2009 pour bénéficier de crédits à long terme et de faibles taux d’intérêt. L’archipel a par ailleurs abrité une base militaire américaine jusqu’en 1995. Cuba fournit du personnel médical, des agronomes et des cadres sportifs. La Chine populaire entretient des relations avec le pays depuis 1983 et le Premier ministre Gaston BROWNE ne manque pas d’éloges à l’égard de Pékin. Le Japon a financé divers projets dans le domaine de la pêche en échange d’un appui à sa politique baleinière. Antigua-et-Barbuda a signé plusieurs accords de coopération avec le Qatar et le Koweït.

Situation économique

PIB (FMI 2019) : 1,69 Mds US$
RNB par habitant (BM 2018) : 15 890 US$
Croissance (FMI 2019) : 4 %
Chômage (au sens du BIT 2014) : 11 %
Inflation (FMI 2019) : 2 %
Solde budgétaire (CIA WFB 2017) : -2,4 %
Balance commerciale en % du PIB (BM 2016) : -5,4 %
Principaux clients (CIA WFB 2017) : Pologne (62,2 %), Cameroun (9,5 %), Etats-Unis (5,5 %), Royaume-uni (4,5 %)
Principaux fournisseurs (CIA WFB 2017) : Etats-Unis (48 %), Espagne (4,2 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Banque mondiale, 2017) :

  • agriculture : 1,8 %
  • industrie : 20,8 %
  • services : 77,3 %

Exportations de la France vers Antigua-et-Barbuda (en 2018 – Douanes françaises) : 10,8 M€
Importations françaises depuis Antigua-et-Barbuda (en 2018 – Douanes françaises) : 0,7 M€

Pour aller plus loin :

Pendant trois siècles, Antigua-et-Barbuda a été entièrement dépendante de la production de sucre. Depuis l’abandon progressif de ses productions agricoles, le pays a financé sa croissance essentiellement par le tourisme et son activité d’accueil des entreprises offshore, en particulier les services financiers. En effet, le tourisme compte pour environ 60 % du PIB et 40 % de l’investissement. L’économie a donc été très affectée par la crise internationale de 2008-2009. Après une contraction de 5,5 % en 2011, portant la baisse du PIB à 25 % en trois ans, Antigua-et-Barbuda a retrouvé le chemin d’une croissance modeste. La destruction intégrale de l’île de Barbuda par l’ouragan Irma et l’ouragan Maria en 2017 et les efforts à consentir pour sa reconstruction représentent un réel défi pour l’économie antiguaise.

Antigua-et-Barbuba a été inscrit sur la « liste grise » des juridictions non coopératives lors de l’EcoFin du 13 mars 2018, mais, à la suite des engagements mis en œuvre par le gouvernement, Antigua et Barbuda a été retiré de cette liste le 18 février 2020.

Mise à jour : 15.06.20

Informations complémentaires