Triangle de Weimar

Partager

Présentation

La création en 1991 du triangle de Weimar par MM. R. Dumas, H-D Genscher et K. Skubiszewski, répondait à l’idée que la France, l’Allemagne et la Pologne partageaient fondamentalement une vision commune du devenir de l’Europe et que la réconciliation des sociétés constituait le préalable d’une action concertée au sein de celle-ci. D’abord enceinte privilégiée ayant vocation à appuyer la réconciliation germano-polonaise, inspirée de l’expérience franco-allemande, l’adhésion polonaise à l’Union européenne en 2004 a fait évoluer le format vers une enceinte de concertation en amont des négociations européennes.

Rencontres

Le dernier Sommet du Triangle de Weimar (Président de la République, chancelière fédérale allemande et président de la République de Pologne) s’est tenu à Varsovie le 7 février 2011, à l’occasion du vingtième anniversaire du format Weimar.

Les échanges existent également entre ministres et entre parlementaires :

La dernière rencontre des ministres des Affaires étrangères en format Weimar a eu lieu à Kiev, le 14 septembre 2016. Leurs précédentes rencontres en Allemagne avaient été l’occasion de célébrer le vingt-cinquième anniversaire du triangle (Weimar, 28 août 2016) et d’ouvrir la conférence annuelle des ambassadeurs allemands (Berlin, 29 août 2016).

Un format dit « Weimar plus » rassemblant les ministres des Affaires étrangères des trois pays ainsi que ceux de l’Italie et de l’Espagne s’est réuni en décembre 2010, novembre 2012 et avril 2015.

La dernière réunion des ministres des Finances s’est tenue en février 2017 à Paris ; les ministres de l’Agriculture des trois pays se sont pour leur part réunis en octobre 2019 à Varsovie.

Des rencontres en format Weimar au niveau des Secrétaires généraux des trois ministères des Affaires étrangères se sont également tenues en septembre 2017 à Berlin, en janvier 2018 à Varsovie et en octobre 2018 à Paris.

En outre, une rencontre en format Weimar au niveau des Secrétaires d’Etat chargés des Affaires européennes a eu lieu le 21 janvier 2020 à Lens (France).

Les parlementaires se rencontrent également en format Weimar : le Président du Sénat, M. Gérard Larcher, le Président du Bundesrat allemand M. Stanislaw Tillich et le Président du Sénat de Pologne, M. Stanisław Karczewski se sont ainsi rencontrés pour la dernière fois le 21 octobre 2016 à Berne.

Réalisations

Des coopérations concrètes ont été mises en place dans un grand nombre de domaines.

Affaires étrangères : A la suite du Sommet de Mettlach, en décembre 2006, un module de formation commun à l’attention de jeunes diplomates allemands, français et polonais a été mis en place. L’Institut diplomatique et consulaire (IDC) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères l’organise chaque année avec l’Académie diplomatique allemande et l’Institut diplomatique polonais. La dernière session s’est tenue les 29 et 30 janvier 2018 à Varsovie. Par ailleurs, une coopération entre les centres d’analyse, de prévision et de stratégie existe, et s’est concrétisée en 2018 par une table-ronde en format Weimar sur l’avenir de l’Europe organisée par l’Ambassade de Pologne en France.

Politique de sécurité et de défense commune
 : Un courrier envoyé en décembre 2010, par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des trois pays à la Haute Représentante de l’Union européenne (alors Mme Catherine Ashton) en vue d’une relance de l’Europe de la défense a conduit à une réunion ministérielle en format « Weimar plus » puis à la création, le 23 janvier 2012, d’un centre d’opération et de planification de l’Union européenne pour la Corne de l’Afrique. Sur suggestion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense français, allemand et polonais présentée en avril 2015 à la Haute Représentante (alors Mme Federica Mogherini), une coopération structurée renforcée en matière de défense, à laquelle participe une majorité d’Etats-membres, a été décidée en 2018.

Coopération universitaire
 : La coopération universitaire franco-germano-polonaise bénéficie d’un point d’appui avec l’Université européenne de la Viadrina, à Francfort-sur-l’Oder, à la frontière germano-polonaise. La France met à disposition de cette université deux enseignants-chercheurs. Le master tri-national d’études européennes « Europa », inauguré en 2013, permet aux étudiants d’effectuer des mobilités d’un semestre alternativement dans les universités d’Opole (Pologne), de Mayence et de Dijon.

Recherche  : La Fondation Genshagen, située près de Berlin, qui était initialement un centre franco-allemand, associe désormais la Pologne et conduit des projets de recherche trilatéraux. Par ailleurs, le Centre Marc-Bloch de Berlin et le Centre de civilisation française de Varsovie organisent régulièrement des colloques en format Weimar dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Culture : Depuis 2006, un prix Adam Mickiewicz est remis chaque année par le Comité pour la promotion de la coopération franco-germano-polonaise à des institutions ou des personnalités qui ont contribué aux relations entre les trois pays. Dans le domaine de la coopération décentralisée, le réseau Eurocités a été récompensé pour avoir permis le montage de nombreux projets européens entre les trois partenaires du triangle de Weimar via INTERREG, ESPON, Leonardo, Jeunesse en action, etc. Dans le cadre d’INTERREG, il existe également des coopérations interrégionales du triangle de Weimar (Hauts-de-France, Rhénanie-Du-Nord-Westphalie et Silésie ; Île-de-France, Brandebourg et Mazovie.)

Société civile  : La société civile, comprise comme l’ensemble des acteurs non-institutionnels, fait directement vivre la coopération trilatérale du Triangle de Weimar. De nombreux projets ont été mis en place par des associations présentes dans les trois pays (Échange de jeunes, jumelages de villes, manifestations culturelles). Ces associations sont souvent partenaires et constituent un réseau de citoyens engagés dans les relations entre la France, l’Allemagne et la Pologne. Par leurs contacts, ces structures de la société civile inscrivent le Triangle de Weimar dans la durée. Des projets tels le projet Europamobil, financé par la fondation Genshagen, ou le projet de Parlement franco-germano-polonais des jeunes coordonné par la Maison de l’Europe des Yvelines, se sont développés dans ce cadre.

Mise à jour : 21.01.20

Informations complémentaires