Les Conseils des ministres franco-allemands

Le 22 janvier 2003, à l’occasion du 40ème anniversaire du Traité de l’Elysée, le Président français Jacques Chirac et son homologue allemand, le chancelier Gerhard Schröder, ont décidé de donner une nouvelle forme aux concertations régulières de haut niveau en créant le format des Conseils des ministres franco-allemands (CMFA).

Comment fonctionnent les Conseils des ministres franco-allemands ?

Ces Conseils se tiennent 1 à 2 fois par an, tour à tour en France et en Allemagne. Ils réunissent le président de la République, le Premier ministre, la Chancelière fédérale d’Allemagne et tout ou partie des ministres français et allemands. Les CMFA assurent la coordination de la coopération franco-allemande au plus haut niveau.
Dans chaque pays, un Secrétaire général pour la coopération franco-allemande a été institué. Il est chargé de coordonner la préparation des Conseil des ministres franco-allemands ainsi que le suivi de la mise en œuvre des décisions prises.

Des instances de décisions politiques communes

Les Conseils des ministres franco-allemands ont été à l’origine de positions communes sur les priorités européennes comme :

  • Le renforcement de l’Union économique et budgétaire
  • La politique européenne de sécurité et de défense
  • L’énergie et le climat
  • Le soutien à la croissance, aux investissements et à l’emploi
  • La lutte contre l’évasion fiscale
  • Les questions migratoires
  • L’agenda numérique (droit d’auteur, régulation des plateformes sur Internet, TVA réduite sur le livre et la presse en ligne, etc.)

Une source d’initiatives bilatérales

Les CMFA ont permis des initiatives qui touchent les citoyens franco-allemands au plus près et visent à rapprocher les sociétés civiles. Citons par exemple :

  • Le raccordement TGV-ICE, tram Strasbourg-Kehl
  • La création de services de placement transfrontaliers ayant permis à plusieurs milliers de personnes de trouver un emploi en Allemagne ou en France
  • L’ouverture de plusieurs filières franco-allemandes dans les lycées professionnels
  • Un manuel scolaire d’histoire commun
  • Le service civique franco-allemand
  • L’élaboration d’un régime matrimonial commun pour les couples binationaux
  • Les implantations communes d’ambassades, de consulats et d’instituts culturels
  • La lutte contre les infractions routières
  • L’unité opérationnelle franco-allemande de sécurisation d’évènements
  • Le soutien aux coproductions cinématographiques
  • Les prix littéraires franco-allemands…

Portraits croisés de diplomates franco-allemands
Dans ce contexte, en 2017, nous avions rencontré à Paris la diplomate allemande, Gudrun Lingner qui travaillait comme Secrétaire générale adjointe et conseillère dans le cabinet de la Ministre de l’Europe. Puis, à Berlin, la diplomate française, Lucie Stepanyan qui occupait les mêmes fonctions auprès du Ministre chargé des affaires européennes à l’Auswärtiges Amt.

Informations complémentaires