Relations bilatérales

Relations politiques

La relation bilatérale se fonde en particulier sur des liens humains et historiques sans équivalent pour les deux pays. Au sortir de la décennie des années 1990, l’élection du président Bouteflika a permis une relance des relations bilatérales et un retour de l’Algérie sur la scène internationale. Les visites d’État des présidents Chirac puis Sarkozy en 2003 et 2007, celle du président Hollande, les 19-20 décembre 2012 et celle du président Macron le 6 décembre 2017 ont permis de réaffirmer les liens d’amitié qui unissent l’Algérie et la France.

Depuis 2012, cinquante ans après l’indépendance algérienne, la relation bilatérale connait un renouveau historique, concrétisé par la signature de la déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération entre la France et l’Algérie, par les deux présidents le 19 décembre 2012. La mise en place du comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) réunissant les deux gouvernements à l’occasion de sommets réguliers est désormais la clef de voûte de notre coopération avec l’Algérie et permet la concrétisation de nombreux projets partagés par nos deux pays. Orienté vers la conclusion de partenariats productifs, le comité économique franco-algérien (COMEFA) réunit régulièrement les ministres chargés des Affaires étrangères et de l’Économie de chaque pays et permet d’entretenir une dynamique économique bilatérale positive.

La visite du Président de la République le 6 décembre 2017 a donné le ton d’une relation approfondie. Trois messages ont été adressés aux Algériens : la volonté partagée d’avancer ensemble sur la question mémorielle (restitution des restes humains algériens conservés au Musée de l’Homme), un appel à une économie algérienne plus ouverte et un soutien aux investissements croisés (création d’un fond bilatéral), le souhait d’une relation répondant plus particulièrement aux attentes de la jeunesse : enseignement supérieur, formation professionnelle.
Le quatrième Comité intergouvernemental de haut niveau, qui s’est tenu le 7 décembre 2017 à Paris, a débouché sur onze accords dans le 5 secteurs : la santé (Sanofi et Ipsen), la formation professionnelle dans le domaine de l’électricité (Schneider), l’agroalimentaire (Axéréal), l’entrepreneuriat, le livre et l’enseignement supérieur.

Le cinquième Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA) s’est tenu à Paris le 29 octobre 2018. Il a été marqué par la signature d’une déclaration d’intention portant création d’un fonds d’investissement bilatéral – projet proposé par le président de la République lors de sa visite à Alger en décembre 2017.

Plusieurs accords bilatéraux sont entrés en vigueur depuis le début de l’année 2018. La convention d’entraide judiciaire a été ratifiée par la France en novembre 2017 et par l’Algérie en avril 2018 et est entrée en vigueur en mai 2018. L’accord « jeunes actifs », permettant aux jeunes algériens de travailler en France et aux jeunes français d’effectuer des Volontariats internationaux en entreprise (VIE) en Algérie, a été ratifié par les deux parties et est entré en vigueur au début de l’année 2018. Enfin, le protocole adjoint aux soins de santé (sécurisant la prise en charge de patients algériens dans les hôpitaux français), signé le 10 avril 2016, a été ratifié par la partie française en février 2018 et reste en attente de la ratification algérienne.

La coopération interparlementaire avec l’Algérie est marquée par des visites croisées de très haut niveau. Les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale se sont rendus en visite officielle à Alger, respectivement en septembre 2015 et juin 2016. Le président du Conseil de la Nation, M. Abdelkader Bensalah, s’est quant à lui rendu à Paris en septembre 2016. M. Larcher, président du Sénat, devrait se rendre à Alger en 2018.

Visites

2018

29 octobre M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères
29 octobre M. Youcef Yousfi, ministre de l’Industrie et des mines
29 mai M. Ahmed Ouyahia, Premier ministre
26 – 30 avril M. Abdelwahid Temmar, ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville
M. Mourad Zemali, ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale
25 et 26 avril M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères
9 et 10 avril M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères
14 et 15 mars M. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur

2017

7 décembre Tenue du IVe CIHN à Paris en présence du Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia et de six ministres et d’un secrétaire d’Etat.
6 décembre M. Emmanuel Macron, Président de la République, accompagné de
M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères
M. Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics
12 novembre Tenue du IVe COMEFA à Alger en présence de :

  • M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères
  • M. Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances
    25 septembre M. Maurice Gourdault-Montagne, Secrétaire général
    12-13 juin M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
    5-6 avril M. Bernard Cazeneuve, Premier ministre
    7 mars M. Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur
    2-3 février M. Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel
    25-26 janvier M. Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur
    25 janvier M. Hamid Grine, ministre de la Communication
    24 janvier M. Hadji Baba Ammi, ministre des Finances (5+5 Finances)
    18 janvier M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la ligue arabe

2016

18 décembre M. Jean-Louis Bianco, Représentant spécial du ministre des Affaires étrangères et du développement international pour les relations franco-algériennes
21 novembre M. Christian Masset, Secrétaire général
9-10 novembre M. Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales
4-5 octobre M. Tayeb Louh, Garde des Sceaux, ministre de la Justice
26-27 septembre Mme Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer
19-20 septembre M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation
25-26 mai M. Jean-Marc Baylet, Ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales
10 avril Tenue de la 3ème session du CIHN à Alger en présence du Premier Ministre ainsi que 10 Ministres et Secrétaires d’Etat
29 mars M. Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères
24 mars M. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture
24 mars M. Mohamed El Ghazi, ministre du Travail et des Affaires sociales
20 mars M. Jean-Louis Bianco, représentant spécial pour les relations économiques franco-algériennes
26-28 janvier M. Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahid
19 janvier M. Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture

Relations économiques

Les relations économiques et commerciales ont progressé rapidement depuis 1999 et sont particulièrement riches. Nos échanges ont effectivement triplé entre 1999 et 2013, faisant de l’Algérie le premier partenaire commercial de la France en Afrique et le troisième débouché pour les exportations françaises hors OCDE, après la Chine et la Russie. En 2017, la France demeure le second partenaire de l’Algérie avec 4,98 Mds EUR d’exportations et 9,4% de parts de marché, derrière la Chine (18,1%) mais devant l’Italie (8,2%) et l’Allemagne (7%). Malgré une hausse régulière de nos exportations depuis 2000, notre part de marché subit une érosion constante depuis le début du siècle en raison d’une concurrence accrue (Italie, Espagne, Allemagne, Turquie mais surtout Chine). La France semble proportionnellement avoir moins profité que ces concurrents de l’ouverture relative de l’économie algérienne.

La France est cependant toujours le premier investisseur hors hydrocarbures et le premier employeur étranger en Algérie : l’activité de nos entreprises représente 40 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects, pour environ 500 entreprises implantées (une trentaine d’entreprises du CAC 40 sont actives ou présentes sur le marché algérien). Les principaux secteurs porteurs d’emplois et d’activité sont les services financiers (avec la Société Générale et BNP Paribas) et les transports (avec notamment la présence d’Air France). Dans le domaine maritime, CMA-CGM, avec un effectif de 400 personnes, est en tête sur le marché algérien. Les domaines de l’hôtellerie-restauration (groupes Accor, Sodexo, Newrest), de l’automobile (Renault et Renault Trucks), de l’environnement (Suez Environnement), de l’électricité (Schneider), de l’agroalimentaire (Avril, Agromed et Axéréal) et de la santé (Sanofi, Ipsen) sont également bien représentés dans notre relation économique avec l’Algérie.

A la faveur de la dynamique impulsée en 2012 et des rendez-vous intergouvernementaux (CIHN et COMEFA), la coopération économique entre les deux pays a connu un nouvel essor autour de plusieurs projets structurants (pôles industriels de Renault et PSA à Oran, d’Alstom à Annaba, de Sanofi à Sidi Abdallah…).
Liens utiles :
Ministère de l’Economie et des Finances : http://www.economie.gouv.fr/
Service économique régional d’Alger : http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/algerie
Bureau Business France d’Alger : https://export.businessfrance.fr/algerie/export-algerie-avec-notre-bureau.html
Chambre de Commerce et d’Industrie algéro-française : http://www.cciaf.org/

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération culturelle, scientifique et technique s’inscrit dans le cadre d’un document cadre de partenariat (DCP) qui établit pour cinq ans les grands objectifs de notre partenariat avec l’Algérie dans ces domaines. Les négociations sur le prochain DCP couvrant la période 2018-2023 se sont ouvertes au début de l’année 2018. Il devrait donner la priorité à la jeunesse (éducation, coopération universitaire et formation professionnelle) et aux secteurs d’avenir (innovation, numérique, filière biologique).

Notre coopération universitaire s’attache à accompagner la réforme LMD (Licence, Master, Doctorat), la formation des enseignants-chercheurs ; à la mise en place de pôles d’excellence (Ecole supérieure algérienne des Affaires ; Ecole Supérieure de Technologie ; classes préparatoires ; création d’un réseau d’Instituts d’Enseignement Supérieur de Technologie) ; à l’amélioration du système éducatif et de la formation professionnelle. La réforme du programme de bourse PROFAS a été finalisée en 2014, sur la base de la parité de financement (1,2 M€/an, 650 boursiers) et sept instituts de technologie (ISTA) ont ouvert depuis septembre 2014 sur le modèle des IUT français.

L’enseignement du et en français est également au cœur de notre action : aide à l’amélioration de la formation initiale et continue des enseignants de français tant dans le secondaire que dans le supérieur ; appui aux doctorants de français ; soutien à la mise en place de centres d’enseignement intensif des langues dans les 35 universités du pays.

Notre coopération s’appuie sur un réseau culturel français redéployé depuis 2000 avec cinq instituts français actifs (Alger, Annaba, Oran, Constantine et Tlemcen, le centre culturel français de Tizi-Ouzou est aujourd’hui en sommeil). L’Institut Français d’Annaba rénové a été inauguré le 18 avril 2018. Le lycée-collège international Alexandre Dumas à Alger, rouvert en 2002 scolarise près de 2000 élèves, la petite école d’Hydra en scolarisant 500. A la suite de l’accord conclu au CIHN du 10 avril 2016, l’annexe du lycée Alexandre Dumas s’est ouverte à Oran à la rentrée 2017, tandis que celle d’Annaba ouvrira à la rentrée 2018. Des « espaces France » devraient s’ouvrir à l’avenir au sein des universités du Sud du pays (Ouargla, Béchar, Tamanrasset, El Oued entre autres). Le premier espace de ce type devrait ouvrir à l’université d’Ouargla pour la rentrée 2018.

La coopération institutionnelle vise à appuyer les efforts de modernisation de la justice, de l’administration, des transports, de l’aménagement du territoire et de la protection civile. Des programmes de coopération existent également dans l’agriculture, les transports, les travaux publics ou l’aménagement du territoire.

Enfin, notre action vise à encourager la coopération décentralisée et à soutenir la société civile. La relance de ce domaine de la coopération, à travers la tenue des assises de la coopération décentralisée, sur un rythme biennal avec les rencontres d’Alger (25-26 mai 2016) et les visites de responsables de collectivités territoriales en France et en Algérie constitue une avancée importante de ces dernières années.

Site de l’ambassade de France en Algérie : http://www.ambafrance-dz.org/
Institut français d’Alger : http://www.if-algerie.com/alger
Institut français d’Oran : http://www.if-algerie.com/oran
Institut français de Constantine : http://www.if-algerie.com/constantine
Institut français de Tlemcen : http://www.if-algerie.com/tlemcen
Institut français d’Annaba : http://www.if-algerie.com/annaba

Autres types de coopération

La coopération franco-algérienne se caractérise par l’extrême diversité de ses champs et la multiplicité de ses acteurs (administrations, collectivités locales, associations, ONG, etc.), qui reflètent la vitalité d’une relation enracinée dans l’histoire et les liens humains et familiaux. L’éventail de ces coopérations peut être trouvé sur le site de l’ambassade de France à Alger :
http://www.ambafrance-dz.org/ambassade/

Dans le domaine de la défense, notre action s’articule autour des axes suivants : expertise auprès des armées, formation des élites et enseignement du français en milieu militaire. L’enseignement du français demeure une priorité pour les stagiaires algériens se rendant dans nos écoles de formation. Durant la quatrième session du CIHN de décembre 2017, la France et l’Algérie ont marqué leur détermination à poursuivre leur dialogue et à approfondir leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme.

Chaque année, une Commission mixte de coopération dans le domaine de la défense se tient alternativement en France et en Algérie. Des propositions concrètes sont formulées pour dynamiser les échanges d’analyses, accroître l’échange d’expertise, renforcer la coordination opérationnelle dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la sous-région du Sahel et tarir les sources de financement des groupes terroristes.

Dans le domaine de la sécurité intérieure, notre coopération se concentre principalement sur les luttes contre le terrorisme, la criminalité organisée, l’immigration clandestine et la fraude documentaire ainsi que sur un vaste programme d’appui à la modernisation des services de protection civile algériens.

Mise à jour : 08.11.18

Informations complémentaires

PLAN DU SITE