Côte d’Ivoire - Jeunesse, entreprenariat, mobilités : le point sur les engagements de Ouagadougou

Partager

En Côte d’Ivoire, de nombreux projets témoignent de la mise en œuvre des engagements pris lors du discours de Ouagadougou en novembre 2017. Ils concernent tous les domaines de la vie quotidienne des Ivoiriens et des Ivoiriennes parmi lesquels le sport et les villes durables, la santé, la sécurité et la lutte contre le terrorisme ainsi que le soutien aux jeunes entreprises africaines…

Priorité à l’éducation

La lutte pour l’éducation est la meilleure réponse à tous les obscurantismes et les totalitarismes. C’est la seule réponse durable au défi démographique mondial. Et c’est ainsi que nous lutterons en profondeur contre les inégalités, en particulier entre les femmes et les hommes.*

Le hub franco-ivoirien pour l’éducation regroupe toutes les formations diplômantes délivrées conjointement par des institutions françaises et ivoiriennes. Il rassemble 90 partenariats de formation et devrait proposer plus de 100 cursus au premier semestre 2020.
Ce pôle éducatif a pour objectif principal de permettre aux étudiants ivoiriens de suivre des programmes d’établissements français sans avoir besoin de s’expatrier. Il contribue à diversifier et à améliorer la qualité de l’enseignement supérieur ivoirien sur des axes prioritaires répondant aux besoins du marché du travail local. De grandes universités ivoiriennes (Université Alassane Ouattara de Bouaké, Institut national polytechnique Felix Houphoët-Boigny de de Yamoussoukro, etc) et françaises (Conservatoire national des arts et métiers, Ecole Polytechnique…) sont associées dans ce dispositif.
Une des spécificités est l’implication des entreprises françaises dans le dispositif. Par exemple, un grand groupe agroalimentaire est partie prenante à la formation en sciences et technologies des aliments menée par l’Institut national de formation professionnelle agricole.

Des infrastructures innovantes dédiées à la jeunesse

En matière de sport il est nécessaire que les jeunes Africains aient les infrastructures qui leur permettent de s’entraîner pour les Jeux olympiques mais que dans cette période de temps qui nous est offerte nous puissions avoir une vraie stratégie commune pour développer ce secteur économique et cette création de richesse.*

Illust:571.4 ko, 1500x750

© PISCAA/Ambassade de France en Côte d’Ivoire

L’exemplaire Agora de Koumassi à Abidjan

L’Agora est un projet novateur implanté dans le quartier populaire de Koumassi à Abidjan et financé conjointement par la France et la Côte d’Ivoire. Ce premier complexe socio-sportif de proximité sera inauguré par le Président de la République et le vice-Président de Côte d’Ivoire
L’Agora permet de réunir en un même lieu une infrastructure sportive, un incubateur social pour les entrepreneurs locaux et les jeunes du quartier, des services de santé et des activités commerciales. Alimenté par des panneaux solaires, pensé pour permettre des activités rémunératrices pour les habitants du quartier, le projet est emblématique d’une approche nouvelle qui repense la ville de façon durable, en Afrique comme en Europe.

12 projets pour mettre le sport à la portée de tous

La France accompagne 12 projets en faveur du développement par le sport financés grâce à un fonds de 650 000€ (PISCCA « Sport et développement »). Ces projets, sélectionnés avec la Côte d’Ivoire dans le cadre d’un appel à projets, permettent à des jeunes, des femmes mais aussi des populations vulnérables comme les personnes en situation de handicap ou les détenus de trouver toute leur place dans la société.

Illust:894 ko, 2800x1400

© EC ECHO Anouk Delafortrie

Un partenariat pour agir pour la santé des populations

Ce dont l’Afrique a besoin, ce sont de financements pour ouvrir des structures de soins où ces médecins pourront exercer avec les meilleures technologies, c’est de développer (…) les infrastructures indispensables.*

Dans le domaine de la santé, la France est l’un des principaux partenaires de la Côte d’Ivoire soit directement, soit via le Fonds Mondial, l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation (GAVI) et UNITAID.
La France accompagne les politiques publiques ivoiriennes à différents niveaux qu’il s’agisse de réformes hospitalières et de régulation du secteur pharmaceutique, de la sécurisation de l’approvisionnement en médicaments ou encore de l’amélioration des infrastructures de santé.
La formation et de l’éducation des personnels de santé font également partie des politiques soutenues.
La Côte d’Ivoire fait encore face à de grands défis de santé, tels que le manque de ressources humaines de qualité et disponible sur tout le territoire, la mortalité maternelle et la prévalence du VIH encore trop élevées. C’est pourquoi, la France apporte également un appui conséquent à la Côte d’Ivoire à travers plusieurs fonds multilatéraux :

  • le Fonds mondial (dont elle est le deuxième Etat contributeur),
  • le GAVI,
  • UNITAID.
    Un partenariat entre l’Agence Française de Développement (AFD) et le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme va renforcer le système de santé et l’accès aux soins primaires des populations. Cela permettra aussi d’aider la centrale d’achat publique de médicament pour donner accès sur tout le territoire à des médicaments de qualité et abordables.

L’Afrique, partenaire de notre sécurité collective

Le deuxième impératif c’est la lutte contre le terrorisme. Je le dis ici parce que nous avons ce destin tragique en commun ; nos (…) pays durant ces dernières années ont été bousculés, frappés, meurtris par le terrorisme.*

Le terrorisme est un défi croissant pour de nombreux pays africains et européens qui implique de se doter de centres de formation pour mieux lutter contre cette menace partagée. En 2017, les présidents ivoirien et français ont décidé de créer à Abidjan une Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) destinée à accueillir des stagiaires de tous les pays africains. Cette école permettra de former les cadres supérieurs engagés dans la lutte contre le terrorisme, depuis le renseignement jusqu’au traitement judiciaire en passant par l’action des forces spéciales. Les premières formations ont débuté en 2019 et ont accueilli près de 140 stagiaires, issus de 9 pays africains (RCI, Bénin, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Togo, Tchad, Sénégal).

Illust:216.2 ko, 1500x750

© GCC/Ataub/NGE

Cette académie permet de répondre à la volonté de nombreux pays d’Afrique de partager et de développer l’ensemble des outils permettant de lutte contre le terrorisme. La particularité de l’AILCT est de proposer une approche globale en intégrant une école des cadres, un camp d’entrainement et un institut de recherche stratégique. L’académie, dont le bâtiment devrait être achevé mi-2020, sera installée à Jacqueville, à proximité d’Abidjan.

« Choose Africa » : un appui inégalé aux PME africaines

La deuxième révolution que nous pouvons conduire ensemble, cette révolution qui permettra le sursaut de la jeunesse, c’est celle de l’innovation et avec elle de l’entreprenariat. C’est la seule révolution qui peut apporter les 450 millions d’emplois dont l’Afrique aura besoin d’ici 2050.*

Le développement des petites et moyennes entreprises et des start-up innovantes est essentiel à l’économie africaine. Avec Choose Africa, l’AFD, et ses partenaires locaux, met.au service des jeunes pousses, TPE et PME africaines des outils de financement et d’accompagnement aux différents stades de leur développement
Le Social Inclusive Business Camp (SIBC) est un programme d’accélération d’entreprises en Afrique, qui accompagne le développement des start-up performantes sur le plan social. En 2018, 8 entrepreneurs (sur les 60 que comprend le programme) étaient Ivoiriens ou Ivoiriennes.
La 1ère édition du SIBC en Côte d’Ivoire s’est tenue le 10 octobre 2019 et a réuni près d’une centaine de participants. Cet évènement, qui a rassemblé l’ensemble des start-up de Côte d’Ivoire, a permis d’identifier les problématiques communes et d’esquisser des solutions. A l’occasion du SIBC, les 3 lauréats qui bénéficieront d’un accompagnement pour le développement de leur entreprise ont été désignés. Cette rencontre préfigurait un évènement qui réunira à Abidjan en 2020 des PME et des start-ups du secteur de l’entreprenariat social et inclusif en provenance de tous les pays voisins.

Illust:190 ko, 1500x745

© Agence Française de Développement

Le métro d’Abidjan : agir pour une ville et des transports durables

Le premier projet concret, et j’en suis très fier avec vous, c’est celui non seulement du métro d’Abidjan […] C’est un projet qui changera la vie des habitants, qui permettra de développer l’activité économique et qui est cohérent avec vos engagements climatiques parce qu’il réduira les déplacements individuels.**

Construit par un consortium d’entreprises françaises, le métro d’Abidjan transportera quotidiennement environ 500 000 passagers sur 38 km, du nord au sud d’Abidjan, entre les communes de Port-Bouët et Anyama, à travers une vingtaine de gares. A terme, grâce à ce projet, les Abidjanais et Abidjanaises vont gagner un temps précieux pour se déplacer, aller à leur travail ou rentrer chez eux. Le métro changera la vie des habitants car il permettra d’améliorer les transports et la qualité de vie, de développer l’activité économique tout en étant cohérent avec les engagements climatiques puisqu’il réduira les déplacements individuelsCe projet de métro est entièrement financé par la France. Avec un budget d’1,4 Milliard d’€, il représente l’effort financier le plus important que la France ait jamais réalisé pour la construction de transport urbain hors du territoire national..
Le thème des villes durables sera la thématique centrale du sommet Afrique-France qui se tient les 4, 5 et 6 Juin 2020 en France.

* Emmanuel Macron, discours à l’université Ki-Zerbo de Ouagadougou le 28 novembre 2017.
** Emmanuel Macron, discours à Abidjan lors du lancement des travaux de construction de la ligne 1 le 30 novembre 2017.