Afghanistan - Communiqué du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (15.08.2020)

Partager

La France a pris connaissance de la signature le 10 août dernier par le président de la République islamique d’Afghanistan d’un décret ordonnant la libération de 400 prisonniers talibans.

Cette décision s’inscrit dans le contexte du processus de paix que la France se tient prête à soutenir, en vue d’une solution politique préservant les institutions républicaines et les acquis démocratiques et en matière de droits de l’Homme depuis 2001. Il est essentiel que le processus de sortie de crise réponde aux besoins des victimes du conflit et que les auteurs d’actes criminels rendent pleinement compte de ces actes.

À cet égard, la France est particulièrement préoccupée par la présence, parmi les personnes susceptibles d’être libérées, de plusieurs terroristes condamnés pour les meurtres de citoyens français en Afghanistan. Elle est fermement opposée à la libération d’individus condamnés pour avoir commis des crimes contre des ressortissants français, en particulier des soldats et des travailleurs humanitaires qui ont œuvré avec dévouement, aux côtés de nos partenaires afghans, pour la sécurité et l’assistance des populations dans le besoin.

Informations complémentaires