Turkmenistan

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Avertissement

L’ambassade de France à Achgabat (Turkménistan) dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, veiller à disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade de France à Achgabat ne délivre pas de titres d’identité ou de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, l’ambassade pourra néanmoins délivrer un laissez-passer permettant le retour en France. La section consulaire de l’ambassade de France à Bakou (Azerbaïdjan) est compétente pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Turkménistan.

En cas d’urgence, l’ambassade au Turkménistan peut être jointe pendant les horaires d’ouverture au +993 12 36 35 50. En dehors de ces horaires, contactez le +993 12 36 34 68.

La section consulaire de l’ambassade de France à Bakou peut également être jointe au +994 50 282 87 89.

En cas d’incident grave dans le pays pendant votre séjour, pensez à rassurer vos proches.

Risques encourus et recommandations associées

Risques sismiques

Le Turkménistan se trouve dans une zone d’activité sismique. Il est recommandé, en cas de déclenchement d’un séisme, de suivre les recommandations d’usage (cf. rubrique « Infos pratiques – risques naturels »).

Risques liés aux transports

En dehors de la capitale, le défaut d’entretien des routes et le comportement imprévisible de nombreux automobilistes rendent la circulation difficile et dangereuse. Il est recommandé d’adopter une conduite prudente et de ne pas circuler de nuit en dehors des villes. Il convient également de rester vigilant dans la capitale, où le trafic est en plein essor.

Les points de contrôle routiers sont fréquents et peuvent donner lieu à des extorsions.

Pour plus d’informations sur le réseau routier, consultez la rubrique « Infos Utiles », onglet transport.

Risques terroristes

Compte tenu du contexte régional, le risque terroriste ne peut être écarté.

Zones de vigilance

Zones formellement déconseillées

Il est formellement déconseillé de se rendre dans la zone frontalière avec l’Afghanistan ou de traverser la frontière. L’Afghanistan figure en rouge sur la carte sécuritaire et tout séjour y est formellement déconseillé (cf la Fiche pays).

Zones en vigilance renforcée

Hormis la zone frontalière avec l’Afghanistan, l’ensemble du territoire turkmène est en vigilance renforcée.

Des vols à la tire sont parfois signalés sur les marchés en province et dans la capitale, en particulier sur le marché de « Tolkoutchka » qui attire les touristes et connaît une grande affluence en fin de semaine. Il est recommandé de surveiller ses effets personnels et de laisser ses objets de valeur en lieu sûr (ex : coffres des hôtels).

Il est déconseillé de se rendre la nuit dans le quartier périphérique de la capitale connu sous le nom de « Khitrovka ».

Recommandations générales

De manière générale, il est recommandé de :

• Ne pas montrer de signes ostentatoires de richesse et de laisser tout objet de valeur ainsi que les documents d’identité et de voyage dans un lieu sécurisé tels que les coffres d’hôtel (se munir de photocopies).

• Privilégier l’usage de taxis licenciés. Ceux-ci stationnent généralement devant les établissements (restaurants, bars) après leur fermeture.

• Ne pas circuler seul à pied, particulièrement la nuit dans les quartiers peu fréquentés et peu éclairés.

• Recourir aux services d’une agence de tourisme et loger dans des hôtels. Le tourisme individuel et le logement chez l’habitant ne sont pas une pratique courante dans le pays et il n’est pas possible d’obtenir un visa turkmène pour ce type de séjour.

Activités sportives à risque

Toute activité sportive au Turkménistan pose le problème du faible soutien médical local en cas d’accident. Il est donc déconseillé de pratiquer, à titre d’exemple, l’équitation. Par ailleurs, la pratique de certains sports extrêmes est interdite par les autorités locales (plongée, parachutisme, escalade, etc.).

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Visa

L’accès au territoire turkmène se fait sur présentation d’un passeport dont la durée de validité doit être d’au moins six mois à compter de la date de retour prévue.

Les voyageurs peuvent solliciter la délivrance d’un visa auprès de l’ambassade du Turkménistan à Paris avant leur départ. Ils doivent être munis d’une invitation délivrée par le Service d’Etat des Migrations, sur demande de la partie invitante (agence de voyage, particuliers, entreprises).

Le visa peut également être obtenu à l’aéroport d’arrivée et au port de Turkmenbachy sur présentation de la lettre d’invitation (ou de sa copie).

Le Service d’Etat des Migrations du Turkménistan est le seul organisme en charge de la délivrance des lettres d’invitation et des visas. Il est également en charge de l’enregistrement des étrangers et de leur contrôle durant leur séjour. Le délai d’obtention d’une lettre d’invitation peut donc être long (trois à quatre semaines).

Une taxe, en supplément du prix du visa, doit être payée à l’entrée dans le pays (12 USD). Une taxe touristique de 2 USD par nuit est également requise depuis le 1er août 2017.

Transiter par le Turkménistan nécessite l’obtention d’un visa de transit. Nous rappelons que le tourisme individuel et le logement chez l’habitant ne sont pas des pratiques courantes dans le pays et qu’il n’est pas possible d’obtenir un visa turkmène pour ces types de séjour.

Enregistrement / désenregistrement

Tout étranger séjournant au-delà de trois jours doit, dans un délai de trois jours suivant son arrivée, se faire enregistrer auprès du Service des Migrations. Le délai de trois jours court à compter du lendemain de l’arrivée. Le samedi, le dimanche et les jours fériés ne sont pas comptabilisés.

Cette formalité est obligatoire et doit être effectuée par l’employeur, l’organisation ou la personne ayant demandé l’invitation. Les agences de voyage auxquelles les voyageurs ont fait appel se chargent généralement de cette démarche. Les hôtels ne peuvent pas procéder à l’enregistrement des étrangers.

Les titulaires d’un visa de transit supérieur à cinq jours sont soumis à cette même obligation.

Les titulaires d’un visa de transit inférieur ou égal à cinq jours peuvent se faire enregistrer à l’entrée et à la sortie du pays.

Lors d’un voyage itinérant, les voyageurs doivent se faire enregistrer à chaque étape auprès du Service d’Etat des Migrations. Les contrôles de police sont fréquents et un défaut d’enregistrement peut entraîner le paiement d’une amende importante.

Une fois les démarches complétées, le formulaire d’enregistrement doit être conservé en permanence dans le passeport, pour être présenté à toute réquisition. Il sera restitué au poste frontière du point de sortie. Le non-respect de cette formalité peut, au moment de quitter le territoire turkmène, conduire à une amende, à une expulsion assortie d’une interdiction de séjour d’une à plusieurs années, voire à une incarcération. Il est également nécessaire de se "désenregistrer" (se renseigner lors de l’enregistrement), au moment de quitter le pays.

Zones frontalières

Il convient de noter que la région de Dasoguz et toutes les zones frontalières du Turkménistan font l’objet de restrictions de la part des autorités turkmènes et nécessitent une autorisation d’accès spéciale. Elle peut être obtenue avec le visa ou après l’arrivée sur le territoire. En cas de séjour organisé, l’agence de voyage se charge des démarches nécessaires pour obtenir une autorisation pour les zones touristiques visitées. Sinon, cette autorisation de visite est à solliciter lors du dépôt de la demande de visa ou à l’arrivée, auprès des services de l’immigration. Le délai d’obtention est compris entre 3 et 10 jours.

20 postes frontières sont actuellement ouverts, dont 3 avec l’Ouzbékistan, 1 avec le Kazakhstan, 2 maritimes avec la Russie et 3 avec l’Azerbaïdjan. Sauf mesures particulières, ils sont ouverts tous les jours de 9h00 à 18h00.

Il est rappelé que les voyages vers l’Afghanistan sont formellement déconseillés (pays figurant en rouge sur la carte sécuritaire).

Double nationalité

Le Turkménistan ne reconnaît pas la double nationalité (sauf pour les citoyens russes). Les visiteurs tentant d’entrer et de sortir du pays en présentant deux passeports différents pourraient rencontrer des difficultés et ne pas être autorisés à quitter immédiatement le territoire.

Règlementation douanière

Importation de biens

Il est interdit d’importer des armes, des munitions, des narcotiques, des médicaments psychotropes, des productions pornographiques et tout document susceptible de « porter préjudice aux intérêts politiques et économiques du Turkménistan, à sa sécurité et à la protection de la santé et de la moralité publique ».

Toute importation de littérature de nature religieuse est soumise à une autorisation préalable du conseil des affaires religieuses.

Exportation de biens

L’exportation de pierres précieuses, de chevaux de race, de chiens de berger d’Asie Centrale ou d’objets anciens d’orfèvrerie et d’artisanat nécessite une autorisation spéciale.

Le commerce du caviar est contrôlé.

L’exportation de tapis est très contrôlée et celle des tapis anciens (plus de 50 ans) est interdite. Les tapis plus récents peuvent être exportés sur présentation aux services douaniers, au moment de quitter le territoire, d’une autorisation délivrée par le Musée des Tapis d’Achgabat, après expertise. Celle-ci peut prendre plusieurs jours. Dans les magasins d’État, les biens ont déjà été expertisés. Certains magasins de la capitale sont aussi autorisés à délivrer directement l’autorisation d’exportation.

L’exportation d’œuvres d’art requiert également une autorisation spéciale ainsi que le paiement d’une taxe.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place. Beaucoup d’assurances internationales ne couvrent pas le Turkménistan. Il convient de se renseigner auprès des services d’assurance.

Les infrastructures sanitaires sont insuffisantes. En cas de maladie grave ou d’accident, le rapatriement sanitaire s’impose. Dans les hôpitaux turkmènes, tous les soins, hébergements, linges, médicaments et nourriture sont à la charge des patients étrangers.

Il est recommandé de consulter les coordonnées de médecins, hôpitaux et pharmacies sur le site de l’ambassade de France au Turkménistan.

Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de votre état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations. Consultez éventuellement votre dentiste avant le départ.

La qualité des médicaments n’est pas assurée au Turkménistan. Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires. Si vous prenez régulièrement des médicaments, emportez-en une quantité suffisante avec vous et voyagez avec l’ordonnance. Il est fortement déconseillé de consommer des médicaments achetés dans la rue (risques de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consulter la fiche « Infos Pratiques ».

Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi celles liées à toutes les zones géographiques visitées.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, en incluant rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.

En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

La vaccination contre la rage peut également être souhaitable dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Fièvre Typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risques.

Quelques règles simples

De manière générale :

• Se tenir à distance des animaux, de leurs déjections ainsi que de leur cadavre ;
• Secouer les habits, draps et sacs de couchage pour éviter les piqûres de scorpions ou les morsures de serpents ;
• Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risques de morsures et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés ;
• Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux roues).

Mesures d’hygiène alimentaire :

• Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes ;
• Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
• Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits ;
• Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
• Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
• Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
• Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais ;
• Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Transport routier

  • Réglementation

Il est conseillé de se faire établir, avant de venir au Turkménistan, un permis de conduire international auprès de sa préfecture. L’ambassade de France à Achgabat ne peut pas délivrer de permis international.

L’assurance au tiers est obligatoire. En cas d’accident mineur n’impliquant que des dégâts matériels légers, l’arrangement à l’amiable est souvent préféré par les Turkmènes. En cas d’accident faisant des blessés graves ou entraînant la mort, les assurances ne couvrent que peu ou pas du tout le dommage. En dépit de ce contexte, les ressortissants étrangers propriétaires d’une voiture sont invités à s’assurer.

La limitation de vitesse en ville est de 60 km/h et de 110 km/h sur voie rapide. A proximité des postes de contrôle de police (PYG), la vitesse est réduite à 30 km/h. Les contrôles radar, fixes et mobiles, sont fréquents.

La conduite avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0 g par litre de sang est passible d’amende, voire d’arrestation.

Un véhicule mal entretenu, l’absence de trousse de pharmacie ou d’extincteur peuvent faire l’objet d’amendes.

  • Circulation

Les rues des villes sont officiellement indiquées par des numéros. Cependant, peu de Turkmènes connaissent les numéros des rues. Il est recommandé de donner l’ancien nom (de la période soviétique) de la rue recherchée lorsque l’on demande son chemin. Les panneaux indicateurs sont uniquement en turkmène (alphabet latin). En dehors des agglomérations, les cartes routières et les plans sont peu fiables.

La location de véhicule est possible uniquement avec un chauffeur.

L’approvisionnement en carburant est satisfaisant et peu coûteux. Toutefois, le carburant en province et en dehors des villes peut être de piètre qualité.

  • Numéros utiles de la police routière :

• Direction Générale de la Police routière au Ministère de l’Intérieur à Achgabat : +993 12 34 08 05
• Direction de la P.R. de la région de « Balkan » : +993 2 22 488 85
• Direction de la P.R. de la région de « Mary » : +993 5 22 474 15
• Direction de la P.R. de la région de « Lébap » : +993 4 22 622 22
• Direction de la P.R. de la région de « Dachogouz » : +993 3 22 589 38

Langues de communication : russe et turkmène.

Transports en communs

Les taxis officiels sont reconnaissables à leur couleur jaune. Ils ont des compteurs mais fixent généralement un prix pour la course (entre 10 et 15 manats, plus à la sortie de l’aéroport). Il est également possible d’emprunter des « taxis non officiels » (voitures ordinaires), très bon marché. Le prix de la course est à négocier avec le chauffeur. Même si cette pratique est tolérée par les autorités en ville comme en province, il est rappelé qu’il est préférable d’emprunter des taxis licenciés.

Réseau ferroviaire

Les trains sont lents et circulent généralement la nuit. Ils ne sont pas toujours très confortables et sûrs mais les tarifs sont peu élevés.

Transport maritime

Il est possible de se rendre à Bakou par voie maritime. La traversée de la Caspienne dure entre 13 et 18 heures. Les navires sont anciens et peu entretenus, ce qui engendre régulièrement des difficultés de transit pouvant entraîner d’importants retards à l’appareillage. Afin d’éviter tout problème, il est recommandé de disposer d’un visa valide quelques jours supplémentaires pour les deux pays (Azerbaïdjan et Turkménistan).

Législation locale

Substances illicites ou contrôlées

Les infractions à la loi sur les stupéfiants, y compris la détention de quantités minimes de drogue, quelle qu’elle soit, sont passibles de lourdes peines de détention (jusqu’à 20 ans).

L’alcool au volant est interdit (tolérance zéro) ; les tests d’alcoolémie sont fréquents et peuvent entraîner une arrestation s’ils s’avèrent positifs.

Il est formellement interdit de fumer dans les lieux publics, y compris à la sortie de l’aéroport, ainsi que dans les rues, les jardins et les parcs.

Lois sociales

La loi turkmène punit sévèrement la prostitution et le proxénétisme et son interprétation par les autorités est très large. Des étrangers ayant des relations avec des jeunes femmes turkmènes, quelle que soit leur nature (tarifée ou librement consentie, de longue durée ou passagère), peuvent être arrêtés et condamnés à ce titre.

L’offense envers le Président du Turkménistan ou sa diffamation, ainsi que toute manifestation d’irrespect à l’égard des symboles de la Nation (statues, portraits, édifices publics, drapeaux, armoiries, hymne national etc.) peuvent être lourdement sanctionnées (arrestation, puis comparution devant le tribunal, suivie d’une expulsion assortie d’une interdiction de séjour).

Les manifestations et les rassemblements dans les lieux publics sont très contrôlés par les services de sécurité.

Le prosélytisme religieux est interdit.

L’homosexualité est pénalement sanctionnée.

Photos

Photographier les bâtiments officiels (ex : théâtres, statues, etc.) est autorisé. Il est interdit de photographier des bâtiments considérés comme stratégiques, ainsi que les gardes assignés à leur protection (ex : aéroports, installations militaires ou de police, résidence du président, etc.).

Avant toute prise de vue, il est préférable, par courtoisie, de s’assurer qu’il n’y a pas de restriction particulière en s’adressant aux policiers et gardes présents dans les rues et près des bâtiments officiels.

Us et coutumes

Le Turkménistan est un Etat laïc où l’Islam sunnite, l’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique sont légalement enregistrés.

Il est recommandé d’adopter une attitude respectueuse des usages locaux et de garder à l’esprit que les différences culturelles peuvent susciter une interprétation erronée de certains comportements.

Divers

Devises

Le taux de change USD/manat est fixe : 1USD = 3,50 nouveaux manats.

Il est conseillé, avant d’entrer au Turkménistan, de se munir de dollars en espèces, en privilégiant des billets récents et en bon état. Il est possible de changer de l’argent dans les points de change, les hôtels, les banques, ainsi que dans certains magasins. Cependant, il est très difficile de changer des euros.

Les distributeurs automatiques internationaux sont rares au Turkménistan. Il est uniquement possible de retirer de l’argent avec une carte internationale dans les lieux suivants (avec une commission) :

• Vnechecomombank (State Bank for Foreign Economic Affairs of Turkmenistan), 32 avenue Garashsyzlik, Achgabat. Tél. : +993 12 40 65 41 / +993 12 40 61 75. Fax : +993 12 40 65 95. (Carte Visa uniquement)

• Senagat Bank (Banque de l’Industrie), 42 avenue Turkmenbachy, Achgabat. Tél. : +993 12 45 31 30 ou +993 12 45 31 33. (Master Card uniquement)

• Hôtel Oguzkent : 231 Bitarap Turkmenistan, Achgabat. Tél. : +993 12 44 95 00. Fax : +993 12 44 95 01 (Carte Visa uniquement, automate délivrant des manats)

Moyens de paiement

L’usage des cartes bancaires comme moyen de paiement est inexistant (en dehors des hôtels). Les paiements se font généralement en manats, à l’exception des chambres d’hôtel, des billets d’avion et de certains restaurants où ils peuvent se faire en USD. Les entrées des musées et sites historiques sont à payer en dollars pour les non-résidents.

Les transferts d’argent sont possibles via Western Union.

Voyages d’affaires

Visas d’affaires

Les grandes entreprises installées sur le territoire turkmène et qui disposent d’un service dédié aux visas invitent directement, auprès du Service des migrations turkmène, leurs collaborateurs ou des hommes d’affaires.

Les entreprises n’ayant pas de connexion avec une grande entreprise implantée sur le territoire peuvent s’adresser à l’ambassade de France au Turkménistan, qui émet sous sa responsabilité une note verbale au ministère des Affaires étrangères turkmène. Ce dernier lui adresse en retour une lettre d’invitation du Service d’Etat des Migrations. Cette lettre est ensuite transmise par voie électronique au voyageur.

Dans les deux cas, le délai est d’environ une quinzaine de jours.

A son arrivée à l’aéroport, le voyageur d’affaire sollicite auprès du guichet dédié un visa turkmène à entrée unique ou à entrées multiples en fonction de ce qu’indique la lettre d’invitation.

Si son séjour excède trois jours, il doit se faire enregistrer auprès du Service des Migrations le lendemain de son arrivée. Les formalités d’enregistrement et de désenregistrement sont explicitées dans la rubrique Entrée/Séjour de la présente fiche.

Réseaux de communication

Téléphonie

Parmi les opérateurs français, seuls Bouygues et Orange fonctionnent au Turkménistan. Le nombre d’opérateurs étrangers qui fonctionnent dans le pays est en développement.

Les communications téléphoniques peuvent se révéler difficiles (coupures, échos), en particulier en dehors de la capitale, et sont sous surveillance.

Pour appeler la France depuis le Turkménistan : 810 33 + numéro du correspondant sans le 0.

Pour appeler le Turkménistan depuis la France : 00 (993) + code régional + numéro du correspondant. Achgabat : code : 12.

Internet

Le réseau est peu développé, lent et certains sites sont inaccessibles.

Dans la capitale, il existe quelques rares cafés internet. Pour y accéder, il faut présenter un document d’identité. Il est recommandé d’acheter une clé 3G ou 4G auprès de l’unique opérateur local (TM Cell) afin de disposer d’un accès internet.

Certains hôtels proposent des accès Wifi. La salle informatique de l’Institut Français du Turkménistan est équipée d’ordinateurs avec accès à internet.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques du Turkménistan.

Contacts utiles
  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence et le soutien public au développement international des entreprises.
Le Turkménistan relève du Service économique de Bakou :
Bureau de BAKOU
Adresse : 9 Rassoul Rza - AZ 1000 Bakou – AZERBAIDJAN
Tél. : +994 12 490 81 30
Télécopie : +994 12 490 81 31
Courriel : bakou chez dgtresor.gouv.fr
Site internet : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/Pays/azerbaidjan

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience à disposition pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.
Annuaire pour le Turkménistan.

  • CCI

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) Françaises à l’International sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.
Chambre de Commerce France - Turkménistan
Site internet : http://cc-france-turkmenistan.org/index.php

  • BAD

Le Turkménistan est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.
La page du Turkménistan est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/turkmenistan/main.

  • FMI

Sites internet : Le Turkménistan et le FMI.

PLAN DU SITE