Tanzanie

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Délinquance

Les actes de délinquance (vols, agressions, cambriolages, car-jacking) sont fréquents en Tanzanie. Il est recommandé de faire preuve d’une vigilance particulière dans les zones touristiques et à proximité des plages, restaurants, hôtels, clubs ou centres commerciaux.

Sont particulièrement fréquentes les agressions de touristes montés en voiture avec des inconnus ou dans des véhicules leur ayant été indiqués comme taxi mais ne présentant aucun signe officiel. Il convient d’être particulièrement vigilant face aux propositions de covoiturage. En cas d’agression, il est conseillé de n’opposer aucune résistance.

Il est recommandé de faire preuve de la plus grande prudence, notamment dans les lieux fréquentés par les étrangers (hôtels, bars, restaurants, discothèques, centres commerciaux, lieux de culte, etc.) sur l’ensemble du territoire tanzanien (sur le continent et l’archipel de Zanzibar).

Risque terroriste

Des sources crédibles font régulièrement état d’une menace terroriste en Afrique de l’Est. Il est recommandé de faire preuve de la plus grande prudence, notamment dans les lieux fréquentés par les étrangers (hôtels, bars, restaurants, discothèques, centres commerciaux, lieux de culte, etc.) sur l’ensemble du territoire tanzanien.

Risque de piraterie maritime

Les attaques de pirates sont un phénomène devenu rare au large des côtes tanzaniennes. Quelques cas ont toutefois été recensés à l’encontre de voiliers, qui constituent des embarcations particulièrement vulnérables. Ces actions sont le fait de pirates majoritairement venus des côtes somaliennes, qui peuvent étendre leurs activités plus au sud. Il est recommandé à tous les bateaux de se conformer aux "Best Management Practices" et de s’enregistrer auprès du centre pour la sécurité maritime (corne de l’Afrique) d’EUNAVFOR (www.mschoa.org).
Voir également la fiche thématique Piraterie maritime de ce site.

Risque routier

La Tanzanie est le 6e pays ayant le plus fort taux de mortalité routière au monde. L’absence de signalisation et d’éclairage, les comportements imprudents des conducteurs et la présence d’animaux sur les routes augmentent le risque d’accident. Des accidents de la route impliquant des minibus sont particulièrement fréquents. Il est conseillé d’éviter ce type de transports et de privilégier l’avion pour les trajets de longue distance. La conduite de nuit est déconseillée en dehors des agglomérations.

Risque sismique

Le risque sismique existe en Tanzanie Pour plus d’informations sur la conduite à tenir, consulter la fiche-réflexe consacrée aux séismes.

Zones de vigilance

Zones déconseillées sauf raison impérative (en orange sur la carte)

Les régions frontalières avec le Burundi et la RDC accueillent des centaines de milliers de réfugiés burundais et congolais qui ne sont pas tous accueillis dans les camps de réfugiés.

La présence potentielle de groupes armés ou de trafiquants peut engendrer des situations d’insécurité dans les régions suivantes : la région de Kagera, frontalière avec le Rwanda ; la région de Kigoma (à l’exception de la ville de Kigoma elle-même et des parcs nationaux de Gombe et de Mahale) ; la bande frontalière avec la RDC le long du lac Tanganyika. Il est déconseillé, sauf raison impérative, de se rendre dans ces parties du territoire.

Régions du Sud-Est frontalières au Mozambique

Il convient d’être très prudent dans les régions situées au sud-est de la Tanzanie (frontalières avec le Mozambique). Suite à plusieurs attaques terroristes depuis le mois d’octobre 2017, le Nord-Est du Mozambique est en effet déconseillé, sauf raison impérative.

Zones en vigilance renforcée (en jaune sur la carte)

Le reste du pays est en vigilance renforcée.

Au nord (régions d’Arusha et du Kilimandjaro), il est conseillé de suivre scrupuleusement les consignes données par les opérateurs touristiques en matière de circulation, de criminalité, de sécurité dans les parcs nationaux et de santé.

Une vigilance renforcée s’impose sur l’axe routier Arusha-Nairobi, où l’insécurité routière est particulièrement importante.

Recommandations générales

Il est recommandé de :
• ne pas se promener dans les endroits isolés, et en particulier sur les plages de Dar-Es-Salaam et de ses environs ; éviter de se promener à pied la nuit, en particulier à Dar-Es-Salaam, Zanzibar et Arusha ; ne pas porter de manière ostentatoire argent et objets de valeur.
• ne jamais prendre de taxis non-officiels (les taxis officiels sont identifiables par la bande de couleur et un cercle dans lequel est indiqué le quartier de rattachement et le numéro du taxi). En effet, plusieurs touristes empruntant des taxis non officiels se sont retrouvés rejoints par plusieurs complices au cours de la course, qui ensuite les séquestrent pendant plusieurs heures, les frappent et les obligent à procéder à plusieurs retraits bancaires. Il est conseillé de donner son code sans aucune résistance (les banques remboursant les sommes volées), et après, un tel incident, de porter plainte et de contacter au plus vite le consulat. Le recours à l’application Uber peut être envisagé.
• circuler en voiture avec les portières verrouillées et les vitres fermées ; éviter de conduire de nuit en dehors des agglomérations ;
• être particulièrement vigilant lors des excursions dans les parcs naturels, en particulier en présence de jeunes enfants, en raison de la présence d’animaux sauvages ;
• pour les voyageurs en bus, ne jamais accepter de nourriture ou de boisson offerte par d’autres voyageurs, même à l’apparence inoffensive (enfants) ; pusieurs voyageurs ont ainsi été drogués et dévalisés. La drogue utilisée pouvant s’avérer très dangereuse pour la santé, voire létale.

Activités sportives à risque

Parcs naturels

Lors de visites dans les parcs naturels, il est recommandé de suivre scrupuleusement les consignes de sécurité. Il est déconseillé de sortir du véhicule sans autorisation.

Alpinisme

L’ascension des monts Meru (4556 m) et Kilimanjaro (5895 m) nécessite une préparation physique et médicale adaptée (des décès sont dénombrés chaque année). Il est impératif de s’y rendre accompagné de guides provenant d’agences de voyages sérieuses. Il n’y a pas de moyens d’évacuation rapide (type hélicoptère) en cas de problèmes dus à l’altitude (malaises graves notamment)ni d’assistance médicale sur place.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Visa obligatoire

Un passeport dont la validité est supérieure à 6 mois à compter de la date d’arrivée en Tanzanie est exigé par les autorités tanzaniennes.

La demande de visa doit être formulée auprès de l’ambassade de Tanzanie en France. Toutefois, lorsque le voyageur n’a pas la possibilité d’effectuer une demande de visa avant son départ, il peut en obtenir la délivrance aux aéroports internationaux de Dar-Es-Salaam, Zanzibar et Kilimandjaro, ainsi qu’aux ports de Dar-Es-Salaam, Zanzibar et Kigoma.

Au passage à la frontière, les officiers de l’immigration peuvent réduire la validité d’un visa délivré par une ambassade de Tanzanie. Il convient donc de vérifier la mention apposée par les services de l’immigration sur le visa lui-même et de respecter strictement la durée du séjour accordé.

Il est indispensable d’informer l’autorité tanzanienne délivrant le visa du caractère touristique ou professionnel du séjour. Les tarifs du visa tourisme sont différents et toute personne séjournant sous couvert d’un visa de ce type alors que ces raisons sont professionnelles s’expose à des poursuites judiciaires aux lourdes conséquences (forte amende, expulsion, voire interdiction temporaire ou définitive du territoire). Il est par exemple interdit d’exercer une quelconque activité (même bénévole) avec un visa de tourisme : les intéressés doivent, même pour un court séjour, présenter une demande de permis de résidence de type C.

Seuls les dollars américains postérieurs à 2006 sont acceptés pour le paiement des frais de visa à l’entrée de la Tanzanie. Les euros ne sont pas acceptés.

Pour de plus amples informations, il est recommandé de prendre contact avec l’ambassade de Tanzanie à Paris.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

En cas d’urgence médicale vitale en dehors de Dar-Es-Salaam et de sa région proche, il est vivement recommandé, si le patient est transportable, de le faire directement évacuer par avion au Kenya ou en Afrique du Sud (cf. les "Contacts utiles", en marge droite de la présente fiche). L’ambassade peut donner toutes les adresses utiles, y compris celle d’un médecin français joignable 24h/24, directement au +255 752 25 46 42 ou via le standard de l’ambassade : +255 22 219 88 00 (ou en cas d’urgence : +255 784 210 396).

Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccinations international pour faire une évaluation de votre état de santé, analyser les risques sanitaires et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations nécessaires ou recommandées.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et emportez dans vos bagages les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consultez les fiches Infos Pratiques.

Vaccinations

  • Assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • Ainsi, la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, de même que la vaccination rubéole oreillons et rougeole chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • Il est préférable d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
  • Les informations données par les autorités tanzaniennes concernant la vaccination contre la fièvre jaune sont ambigües. La vaccination contre la fièvre jaune n’est en principe obligatoire que pour les personnes en provenance d’un pays où cette fièvre est endémique (1), ou pour celles qui ont transité plus de 12 heures par un de ces pays. Dans la pratique, la preuve de vaccination est exigée de manière indistincte. La vaccination contre la fièvre jaune attestée par un carnet de vaccinations international peut permettre d’éviter des problèmes administratifs à l’aéroport mais ne constitue pas une obligatoire légale ou médicale.

(1) Ces pays sont : Afrique : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap Vert, République centrafricaine, Congo, Congo (RDC), Côte d’Ivoire, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tchad, Togo. Amérique du Sud : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Guyane, Guyana, Panama, Paraguay, Pérou, Surinam, Trinidad et Tobago, Vénézuela.

RISQUES SANITAIRES

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

On signale une nette augmentation du nombre de cas de paludisme depuis quelques années, notamment dans la région de Dar Es Salam. Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques.
Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages.
Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Dengue

La dengue est présente en Tanzanie depuis quelques années. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique. Elle repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et sur le repos. Eviter impérativement la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires.
La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf ci-après) en particulier à Dar-Es-Salaam et ses environs, ainsi que sur l’archipel de Zanzibar.

Chikungunya

La transmission du Chikungunya est possible. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.
Plus d’informations : http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/maladies-moustiques/chikungunya/index.asp.

Trypanosomiase (ou maladie du sommeil)

Quelques cas de trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil) ont été rapportés ces dernières années chez des touristes ayant séjourné dans les grands parcs animaliers du pays. La maladie demeure pourtant assez rare et ne touche que les zones où sont présents des animaux sauvages. Elle est transmise par une mouche tsé-tsé infectée. Les symptômes apparaissent habituellement quelques jours, quelques semaines, voire quelques années après avoir été piqué. Il n’existe pas de vaccin ni de médicament préventif qui protègent contre la maladie du sommeil.

La prévention repose essentiellement sur la prévention des piqures d’insectes. En cas de symptômes, il convient donc de consulter un médecin après un séjour dans une zone concernée.

La fièvre de la vallée du Rift

Des cas de fièvre de la vallée du Rift ont été signalés dans le nord du pays (région d’Arusha). Cette maladie du bétail peut être transmise par contact direct avec le sang ou le lait de l’animal ou par une piqûre de moustique. Afin de réduire les risques de contracter cette maladie potentiellement grave, il est recommandé d’éviter tout contact avec des produits crus d’origine animale, de veiller à une cuisson suffisante des aliments (en particulier du lait) et de se protéger soigneusement des piqûres de moustiques, de jour comme de nuit. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Choléra

Le choléra est présent en Tanzanie. Les zones concernées sont le plus souvent des quartiers urbains insalubres et d’habitat informel. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Fièvre Typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par un chien, renard ou chauve-souris atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable. Pour plus d’informations : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/rage

Méningite

La plus grande prudence est conseillée en cas de déplacement dans cette zone, et il convient d’éviter de s’y rendre avec de jeunes enfants. Il est donc vivement recommandé de consulter un médecin préalablement à un voyage, pour faire une évaluation sur la nécessité de vaccination contre le méningocoque (A,C,Y,W). Pour plus d’informations, consultez le lien www.info-meningocoque.fr/index.html.

Infection par le virus HIV – MST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

QUELQUES RÈGLES SIMPLES

Il est recommandé de :

  • éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).
  • éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.
  • veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).
  • ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Préservez-vous des contaminations digestives ou de contact :

  • Lavez-vous les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veillez à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson.
  • Évitez la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
  • Pelez les fruits ou légumes ou lavez-les bien (à l’eau saine).
  • Évitez les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne buvez que de l’eau et boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou, à défaut, produit désinfectant).
  • Évitez les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommez le lait que pasteurisé ou bouilli.
  • Évitez les contacts avec des personnes malades.
  • Respectez les règles d’hygiène de base et nettoyez avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :
Institut Pasteur
Santé publique France
Organisation mondiale de la Santé

Infos utiles

Transport

Infrastructures routières

En dehors des agglomérations, les accidents sont fréquents. Il est recommandé de faire preuve de vigilance et d’éviter de circuler de nuit. Le réseau routier est correct : les principaux axes routiers demeurent praticables. Le réseau de voies secondaires est moins bon : les voies sont souvent des pistes. L’approvisionnement en carburant ne soulève pas de problèmes particuliers (prévoir toutefois une réserve en cas de longs trajets). Voir également l’onglet « Sécurité » de la présente fiche.

Il est nécessaire de disposer d’un permis de conduire international.

Réseau ferroviaire

Deux compagnies de transport ferroviaire exploitent le réseau ferré : Tazara et Tanzania Railway Corporation.

La ligne Tazara relie Dar-Es-Salaam à la gare de New Kapiri Mposhi en Zambie. Cette ligne fonctionne malgré des problèmes techniques fréquents. Au vu des conditions de maintenance très insuffisantes des autres lignes, exploitées par Tanzanian Railway Corporation, il n’est pas conseillé d’utiliser ce moyen de transport.

Réseau maritime

La plus grande prudence est à observer lors des déplacements par ferry qui sont souvent surchargés.

Seules les navettes régulières, par catamaran de la dernière génération (bateaux "Kilimandjaro" et suivants), entre Dar-Es-Salaam et StoneTown (capitale de l’île de Zanzibar) offrent un état de sécurité satisfaisant.

Les autres liaisons maritimes, notamment entre Zanzibar et Pemba, entre Tanga et Pemba, ou entre Mafia et le continent, sont peu fiables et des accidents sont régulièrement rapportés.

Transport lacustre

Les lignes régulières sur les lacs Victoria, Tanganyika et Malawi (toujours appelé Nyassa en Tanzanie) sont également peu fiables et ne sont pas recommandées.

Transport aérien

Il existe de nombreuses liaisons aériennes intérieures mais les horaires sont parfois aléatoires. Il n’a pas pu être établi avec certitude que les procédures de maintenance des avions de tourisme des petites compagnies aériennes sont scrupuleusement respectées. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès des agences de tourisme avant de les emprunter.

Législation locale

Homosexualité

L’homosexualité est réprimée par la loi (amende ou peine de prison).

Accès à la propriété

En application du droit de l’archipel de Zanzibar, l’accès à la propriété n’est pas ouvert aux étrangers. Des arrangements dérogatoires sont proposés par des intermédiaires locaux privés qui ne sont pas dignes de foi. L’acquisition d’un bien foncier ou immobilier sur l’archipel de Zanzibar est par conséquent particulièrement hasardeuse. En l’état actuel des textes, et compte tenu de l’existence de nombreux contentieux, à l’issue parfois tragique, les personnes souhaitant se rendre propriétaires d’un bien foncier ou immobilier dans l’archipel sont invités à prendre conseil auprès d’avocats spécialisés.

Trophées de chasse

L’exportation de trophées de chasse, quels qu’ils soient (toute partie d’un animal, y compris les ossements), est strictement réglementée. Avant de les transporter, il convient d’être en possession de l’ensemble des documents requis par la douane tanzanienne. Les infractions à cette réglementation sont sévèrement réprimées, en particulier s’il s’agit d’ivoire (les contrevenants risquent des peines de prison ferme).

Stupéfiants

La possession et le trafic de produits stupéfiants, même pour d’infimes quantités, sont très sévèrement réprimés (perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 20 ans).

La consommation de drogue ou la seule possession d’ustensiles utilisés pour la consommation sont condamnées par des peines d’emprisonnement de 10 ans ferme.

Les produits stupéfiants que l’on peut trouver dans le pays sont de qualités variables. Leur consommation peut entraîner la mort.

Drones

La législation sur l’utilisation des drones est très stricte et impose d’obtenir des autorisations auprès de diverses autorités. Il est donc fortement déconseillé d’entrer avec un drone en Tanzanie, où son utilisation sans autorisation peut se traduire par une arrestation immédiate.

Us et coutumes

A Zanzibar, 98 % de la population est musulmane. En dehors des hôtels touristiques, il convient d’adopter une attitude et une tenue vestimentaire respectueuses des coutumes locales. Il est recommandé de porter des vêtements couvrants.

Il est conseillé d’éviter de manger ou de boire de l’alcool dans la journée dans les lieux publics pendant la période de jeûne.

Il est interdit de photographier ou de filmer les installations considérées comme sensibles (aéroports, ponts, casernes, bâtiments publics du type présidence ou ministère, installations militaires).

Divers

Devises

Les cartes de crédit ne sont acceptées que dans certains hôtels, supermarchés et restaurants des grandes villes. Il est possible de retirer des espèces (schilling tanzanien) aux distributeurs dans les grandes villes. Ces distributeurs sont peu nombreux et n’acceptent pas toutes les cartes de crédits. Les retraits sont en outre limités. Il est, par conséquent, vivement recommandé de se munir de devises. La plupart des paiements peuvent être effectués directement en dollars américains issus de séries postérieures à l’année 2006.

Il est conseillé de ne pas changer d’argent auprès d’intermédiaires dans la rue et de privilégier les bureaux de change et les banques.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Tous les visiteurs de nationalité française qui souhaitent se rendre en Tanzanie doivent obtenir un visa approprié auprès de la représentation diplomatique tanzanienne à Paris. Il est cependant possible de solliciter son visa de séjour à son arrivée, uniquement aux aéroports de Dar-Es-Salaam, de Zanzibar, de Kilimandjaro et à Namanga, point de passage entre la frontière du Kenya et de la Tanzanie.

La Tanzanie propose deux catégories de visa :

1. Visa de transit

Le visa de transit (C2) est délivré uniquement aux voyageurs de passage.

2. Visa Voyage

Le visa « voyage » est accordé aux étrangers qui souhaitent entrer et rester en Tanzanie pour une période de temps limitée.

Dans cette catégorie, plusieurs types de visas voyage sont proposés :

  • sans autorisation préalable :

1. Loisirs & Vacances (A1)
2. Visiter des amis et parents (A2)

  • avec autorisation préalable, un permis de résident et un permis de travail correspondant à l’activité exercée doivent être sollicités auprès des autorités compétentes :

3. Missions (B1)
4. Réunions, conférences (B2)
5. Autre entreprise (B3)
6. Études (C1)
7. Santé (C3)
8. Divers (C4)
9. Diplomatique (D)
10. Officiel (E)

Réseaux de télécommunications

La couverture du pays est assurée par les opérateurs dans les principales villes du pays et sur l’ensemble du territoire, sauf dans certaines régions isolées. La connexion 3G, mais aussi 4G, est disponible en Tanzanie, en fonction des opérateurs de téléphonie mobile, à condition que le voyageur soit muni d’une clé locale ou d’un smartphone avec une carte SIM locale. La 4G est relativement bonne à Dar es Salaam et Arusha.

L’usage du "roaming" reste très onéreux.

La qualité d’ensemble du réseau de communication est moyenne.

Données économiques

La Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Tanzanie.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Bureau de Dar es Salaam
Adresse : Ambassade de France
Ali Hassan Mwinyi - Kilimani Road
P.O. Box 2349 - DAR ES SALAAM – TANZANIE
Tél. : +255 22 219 88 00
Télécopie : +255 22 219 88 25
Courriel : beatrice.alperte chez dgtresor.gouv.fr

  • Business France

Opérateur public national, Business France est au service de l’internationalisation de l’économie française.
En Afrique de l’Est, Business France couvre 5 marchés : le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Rwanda et l’Ethiopie. Le bureau régional est basé à Nairobi et a pour missions d’accompagner les entreprises françaises dans leurs projets de développement export, d’accompagner des investisseurs étrangers dans leurs projets d’implantation sur le territoire français et de valoriser et promouvoir l’attractivité et l’image économique de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Les experts sectoriels de Business France informent, conseillent et accompagnent les entreprises françaises désireuses de développer des courants d’affaires en Tanzanie. Pour ce faire, ils proposent des services adaptés aux différentes étapes d’un développement export :

  • études de marché
  • informations sur les conditions d’accès au marché
  • identification de prospects et de partenaires d’affaires (importateurs, distributeurs, clients, etc.)
  • organisation de programmes de rendez-vous BtoB
  • organisation d’évènements export (rencontres acheteurs, pavillon France sur salon, etc.)
  • expertise juridique et règlementaire
  • veilles d’appels d’offres internationaux
  • prestations de communication
  • promotion du Volontariat international en entreprise (V.I.E)

Bureau Business France en Afrique de l’Est (compétent sur la Tanzanie)
Ambassade de France au Kenya
Peponi Gardens - Westlands
P.O. Box 30374 - 00100 Nairobi
Kenya

Tél : +254 20 760 55 81/82/83/84/85/86
Courriel : nairobi chez businessfrance.fr
Site internet : www.businessfrance.fr

Contact :
M. Xavier Chatte-Ruols
Directeur pour l’Afrique de l’Est
Tél. : +254 20 760 5581
Email : xavier.chatte-ruols chez businessfrance.fr

  • CCEF

Les conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Président de section : Christophe DARMOIS - +255 789 200 078(société TOKHEIM SERVICES EAST AFRICA Lmt)

Annuaire pour la Tanzanie.

  • AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence de Dar-Es-Salaam
C/O French Embassy
Ali Hassan Mwinyi Road
P.O. Box 2349
Tel : +255 22 292 644/5
Email : afddaressalaam chez afd.fr

  • BAD

La Tanzanie est membre de la Banque africaine de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : https://www.afdb.org/fr/.

La page de la Tanzanie est consultable à l’adresse : https://www.afdb.org/fr/countries/east-africa/tanzania/.

-* FMI

Bureau du représentant résident du FMI en Tanzanie.

La Tanzanie et le FMI.

PLAN DU SITE