Sri Lanka

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Sécurité

RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIÉES

Risques liés aux transports : la circulation routière à Sri Lanka (conduite à gauche) est risquée : infractions aux règles de circulation récurrentes, étroitesse et encombrement des axes routiers, réactions imprévisibles des conducteurs, présence de piétons et d’animaux sur les routes. Il est préférable de louer une voiture avec chauffeur, de veiller à ce que le véhicule soit assuré et le chauffeur habilité à transporter des touristes.

Délinquance – risques spécifiques aux endroits touristiques : la petite délinquance, en particulier les vols, est en augmentation dans les lieux fréquentés par les touristes (notamment sur les plages –cas de vols à l’arraché par des personnes conduisant des motos, dans les chambres d’hôtes du bord de mer, dans les trains et les bus).

Risques spécifiques pour les femmes : le harcèlement de rue est fréquent, des agressions sexuelles voire des viols ont été signalés, ainsi que des cas d’attouchements sexuels à l’occasion de soins du corps et/ou de massages. Il est préférable de s’assurer au préalable de la réputation de l’établissement et de s’entourer de précautions une fois sur place. De manière générale, prudence et discrétion sont de mise. Certains lieux exposent davantage aux risques de harcèlement (transports en commun, environs des ports et des gares, quartiers fréquentés majoritairement par des hommes, rues avec des échoppes visant une clientèle masculine). Il est conseillé aux femmes d’éviter de se déplacer à pied, seules, dans les zones peu fréquentées, après la tombée de la nuit (rues peu animées, y compris dans les grandes villes ; ruelles de villages ; plages, etc.).

Risques naturels : Sri Lanka est un pays à mousson, qui peut connaître des précipitations durables et abondantes. Les orages peuvent être particulièrement violents. Même hors période de mousson, des inondations peuvent survenir de façon soudaine, notamment en zone montagneuse, ainsi que des chutes de pierres et des glissements de terrain.

Piraterie maritime : La piraterie menace la sécurité de la navigation dans l’océan Indien en général. La zone d’action des pirates s’étend jusqu’au sud de l’Inde et aux Maldives. Il est recommandé aux navigateurs de plaisance la plus grande prudence lors des déplacements maritimes au large des côtes. Tout accostage doit être immédiatement enregistré auprès de la police locale.

Terrorisme : Aucun acte terroriste n’a été enregistré à Sri Lanka depuis la fin de la guerre en 2009. Le risque de reprise d’actes violents ne peut toutefois être écarté et des tensions ethniques et/ou religieuses sont perceptibles dans l’ensemble du pays, en dépit de la politique de réconciliation menée par le gouvernement.

Risques liés aux mines : il demeure des zones non déminées dans les provinces de l’est et du nord. Elles sont signalées et interdites d’accès. Il convient d’être prudent lorsque l’on s’aventure hors des principaux axes routiers.

ZONES DE VIGILANCE

• Dans les provinces de l’Est et du Nord, des travaux de reconstruction des infrastructures et d’aménagement des sites touristiques sont en cours.

• Dans ces deux provinces (districts de Mannar, Vavuniya, Mullaitivu, Kilinochchi, Jaffna, Trincomalee, Batticaloa et Ampara), les précautions suivantes sont recommandées :

  • être attentif aux consignes données par les forces de sécurité et se soumettre aux contrôles ;
  • respecter la signalisation de la présence possible de mines et les interdictions d’accès à certains endroits ;
  • ne pas s’écarter des principaux axes de circulation ;
  • éviter les zones forestières, les rizières et les maisons en ruine qui peuvent abriter des mines ou d’autres engins explosifs ;
    En toutes circonstances et dans l’ensemble du pays, il est conseillé de faire preuve de vigilance renforcée et de se conformer strictement aux consignes de sécurité émises par les autorités. Il est également conseillé de se tenir à l’écart des rassemblements et des mouvements de foule organisés ou spontanés et d’éventuelles querelles.

• Des risques d’attaques de frelons existent sur le site de Sigiriya (voir la rubrique santé).

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

• Ne pas sortir des axes routiers importants et ne pas conduire de nuit.
• Eviter de se promener seul après la tombée de la nuit sans s’être informé auprès de personnes connaissant les lieux des risques potentiels.
• Refuser les offres de services non sollicités émanant des chauffeurs de trois roues (tuk tuk), des rabatteurs aux abords des hôtels, des « beach boys » sur les plages et de personnes se faisant passer pour des guides.
• Ne pas transporter ses papiers d’identité et son argent dans un même sac et sortir avec le strict minimum ; conserver en lieu sûr (dans le coffre de la chambre d’hôtel par exemple) de l’argent et une copie du passeport (une version numérique pourra également être utile). Il convient d’avoir toujours sur soi un document officiel d’identité comportant une photo.

ACTIVITÉS SPORTIVES A RISQUE

Risque de noyade lors de baignade : la plus grande prudence est recommandée lors des baignades sur le littoral sri lankais en raison de la puissance des vagues et de la force des courants. Sur la côte ouest, la baignade en mer est vivement déconseillée d’avril à novembre et sur la côte est de décembre à mars. Chaque année, plusieurs touristes se noient sur les plages touristiques de l’ouest et du sud du pays (Hikkaduwa, Mirissa, Tangalle…), en particulier pendant les mois de mousson. La plus grande vigilance est recommandée, y compris pour les nageurs confirmés. Il convient dans la mesure du possible de rester en groupe et de préférer les plages qui disposent d’un dispositif de surveillance. Renseignez-vous systématiquement sur les conditions de sécurité avant de vous baigner.

A la plage, soyez conscient des risques liés à la faune marine : une attaque –très rare - par un crocodile, en bord de lagune, a eu lieu en septembre 2017. Par ailleurs, certaines plages peuvent être temporairement interdites en raison de la prolifération de méduses. En cas de piqûre, pouvant entraîner des démangeaisons urticantes et contractures musculaires, il convient de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Excursions  : Il convient d’aborder les excursions en pleine nature avec prudence, de préférence accompagné d’un guide qui saura réagir de manière adéquate en présence de serpents, sangsues, singes, éléphants, crocodiles, varans et autres animaux.Dans les parcs et aux abords des sites archéologiques, ne donner en aucun cas de la nourriture aux animaux : les singes et les éléphants peuvent se montrer agressifs. Il convient de se tenir à l’écart des chiens, en ville comme à la campagne et de consulter immédiatement un médecin en cas de morsure ou griffure, même d’apparence banale. La rage sévit de manière endémique à Sri Lanka (cf. rubrique santé).

Entrée / Séjour

FORMALITÉS D’ENTRÉE

• Les voyageurs souhaitant effectuer des séjours touristiques inférieurs à 90 jours ne sont autorisés à entrer dans le pays que sur présentation d’une autorisation (Electronic Travel Authorisation - ETA), payante. Pour des séjours inférieurs à 30 jours, la demande peut être effectuée sur Internet (www.eta.gov.lk, site officiel comportant une version française et qu’il convient d’utiliser à l’exclusion de tout autre). Il est possible de soumettre sa demande d’ETA à l’arrivée à l’aéroport international Bandaranaike (http://www.eta.gov.lk/slvisa/visainfo/apply.jsp?locale=fr_FR#byapp http://www.airport.lk/passenger_guide/arrival_procedures/immigration.php). Pour des séjours de 30 à 90 jours, elle ne peut être sollicitée qu’auprès de l’ambassade ou du consulat de Sri Lanka dans le pays de résidence, avant le départ.

• Il est toutefois possible de faire prolonger son visa de tourisme au-delà de 30 jours, une fois sur place, en se rendant au bureau de l’immigration (cf. rubrique « contacts utiles »), 8 jours au moins avant l’expiration du visa.

L’autorisation ETA ne constitue pas un droit d’entrée : à l’arrivée à Sri Lanka, les visiteurs doivent être munis d’un passeport d’une durée de validité d’au moins 6 mois après la date d’entrée, d’un billet de retour et de justificatifs de ressources pour la durée de leur séjour.

• Il est recommandé aux voyageurs désireux d’effectuer un périple comprenant des étapes en Inde, à Sri Lanka et de nouveau en Inde de s’informer de la réglementation indienne en matière de visa de tourisme (voir la fiche Conseils aux Voyageurs Inde, rubrique Entrée/Séjour).

• Si l’objet de la visite à Sri Lanka est autre que touristique, il convient de formuler préalablement au départ une demande de visa auprès des autorités sri lankaises compétentes pour le lieu de résidence du visiteur. Entrer avec un visa de tourisme et le faire transformer en visa de résident est illégal et expose à un risque d’expulsion du territoire.

RÉGLEMENTATION DOUANIÈRE

Les touristes peuvent importer en franchise de douane (duty-free) à concurrence de 125 USD pour les biens achetés à l’étranger et de 187,5 USD pour les biens achetés au duty-free shop de l’aéroport à l’arrivée à Sri Lanka.
Les touristes peuvent importer leurs effets à usage personnel (vêtements, articles de toilette…) et deux bouteilles de vin, un litre et demi de spiritueux, ¼ L d’eau de toilette et parfums et souvenirs en petite quantité, pour une valeur inférieure ou égale à 250 USD.

L’importation / l’exportation des articles suivants est réglementée : or, bijoux, pierres et métaux précieux, spiritueux et vins, cosmétiques, médicaments, équipements de télécommunication, devises étrangères au-delà de 15000 USD ou équivalent (si vous prévoyez de réexporter une somme égale ou supérieure à 5000 USD, la totalité de la somme doit être déclarée), animaux et plantes (y compris des parties), certains objets en bois, armes à feu, munitions, pistolets à air comprimé, explosifs (y compris les feu d’artifice), tous articles dont l’importation est soumise à l’obtention d’un permis.

L’importation des articles suivants est prohibée : narcotiques, psychotropes, médicaments ou précurseurs chimiques, pornographie, littérature religieuse, cigarettes.

L’exportation des articles suivants est interdite : antiquités, statues, trésors nationaux, livres anciens, animaux, oiseaux et reptiles (vivants ou morts), plants de thé, de caoutchouc et de cocotier.

Santé

Un séjour à l’étranger implique de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

AVANT LE DÉPART

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé : Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (notamment chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France. Les voyageurs ne maitrisant pas l’anglais pourront inclure dans leur contrat d’assistance la prise en charge d’un interprète.

Une liste complète des médecins et hôpitaux conseillés est disponible sur le site de l’ambassade de France à Sri Lanka : https://lk.ambafrance.org/La-sante.

Recommandations pour votre santé

  • Consulter si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de votre état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement votre dentiste avant votre départ.
  • Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Info Pratique.
  • Vaccinations : aucune vaccination n’est obligatoire mais la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable. En fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées, ainsi que la vaccination contre la rage. Enfin, pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
RISQUES SANITAIRES

Maladies transmises par les moustiques

Dengue : La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prise en charge est avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires.

La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques. Durant votre séjour, et après votre retour, un avis médical doit être pris rapidement en cas de fièvre inexpliquée.

Chikungunya : la transmission du Chikungunya est possible notamment à Colombo et Kandy. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Encéphalite japonaise : cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. Dans le cadre d’un voyage touristique, la vaccination contre l’encéphalite japonaise n’est pas recommandée systématiquement. Il semble que les mesures physiques contre les moustiques (cf ci après) soient une arme efficace.

Paludisme : le paludisme est considéré par l’OMS comme éradiqué à Sri Lanka depuis 2016.

Leishmaniose cutanée : cette parasitose est transmise par une mouche de sable ou un moucheron qui pique surtout le soir et la nuit. L’infection se traduit par des lésions cutanées qui peuvent se développer sur le visage, les bras et le corps. Plusieurs formes de la maladie sont connues, cutanées ou viscérales, pouvant être mortelles. Le traitement est long et difficile, et il convient de consulter un médecin rapidement après l’apparition d’une ou plusieurs plaies cutanées laissant supposer une infection. La prévention consiste notamment à porter des vêtements couvrants et à appliquer sur la peau des répulsifs anti-moustiques.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Rage : la rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par les animaux (chien, chat, écureuil, renard, singe, chauve-souris…) atteints du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide : il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire de ne pas s’en approcher. En cas de morsure ou de griffure, il est impératif de consulter rapidement un médecin.

La vaccination préventive avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable. Plus d’informations sur https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/rage.

Grippe aviaire : Sri Lanka n’a déclaré aucune affection de grippe aviaire sur son territoire. Les mesures suivantes sont néanmoins recommandées :

• Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
• Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
• Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.
• En cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, consulter rapidement un médecin.
• En cas de symptômes compatibles, notamment fièvre, toux ou courbatures, consulter également un médecin.

Attaques de frelons à Sigiriya (Rocher du Lion) : des attaques massives de frelons, pouvant nécessiter une hospitalisation, sont régulièrement signalées sur le sentier forestier menant au Rocher du Lion de Sigiriya. Un panneau y indique que le bruit est de nature à favoriser ces agressions.

Fièvre typhoïde : la fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination qui est recommandée et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire.

Infection par le virus HIV – IST : concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

QUELQUES RÈGLES SIMPLES

• Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
• Ne pas approcher les animaux errants, chiens, singes… (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux que vous rencontrez.
• Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues).
• Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

• Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ou des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
• Veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson.
• Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits.
• Peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine).
• Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
• Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (par filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).
• Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Institut Pasteur
Santé Publique France
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

TRANSPORT

Permis de conduire : Il est préférable de louer une voiture avec chauffeur. Les voyageurs qui souhaiteraient néanmoins prendre eux-mêmes le volant doivent savoir que contrairement au discours tenu par certains loueurs de véhicules, ni le permis de conduire français ni le permis international n’autorisent la conduite automobile à Sri Lanka, même durant un court séjour. Un permis de conduire temporaire d’1 mois, renouvelable (8 ans pour les résidents) doit être obtenu auprès du Department of Motor Traffic, sur présentation du passeport et du permis de conduire détenu (renseignements : info chez motortraffic.gov.lk ; cf. rubrique "Contacts utiles"). Sur présentation d’un permis de conduire international en cours de validité, l’Automobile Association of Ceylon (AAC), 40, Sir Mohamed Macan Marker Mawatha, Colombo 3 (derrière l’hôtel Taj Samudra) peut délivrer un permis temporaire d’une durée d’un an maximum.

Réseau ferroviaire : le réseau dessert la plupart des villes touristiques à partir de Colombo et peut être préféré à la route, notamment pour des destinations peu éloignées et bien desservies comme Kandy ou Galle. Il reste néanmoins vétuste et toutes les conditions de sécurité n’y sont pas assurées (ex : les portes restent ouvertes pendant les trajets – des voyageurs sont décédés après être tombés du marchepied). Il est particulièrement recommandé de veiller à ses effets personnels. Il est préférable de voyager en 1ère classe (climatisation, confort).

Transports publics : qu’il s’agisse du train ou du bus, il est recommandé de veiller assidument sur ses effets personnels. Les sacs mis dans les porte-bagages ou les soutes ne sont pas en sécurité et les vols à la tire sont fréquents.

LÉGISLATION LOCALE

Les voyageurs étrangers sont soumis à la législation locale. En cas d’arrestation, vous pouvez demander à ce que l’ambassade de France soit informée. Renseignez-vous sur ce que l’ambassade pourra et ne pourra pas faire pour vous.

Stupéfiants : La détention et la consommation de stupéfiants sont sévèrement réprimées (les sanctions peuvent aller jusqu’à la peine capitale).
Tabac : Il est interdit de fumer dans les lieux publics, y compris dans la rue, les restaurants et les bars. Cette infraction est passible d’arrestation.
Tourisme sexuel : les autorités sri lankaises s’efforcent de lutter contre le tourisme sexuel et collaborent à cette fin avec les autorités des pays d’origine des touristes. Les sanctions pénales sont sévères.
Alcool : La vente d’alcool est autorisée dans les restaurants et bars qui possèdent la licence. Elle est interdite les jours de pleine lune (Poya Day) y compris dans les hôtels internationaux.
Antiquités : la plus grande prudence est conseillée, lors d’achats de meubles ou d’objets en bois, pouvant être assimilés à des antiquités interdites à l’exportation (s’assurer auprès du vendeur que l’exportation est autorisée et se munir d’une facture ou d’un certificat).
Espèces menacées : la collecte de végétaux et d’insectes est interdite et réprimée par la loi.

US ET COUTUMES

Différentes religions sont pratiquées à Sri Lanka (bouddhisme, hindouisme, islam, catholicisme, protestantisme).

Il est conseillé d’avoir une tenue appropriée lors de la visite des temples bouddhistes (jambes et épaules couvertes, pieds nus). Il convient de respecter toutes les représentations du Bouddha et de ne pas toucher les statues le représentant. L’introduction à Sri Lanka d’objets à vocation non religieuse portant une image du Bouddha peut provoquer l’arrestation des propriétaires de ces objets. Photographier les moines bouddhistes ou se faire prendre en photo à côté d’une représentation de Bouddha expose à des poursuites pénales.

Des visiteurs portant un tatouage représentant le Bouddha ou un autre symbole du bouddhisme se sont vu interdire l’entrée sur le territoire ou ont fait l’objet de mesures d’expulsion. L’utilisation de tels symboles est par ailleurs mal perçue par la population et des étrangers ont, à ce titre, déjà fait l’objet d’agressions verbales et physiques.

L’entrée des femmes dans les mosquées est soumise à des conditions qui peuvent changer selon la branche de l’Islam dont dépendent ces lieux de culte. Il est donc conseillé de se renseigner sur place.

Les temples hindouistes se visitent pieds et tête nus et dans certains d’entre eux, les hommes doivent être torse nu.

Le nudisme et le monokini ne sont généralement pas admis.

DIVERS

De façon générale, il est recommandé d’éviter les conversations portant sur les tensions ethniques et religieuses et d’éviter tout prosélytisme.

Aux abords des hôtels et plus généralement des lieux fréquentés par les touristes, peuvent se trouver des rabatteurs, chauffeurs de tuk-tuk ou intermédiaires divers qui proposent aux étrangers des services pour lesquels ils ne sont pas habilités. Des touristes ont déclaré avoir été harcelés, voire détournés de leur destination initiale. La réception de l’hôtel peut être de bon conseil sur la fiabilité des chauffeurs de tuk-tuk à ses abords.

Plusieurs personnes ayant réglé des achats à Sri Lanka avec leur carte bancaire ont été victimes d’utilisation frauduleuse des références de leur carte dans d’autres pays. Il convient de privilégier l’utilisation d’espèces retirées en petites quantités dans les distributeurs automatiques pour les menues dépenses.

Voyages d’affaires

VISAS D’AFFAIRES

Avertissement : les personnes souhaitant implanter une entreprise dans le pays sont parfois contactées par des personnes leur proposant l’accomplissement de démarches ou l’obtention de services rapides grâce à des contacts privilégiés (visas de résidence, transactions immobilières, enregistrement de société). Il peut s’agir d’intermédiaires non habilités offrant, dans le meilleur des cas, un service incomplet ou sans valeur juridique, voire frauduleux, et qui peuvent exposer le bénéficiaire à des poursuites judiciaires, voire à une procédure d’expulsion du pays. Ces offres peuvent également être le fait de compatriotes. Il conviendra de se renseigner auprès d’un cabinet d’avocats enregistré.

Obtention du visa d’affaires (Business Purpose Visa) : il convient de s’adresser au Département d’Immigration et d’Emigration ou à l’ambassade de Sri Lanka dans le pays de résidence du demandeur, qui doit être muni d’un passeport valide pour une période minimum de six mois à compter de la date d’entrée sur le territoire sri lankais. La durée du visa d’affaires est généralement d’un mois, prolongeable jusqu’à 90 jours et exceptionnellement au-delà. Toute demande de prolongation doit être faite auprès du Département d’Immigration et d’Émigration. Il est désormais possible d’obtenir le Business ETA en ligne (http://www.eta.gov.lk/slvisa/visainfo/apply.jsp).

Si la demande de visa se fait par l’intermédiaire d’une entreprise basée à Sri Lanka, celle-ci s’adressera au Département d’Immigration et d’Emigration, qui fera parvenir son accord à l’entreprise pour transmission à l’intéressé. Le délai d’obtention de cette autorisation, payante est de 3 jours ouvrés minimum. Muni de cette autorisation préalable, le voyageur obtiendra son visa d’affaires à l’aéroport.

Si la demande de visa est faite par l’intermédiaire d’une entreprise basée hors du territoire sri lankais ou par le demandeur lui-même, il convient de s’adresser à l’ambassade de Sri Lanka, qui obtiendra cette autorisation du Département d’Immigration et d’Emigration. Le délai d’obtention de cette autorisation, payante, est de sept jours ouvrés minimum. Muni de l’autorisation préalable, le voyageur obtiendra son visa d’affaires à l’aéroport.

Mises en garde :

• Il convient d’entrer sur le territoire avec l’autorisation préalable correspondant à l’objet du voyage. Une fois sur le sol sri lankais, la transformation d’un visa de tourisme en visa d’affaires n’est pas autorisée.
• Le titulaire d’un visa d’affaires n’a pas l’autorisation de travailler ni d’être employé, à titre onéreux ou bénévole.

RÉSEAUX DE COMMUNICATION

En cas d’utilisation de téléphone satellitaire sur le territoire sri lankais, il convient au préalable de s’enquérir de la réglementation en vigueur. Plusieurs opérateurs de téléphonie mobile opèrent à Sri Lanka et il est facile de se procurer des cartes SIM prépayées (voix et données).

DONNÉES ÉCONOMIQUES

La direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous propose de consulter la fiche repères économiques Sri Lanka.

CONTACTS UTILES

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de Colombo
Level 33, West Tower, World Trade Center, Echelon Square, Colombo 01
Tél. : +94 11 746 70 20
Télécopie : +94 11 746 70 21
Email : colombo chez dgtresor.gouv.fr
Site internet : https://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/srilanka

AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique de développement définie par le gouvernement français.

Level 33, West Tower, World Trade Center, Echelon Square, Colombo 01
Tél. : +94 11 529 97 80/3
Télécopie : +94 11 529 97 84
Email : afdcolombo chez afd.fr
Site internet : https://www.afd.fr/notre-agence-au-sri-lanka

BAD

Sri Lanka est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.
La page de Sri Lanka est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/sri-lanka/main.

FMI
Sites internet :
Bureau du représentant résident du FMI à Sri Lanka.
Sri Lanka et le FMI.

PLAN DU SITE