Turquie

Partager

Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Infection pulmonaire - Coronavirus Covid-19 (13/09/2021)

Du fait de la circulation du virus de COVID-19 et de ses variants qui demeure active (les chiffres de la pandémie peuvent être consultés sur le site du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), toute entrée en France et toute sortie de notre territoire est encadrée. Dès lors, il convient de s’informer soigneusement et impérativement de la réglementation en vigueur en se référant notamment à l’alerte COVID-19 des conseils aux voyageurs pour d’une part, vérifier si le déplacement à destination ou en provenance du pays envisagé est soumis au régime des motifs impérieux, d’autre part, respecter les mesures sanitaires mises en place à l’entrée sur le territoire français.

Dans ce contexte, il est fortement recommandé de ne pas voyager vers la Turquie.

Dispositions applicables pour les déplacements à destination du territoire français depuis la Turquie.

En raison de la circulation particulièrement active de l’épidémie ou de la propagation de certains variants, des mesures renforcées sont mises en place pour les déplacements vers la France depuis plusieurs pays, dont la Turquie :
Tous les voyageurs non vaccinés en provenance de ces pays :

  • sont soumis au régime des motifs impérieux, dont la liste est précisée dans l’attestation de déplacement et de voyage établie par le ministère de l’Intérieur. En vertu de cette liste, peuvent notamment entrer en France : les Français, leurs conjoints et enfants, les ressortissants de l’espace européen ainsi que leurs conjoints et enfants ayant leur résidence principale en France ou qui rejoignent, en transit par la France, leur résidence principale dans un pays de l’espace européen ou le pays dont ils ont la nationalité ;
  • doivent présenter à l’embarquement, le résultat négatif d’un test PCR ou d’un test antigénique (TAG) réalisé moins de 48h avant le vol ;
  • feront l’objet d’un test antigénique obligatoire à l’arrivée ;
  • seront soumis à une quarantaine obligatoire de 10 jours, contrôlée par les forces de sécurité.

Dispositions en vigueur en Turquie

A- Test PCR

Depuis le 3 septembre 2021, les dispositions suivantes régissent le franchissement des frontières aériennes, terrestres et maritimes de la Turquie.

1. A l’exception des pays de provenance énumérés ci-après aux points 2, 3, 4 et 6, tous les voyageurs de plus de 12 ans, vaccinés depuis au moins 14 jours avant leur entrée en Turquie, avec 2 doses d’un vaccin reconnu par l’OMS (1 dose s’agissant du vaccin Johnson & Johnson), ou guéris du Covid au cours des six derniers mois (suivant le 28ème jour du 1er test positif) sont exemptés de test PCR ou antigénique s’ils peuvent produire un certificat de vaccination ou de guérison.

A défaut, ils doivent présenter un test PCR négatif réalisé 72 heures avant l’arrivée en Turquie ou un test antigénique négatif de moins de 48 heures. Les enfants de moins de 12 ans sont dispensés de cette obligation.

2. Les vols en provenance du Brésil, de l’Afrique du Sud, du Népal et du Sri Lanka ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Les personnes qui auront transité par ces pays ou y auront séjourné au cours des 14 derniers jours seront priées de présenter un test PCR négatif effectué en moins de 72H avant l’arrivée en Turquie et soumises à une quatorzaine dans un lieu défini par les préfectures (voir point 5) dont la fin est conditionnée à la production d’un test PCR négatif réalisé le 14ème jour.

3. Les voyageurs en provenance d’Afghanistan ou ayant séjourné dans les 14 derniers jours dans ces pays doivent :

  • présenter un test PCR négatif réalisé moins de 72 heures avant l’arrivée en Turquie ;
  • effectuer, à l’arrivée, une quarantaine de 7 jours dans un lieu désigné par les autorités, dont la fin est conditionnée à la production d’un test PCR négatif réalisé le 7ème jour (voir point 4).

4. Les voyageurs en provenance du Bangladesh, d’Inde et du Pakistan ou ayant séjourné dans les 14 derniers jours dans ces pays doivent :

  • présenter un test PCR négatif réalisé moins de 72 heures avant l’arrivée en Turquie ;
  • effectuer, à l’arrivée, une quarantaine de 10 jours à leur résidence ou à l’adresse qu’ils indiqueront, dont la fin est conditionnée à la production d’un test PCR négatif réalisé le 10ème jour. S’ils peuvent prouver avoir reçu, plus de 14 jours avant leur entrée en Turquie, 2 doses d’un vaccin reconnu par l’OMS (1 dose s’agissant du vaccin Johnson & Johnson), ils en seront exemptés.

5. Depuis le 3 septembre 2021, les personnes qui ont transité ou séjourné au cours des 14 derniers jours en Afghanistan, au Brésil, en Afrique du Sud, au Népal et au Sri Lanka ou tous ceux qui voyageront en Turquie depuis ces pays doivent observer une période de quarantaine (d’une durée variable) dans les hôtels de quarantaine prévue par les autorités de la République de Turquie et doivent réserver et payer les frais avant d’entamer leur séjour en Turquie. La liste des hôtels se trouve ici.

6. Les personnes en provenance du Royaume-Uni, de l’Iran, de l’Egypte et de Singapour devront présenter à leur arrivée en Turquie un test PCR négatif réalisé moins de 72H avant l’arrivée en Turquie.

7. A l’exception des voyageurs en provenance des pays cités aux points 2 et 4, les passagers peuvent être soumis, à leur entrée sur le territoire turc, à des tests PCR dont l’application est décidée par le ministère de la Santé en fonction de son appréciation du risque sanitaire.

Dans l’attente du résultat du test, les voyageurs peuvent poursuivre leur trajet jusqu’à leur destination finale en Turquie.

Si le résultat du test est positif, ils doivent se soumettre à un isolement de 14 jours dans le lieu de leur choix. Cet isolement peut être interrompu en cas de test PCR négatif au 10ème jour. Si un variant est détecté, la fin de la quarantaine est conditionnée à un test négatif réalisé au 14e jour.

8. Exemption de test PCR et de quarantaine pour :

  • les personnels navigants ;
  • les transporteurs maritimes et routiers.

Ces mesures ne s’appliquent pas aux voyageurs en transit en zone internationale dans un aéroport en Turquie.

B- Entrée en Turquie : Formulaire du ministère turc de la Santé

Depuis le 15 mars 2021, tous les passagers étrangers et non-résidents en Turquie qui souhaitent entrer en Turquie doivent compléter le formulaire du ministère de la Santé dans les 72 heures qui précèdent leur entrée sur le territoire turc. Ce formulaire est disponible en ligne et un exemplaire devra être présenté à la compagnie de transport (support papier ou support digital).

A défaut, l’entrée en Turquie sera refusée.

C- Isolement et quarantaine

Des mesures d’isolement et de quarantaine sont appliquées aux personnes identifiées comme cas contact (la durée de constitution d’un contact prolongé, entraînant une obligation d’isolement, est fixée à 10 minutes) ou ayant contracté le virus pendant leur séjour.
Depuis le 1er juin 2021, la mise en quarantaine est de 14 jours pour les cas contacts et peut être écourtée en l’absence de symptômes, et s’ils présentent un test négatif effectué au bout du 10ème jour de quarantaine (et non plus au 7ème jour).
Les personnes vaccinées sont considérées comme susceptibles d’être cas contact pendant les trois mois consécutifs au 14ème jour suivant la seconde dose. Si elles sont cas contact, leur isolement peut être interrompu en cas de test PCR négatif réalisé au 7ème jour.
Les personnes positives à la Covid sont placées à l’isolement pendant une durée de 14 jours à domicile, dans un centre dédié (conditions très spartiates) ou dans un hôtel acceptant de les accueillir (à leurs frais).
Lorsqu’un variant jugé préoccupant est détecté, l’isolement ne peut être inférieur à 14 jours et sa fin est conditionnée à un test PCR négatif. Si le test PCR est positif, l’isolement est prolongé de 20 jours.

D- Transport
  • les ressortissants français sont autorisés à entrer en Turquie par les frontières aériennes, maritimes et terrestres, à l’exception des frontières avec l’Iran. Il est vivement conseillé de vérifier le régime en vigueur dans les autres pays voisins de la Turquie avant d’envisager un franchissement des frontières terrestres ;
  • les ressortissants étrangers de passage doivent compléter le formulaire du ministère de la Santé dans les 72 heures qui précèdent leur entrée sur le territoire turc (cf. supra) ;
  • le code HES (cf. infra) est requis pour les transports en commun interurbains ;
  • des contrôles de police (avec caméras thermiques) sont effectués aux frontières administratives des provinces.
E- Restrictions de déplacements et aménagements spécifiques

Depuis le lundi 6 septembre, il est obligatoire de présenter un certificat de vaccination, un certificat attestant du rétablissement de la Covid-19 ou un test PCR négatif de moins de 48 heures pour accéder aux concerts, aux théâtres et aux cinémas.

Ces mesures ont fait l’objet d’une circulaire que vous pouvez consulter à partir de ce lien (en turc).

2. Code HES
Pour faciliter le suivi et la gestion de la crise sanitaire, les autorités turques ont mis au point une application « Hayat Eve Sığar » et exigent un code qui peut être obtenu :

  • pour les voyageurs à destination de la Turquie, qu’ils soient de nationalité turque ou étrangère, résidant en Turquie ou de passage, en complétant le formulaire du ministère de la Santé dans les 72 heures qui précèdent leur entrée (qu’elle se fasse par avion, bateau ou par voie terrestre) sur le territoire turc. Le formulaire devra être présenté à la compagnie de transport (support papier ou digital) ou à l’entrée sur le territoire turc.
  • Pour les personnes déjà sur le territoire, en téléchargeant l’application ou en envoyant un SMS au « 2023 » depuis un numéro turc (Turkcell, Vodafone, Türk Telekom).
  • Les enfants de moins de 2 ans n’ont pas l’obligation d’obtenir un code HES.

Le code HES est obligatoire dans certaines situations :

  • pour réserver et emprunter les transports en communs interurbains (avions, bus, navettes maritimes etc.) ;
  • pour emprunter les transports en commun urbains - bus, métro, etc. ;
  • pour accéder aux centres commerciaux ;
  • pour pouvoir s’enregistrer dans un hôtel.

3. Consignes sanitaires en vigueur :

  • l’obligation de porter un masque dans les espaces publics dans toutes les provinces de Turquie ;
  • l’obligation de porter un masque dans les supermarchés, marchés et transports en commun ;
  • le respect de la distanciation sociale dans l’espace public.

Les personnes qui ne se conformeront pas aux mesures susmentionnées sont passibles d’une contravention, voire de poursuites judiciaires.

Il est recommandé de consulter régulièrement le site Internet, ainsi que les comptes Twitter et Facebook du Consulat général et de l’ambassade de France en Turquie.

Appel à la vigilance maximale – risque d’attentat (29/03/2021)

Pour rappel, comme indiqué dans l’alerte générale, publiée le 29 octobre 2020, le risque d’attentat étant élevé, les Français résidents ou de passage à l’étranger sont appelés à faire preuve de vigilance maximale.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements. Il est également recommandé de se tenir informé de la situation et des risques, en consultant les recommandations des Conseils aux voyageurs.

Les Français de passage sont invités à s’enregistrer sur le fil d’Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Sécurité

Risques et recommandations associées

Risques naturels

La majeure partie du territoire turc se trouve dans une zone de forte activité sismique. Les tremblements de terre y sont fréquents. En cas de séjour dans le pays, consulter les recommandations d’usage.

En cas de séisme, il convient de garder son calme, de suivre les instructions données et d’attendre les secours, si nécessaire. Il est rappelé que tout séisme important peut être suivi de plusieurs secousses secondaires.

Pour plus d’informations quant aux mesures à prendre, consulter :

Terrorisme

La Turquie a connu une importante vague d’attentats entre 2015 et 2017. Même si aucun attentat d’ampleur ne s’est produit depuis, le risque terroriste persiste, en raison notamment de la proximité immédiate avec des zones de conflit où sont présents des groupes terroristes (Syrie, Irak).

Des attaques des organisations terroristes telles le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), et les Faucons de la liberté du Kurdistan (Terebazen Azadiya Kürdistan, TAK) ont lieu principalement dans le sud-est de la Turquie, mais peuvent également toucher d’autres parties du pays (attentats des TAK à Ankara et à Istanbul en 2016).

La probabilité que d’autres événements sécuritaires de cette nature se produisent reste élevée. Les intérêts et les ressortissants français en Turquie peuvent être également pris pour cible.

Il convient de faire preuve d’une très grande vigilance lors des déplacements, en particulier dans les lieux de forte affluence et les quartiers touristiques, de respecter les consignes des autorités locales, et de se tenir à l’écart des postes de police et de gendarmerie ainsi que des bâtiments officiels qui peuvent constituer des cibles.

Manifestations

Il est formellement recommandé de se tenir à l’écart d’éventuels rassemblements et manifestations, en particulier de nature politique. Ceux-ci peuvent en effet être la cible d’attaques, ou d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.

Vigilance à apporter lors des déplacements routiers

Des vols avec effraction ont été constatés l’été, à l’égard de véhicules stationnés sur des aires de repos.

Il est recommandé de conserver sur soi tous les titres d’identité et de voyage et documents officiels (permis de conduire, livret de famille, etc.) et de ne laisser aucun objet de valeur dans le véhicule.

Zones de vigilance

Zones formellement déconseillées (rouge sur la carte)

Compte tenu du contexte régional, les abords immédiats des frontières avec la Syrie et l’Irak sont formellement déconseillés.

Des restrictions à la circulation sont possibles dans les districts frontaliers avec la Syrie et l’Irak (Reyhanli, Kirikhan, Siirt, Şırnak et Hakkari) ainsi que dans le département d’Aǧrı.

La situation à la frontière avec le Kurdistan d’Irak est tendue. De nombreux incidents s’y produisent et des attentats visent régulièrement les forces de l’ordre.

Zones déconseillées sauf raison impérative (orange sur la carte)

Les départements du Hatay, de Kilis, de Gaziantep, de Şanlıurfa, de Mardin, de Diyarbakır, de Batman sont déconseillés sauf raison impérative. Les préfectures de ces départements déclarent régulièrement des « zones de sécurité », formellement interdites aux civils, et peuvent également instaurer des couvre-feux.

Zones de vigilance renforcée (jaune sur la carte)

Dans les zones figurant en jaune sur la carte ci-dessous, il est recommandé de faire preuve d’une vigilance renforcée, de rester discret, de toujours avoir sur soi ses documents d’identité français. Il est également conseillé d’éviter tout rassemblement de foule et de se conformer strictement aux consignes qui pourraient être données sur place par les autorités turques, en particulier dans les zones touristiques et les quartiers très fréquentés.
La frontière avec l’Arménie est fermée et les deux postes frontières d’Aryaka (province de Kars) et d’Alican (commune d’Egdir) ne fonctionnent plus depuis 1993.

Recommandations générales

Il convient de respecter les mesures de prudence inhérentes à tout séjour dans des zones particulièrement touristiques. Toutes les personnes se rendant en Turquie sont invitées à s’enregistrer sur le portail Ariane.
Pour les personnes effectuant un séjour prolongé en Turquie, il est recommandé de se signaler, selon le lieu de leur séjour, auprès de la section consulaire de l’ambassade de France à Ankara ou du consulat général à Istanbul.

Comme dans toutes les grandes villes, une vigilance accrue est recommandée dans les endroits touristiques, notamment à Istanbul, où il convient de veiller à ses documents personnels.

La prudence est recommandée en cas d’abord par des inconnus : les intéressés peuvent avoir des intentions malhonnêtes et proposer des boissons ou des aliments pouvant contenir des tranquillisants.

En cas de perte de carte bancaire, il est conseillé de faire immédiatement opposition.

Il est interdit de photographier des installations militaires ou des bâtiments et sites devant lesquels stationnent des militaires ou des membres des forces de l’ordre.

Risques liés à des activités sportives

Plusieurs accidents mortels causés par des chutes de montgolfières conduisent à rappeler qu’il convient de vérifier que les mesures de sécurité adéquates ont été prises par l’organisateur, notamment en Cappadoce.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Les voyageurs sont invités à consulter l’onglet « dernière minute » pour prendre connaissance des conditions d’entrée et de séjour liées à la situation sanitaire.

Court séjour

Les ressortissants français sont dispensés de visa pour un séjour touristique en Turquie ne dépassant pas 90 jours sur une période de 180 jours, que le séjour soit continu ou fractionné. Ils doivent toutefois être munis d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport individuel dont la durée de validité dépasse d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie.

Par ailleurs, afin d’éviter tout problème d’entrée ou de sortie du territoire turc, les mineurs voyageant non-accompagnés par leurs parents :

  • doivent être munis d’un passeport dont la durée de validité devra dépasser d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie ;
  • doivent être munis, à défaut de passeport, d’une carte nationale d’identité dont la durée de validité devra dépasser d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie, d’une part, et d’une autorisation de voyage établie et signée par le(s) parent(s), d’autre part. Cette autorisation de voyage peut être rédigée grâce au formulaire mis en ligne sur le site service-public.fr. En cas de voyage scolaire, les élèves doivent également être munis d’une attestation délivrée par le chef d’établissement.

En outre, en prévision de leur retour en France, les binationaux franco-turcs doivent veiller à se munir d’un document de voyage français (passeport ou carte nationale d’identité) en cours de validité.

Extension de la validité des CNI

Les cartes nationales d’identité françaises (CNI) délivrées à des majeurs entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, mais aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’atteste de cette prorogation.
Les autorités turques ont accepté officiellement cette prorogation. Toutefois, de façon à éviter tout désagrément pendant son voyage, il est fortement recommandé de préférer l’utilisation d’un passeport valide à celle d’une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.
En cas de voyage uniquement avec sa CNI, il est recommandé de télécharger et d’imprimer la notice multilingue (PDF - 124 Ko) expliquant ces nouvelles règles.

Le voyageur doit néanmoins s’assurer, pour être autorisé à entrer sur le territoire turc, que la date de validité de ce document dépasse d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie.
Un passeport périmé utilisé comme document de voyage ne permet pas à son titulaire d’être admis sur le territoire turc.

Long séjour

Pour plus d’informations, se référer au site de l’ambassade de France en Turquie.

Réglementation douanière

Importation des effets personnels

Il est possible d’importer, en franchise douanière, des effets personnels (mobilier, électroménager) exclusivement dans les six mois suivant l’arrivée en Turquie.
L’importation est soumise à des formalités particulières et il est donc préférable de recourir à un transitaire.

Il n’est pas possible de revendre ou de céder les effets importés.

L’autorisation d’importation temporaire d’un déménagement est soumise à des démarches astreignantes et doit être renouvelée annuellement.

L’importation d’alcools, de cigarettes et de parfum est limitée comme suit :

  • Tabac : 200 g de tabac (ou 200 cigarettes, ou 50 cigares)
  • Alcool : 1 x 1 litre ou 2 x 0,70 litre
  • Parfum : 5 bouteilles de 120 ml

L’importation d’un véhicule personnel en franchise douanière est soumise à des règles très strictes. Seules les personnes autorisées à travailler en Turquie peuvent importer un véhicule (et un seul). Les documents originaux du véhicule doivent être au nom du propriétaire importateur. Les formalités doivent être effectuées dans un délai de 6 mois à compter de l’importation. Le véhicule devra être réexporté. Il ne peut être revendu sur place sauf à un ressortissant étranger. Les démarches liées à l’immatriculation sont annuelles.
En cas d’achat d’un véhicule sur place, il est recommandé de conserver tous les documents relatifs à son acquisition. Le renouvellement de la carte de séjour, de l’autorisation temporaire de déménagement et du triptyque vert du véhicule se fait en même temps chaque année.

Animal de compagnie

Importation/exportation d’animaux

Attention : afin d’anticiper sur les formalités nécessaires pour une première importation, il est nécessaire de prévoir un délai moyen de plus de 4 mois avant le départ (notamment en cas de titrage sérique à effectuer).

Importation d’animaux en Turquie : site du ministère des Affaires étrangères turc (en turc, anglais et français).

Des informations sur l’importation des animaux figurent sur le site du ministère turc des affaires étrangères (uniquement en langue turque). L’importation d’animaux domestiques est limitée à 2 animaux, il convient de présenter un carnet de vaccination à jour et un rapport vétérinaire de bonne santé récent.

Numéro d’Air France à l’aéroport Atatürk (exigences par rapport au voyage de l’animal : +90 212 465 54 91 ou 2 ou 3)

Importation de médicaments

Il est obligatoire d’être muni d’une ordonnance de son médecin auprès des autorités de contrôle.
Pour les médicaments qui ne sont pas des stupéfiants, la quantité transportée doit correspondre à la durée du traitement ou, à défaut, à trois mois de traitement.
Par précaution, il est conseillé de se munir des ordonnances. L’ordonnance du médecin suffit si le séjour est inférieur ou égal à la durée de prescription. Si la durée du séjour est plus longue, pour importer plus de médicaments que la quantité maximale autorisée, il convient de se munir, en plus de l’ordonnance du médecin, d’une attestation de transport délivrée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) à la demande de son médecin.
Enfin, si le traitement médical nécessite l’utilisation d’aiguilles, de seringues ou de stylos injecteurs, il est vivement conseillé d’être en mesure de fournir un certificat médical, si possible traduit en anglais, précisant que ce matériel est destiné à l’injection des médicaments.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre le cas échéant les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation, etc.) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

Recommandations pour la santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; s’assurer d’être à jour dans les vaccinations habituelles ainsi que celles liées à toutes les zones géographiques visitées.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée ainsi que la rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Fièvre Crimée-Congo

Maladie virale transmise par les piqûres de tiques pouvant présenter quelques formes sévères, cette affection touche principalement les départements d’Anatolie centrale (en particulier ceux de Sivas, Tokat et Çorum) et la côte de la Mer noire. Les forêts des alentours d’Istanbul et d’Ankara sont également des zones à risque.

Il convient de prendre des mesures de protection individuelle :

  • utiliser des produits répulsifs (à pulvériser sur la peau et/ou les vêtements) ;
  • éviter les zones où les tiques sont abondantes et les périodes durant lesquelles elles sont actives (du printemps à l’automne) ;
  • rechercher régulièrement les tiques, dans les vêtements ou sur la peau, puis les enlever.

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Certains virus ou parasites peuvent être transmis par les piqûres de moustiques ou de tiques. Le port de vêtements longs et l’utilisation de répulsifs (sprays ou crème) diminuent significativement ce risque.

Coronavirus MERS-CoV

Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’humain, qui vont du rhume banal jusqu’à une atteinte respiratoire sévère. La présentation la plus fréquente associe de la fièvre et une infection pulmonaire.

Concernant le Mers CoV, il n’existe pas de vaccin. Les mesures classiques d’hygiène sont recommandées pour limiter les risques de transmission, en particulier le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydro-alcoolique. Il convient également, dans la mesure du possible, d’éviter les contacts avec les animaux, les foules et grands rassemblements, ainsi qu’un contact rapproché avec des personnes malades. Éviter tout contact avec les animaux, en particulier avec les chameaux et les dromadaires. Il est très fortement déconseillé de consommer de la viande de chameau ou du lait de chamelle.

Sur place, en cas de forte fièvre, de toux et/ou de difficultés respiratoires, consulter un médecin sans délai. En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires dans les jours qui suivent le retour en France, appeler le Centre 15 (téléphone : 15) en signalant son voyage.

Pour toute information complémentaire, consulter la page Coronavirus MERS-CoV ainsi que les sites internet du ministère français en charge de la santé et de l’Organisation mondiale de la Santé.

Rage

Ankara et la plupart des villes de Turquie ont la particularité d’abriter un nombre important de chiens errants dont le comportement peut parfois être agressif.
La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’humain en cas de morsure ou léchage d’une muqueuse par un mammifère atteint du virus.
La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide, il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée.
Après un contact avec un animal pouvant être enragé, la morsure doit être lavée abondamment à l’eau savonneuse, et une consultation médicale urgente doit apprécier le risque de contamination afin de déterminer l’administration urgente d’un sérum et/ou d’une vaccination contre la rage. À Ankara, il convient d’appeler le centre antirabique (cf. Vivre en Turquie / Santé).

Il est donc recommandé de ne pas caresser les animaux, voire de ne pas s’en approcher. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation et évaluation médicales préalables.

Pour plus d’informations :
Dossier thématique « rage » sur le site du ministère français des Solidarités et de la Santé.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Pollution - Qualité de l’air

Pour connaître le niveau de pollution de l’air en Turquie, le site de l’observatoire de la qualité de l’air peut être consulté.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à la sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues).

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Boire de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Assurance véhicule

Il existe deux types d’assurance pour les véhicules : l’assurance obligatoire annuelle imposée par la législation turque qui couvre la responsabilité civile et l’assurance complémentaire – tous risques – qui, comme en France, est optionnelle.

Compte tenu des risques élevés d’accidents, il est vivement conseillé de veiller à contracter avec une compagnie d’assurances fiable.

Certaines compagnies d’assurances françaises acceptent d’assurer son véhicule en Turquie.

Permis de conduire

Pour tout renseignement sur le permis de conduire à l’étranger, consulter le site internet de l’ambassade de France en Turquie.

Infrastructure routière et législation locale

Les signaux routiers sont conformes au protocole international de la signalisation routière. Le code de la route est analogue à celui des pays européens. Le réseau routier s’est nettement développé ces dernières années.
Il est recommandé d’être très vigilant sur la route et d’éviter, autant que possible, de circuler la nuit, en particulier sur le réseau secondaire où circulent des véhicules roulant tous feux éteints.
Il est nécessaire de faire également attention à l’état mécanique des véhicules loués sur place, qui peut être très variable selon le contrat de location.
Il convient par ailleurs de s’assurer que le véhicule est doté des équipements de sécurité prévus par la réglementation (triangle, gilet jaune, trousse de premier secours, extincteur, équipement obligatoire de pneus neige dès le 1er décembre).

En cas de conduite en état d’ébriété, il est immédiatement procédé au retrait du permis.

Tout accident entraînant mort d’homme implique automatiquement l’incarcération immédiate des chauffeurs des véhicules impliqués, en attendant que la justice statue.
En cas d’accident, il est conseillé de se méfier des intermédiaires qui pourraient proposer leurs services et il convient d’attendre l’arrivée de la police sur place pour effectuer le constat (n° de la police : 155 ; jandarma : 156). Les postes de secours routiers sont joignables au 159.
En cas d’accident, avec ou sans blessé, le véhicule ne doit pas être déplacé avant que la police n’ait procédé au constat (en exiger la copie). En cas d’immobilisation temporaire ou définitive du véhicule, il est nécessaire de remettre cette copie à un bureau de douane, qui délivrera une prise en charge permettant à l’automobiliste de quitter le pays sans son véhicule.

En cas de vol, l’attestation des autorités de police doit être obligatoirement présentée à la sortie du pays. Il est possible de contracter une assurance au tiers à la frontière.

La durée de séjour autorisée pour le véhicule n’excède jamais trois mois. Il est conseillé de vérifier la date d’obligation de sortie imprimée sur le formulaire. Les amendes sont payables sur-le-champ.

Le super sans plomb peut être difficile à trouver dans certaines régions excentrées.

Taxis

Il est recommandé de privilégier les stations et de vérifier la présence d’un compteur visible (« taximetré » en turc).

Réseau ferroviaire

Il relie les principales villes. Des lignes à grande vitesse (YHT) relient Ankara à Konya et Ankara à Eskisehir et Istanbul.

Transport aérien

Les liaisons intérieures sont nombreuses.
Des annulations de vols au retour de la Turquie sont constatées, notamment pendant l’été et concernant des offres très bon marché.

Législation locale

Stupéfiants

La consommation de stupéfiants est interdite en Turquie. Sur la « route des Balkans », la Turquie reste un pays de transit en matière de produits stupéfiants (cannabis, héroïne, cocaïne, amphétamines, ecstasy, etc.). Il convient de ne jamais accepter de colis même pour rendre service sans en vérifier au préalable le contenu. Il est également conseillé de ne jamais accepter le prêt d’un véhicule de la part d’une personne peu ou pas connue (tout conducteur peut être tenu responsable de ce que contient le véhicule qu’il conduit).

Les peines encourues pour détention, importation ou trafic de stupéfiants sont très lourdes. Plusieurs Français ont été condamnés à des peines de prison allant jusqu’à 25 ans pour infraction à la législation sur les stupéfiants.

Opinion et expression politique

Il est interdit en Turquie, sous peine de prison, d’insulter la nation turque, le chef de l’État ou le drapeau.

Les prises de position sur les réseaux sociaux (partages compris) sur des sujets de nature politique peuvent donner lieu à des mesures d’interdiction d’entrée ou de sortie du territoire turc et dans certains cas à des procédures pénales.

Journalistes

Les conditions d’exercice de la profession de journaliste pour un média étranger sont précisées par les autorités turques, qui invitent les journalistes à signaler leur projet au service de presse de l’ambassade de Turquie en France. Renseignements pour une accréditation permanente et pour une accréditation temporaire (sites en anglais et en turc). Il convient de respecter strictement ces exigences, quelle que soit la nationalité des journalistes, y compris pour les binationaux, sous peine de voir leurs activités sur place entravées. Dans tous les cas, il est fortement recommandé d’inscrire son voyage sur Ariane pour recevoir les alertes de sécurité en cas de besoin.

Trafic d’antiquités

L’exportation de biens culturels et d’antiquités est sévèrement réglementée et punie en cas de fraude en Turquie (peines de prison, fortes amendes). La notion d’antiquité est interprétée de façon très large par la loi turque.

Les autorités turques exercent une grande vigilance pour empêcher l’exportation de biens culturels et d’antiquités de plus d’une centaine d’années y compris pour des objets ou des antiquités apparemment de peu de valeur (achetés pour quelques euros). Les autorités locales appliquant une définition très large à la notion d’antiquités. Il convient donc d’éviter d’acquérir et d’emporter antiquités, pièces de monnaie, fossiles. Toute pièce de facture ancienne peut tomber sous le coup de cette réglementation. Ces recommandations s’appliquent aux objets pouvant être récupérés en mer à l’occasion de plongées (morceaux d’amphores, etc.).

Toute personne accusée de tentative de sortie d’objets interdits à l’exportation s’expose à se voir soit mise en détention provisoire, soit interdite de sortie du territoire jusqu’à sa comparution en justice (délai de plusieurs mois), et/ou se voir dans l’obligation de régler des cautions importantes (jusqu’à 9.000€). Elles encourent une peine de prison de 5 à 10 ans et les objets sont confisqués. A titre d’illustration, un touriste résidant en Europe a été condamné, après trois mois et demi de détention préventive, à un an et trois mois d’emprisonnement et 1.700€ d’amende. Il avait acheté une petite pièce de marbre sculptée à un marchand ambulant pour un montant de 20€. Ceci n’est pas un cas isolé : d’autres ressortissants européens sont régulièrement arrêtés et jugés pour ces motifs.

La sortie des tapis neufs est soumise à présentation de la facture ; la sortie des tapis anciens à la présentation d’un certificat émis par la direction du musée concerné.

La Turquie ayant signé la convention de Washington interdisant le commerce des espèces en voie de disparition et règlementant le commerce des espèces menacées d’extinction, il convient également de faire preuve d’une très grande prudence en ce qui concerne l’acquisition d’animaux ou de fossiles qui peuvent sembler anodins (par exemple les fossiles d’oursins ou d’étoiles de mer, qui sont vendus couramment dans les stations balnéaires). Certaines personnes ont été incarcérées et jugées pour pareil motif.
En cas de litige, il est recommandé de solliciter un interprète assermenté.

Autres

Il est interdit de photographier tout bâtiment officiel ou militaire.

Les autorités turques n’informent pas systématiquement les autorités consulaires françaises de l’arrestation en Turquie d’un binational franco-turc et peuvent ne pas autoriser celles-ci à exercer la protection consulaire à son égard.

Us et coutumes

Lors de la visite des mosquées, il convient de se déchausser. Les femmes doivent se couvrir la tête. Il est conseillé d’éviter de visiter les mosquées le vendredi ou à l’heure des prières.

Le nudisme est interdit. Il est recommandé d’éviter de s’embrasser dans la rue de manière trop démonstrative, surtout dans les régions et zones plus conservatrices.

Dans certains musées, un droit d’entrée peut être demandé pour prendre des photographies.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Les ressortissants français ne sont pas soumis à visa de court séjour en Turquie pour un voyage n’excédant pas 90 jours.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Entrée/Séjour de la présente fiche.

Réseaux de télécommunications

Le taux de couverture des réseaux de téléphonie mobile est excellent. La connexion 4G est disponible sur tout le territoire turc, que le voyageur dispose d’une clé locale, d’un smartphone avec une carte SIM locale ou bien d’un mobile français en itinérance («roaming»). Par ailleurs, la connexion 4.5G est également disponible.

En cas de séjour prolongé (supérieur à 120 jours), en cas d’utilisation d’une carte SIM turque dans un téléphone acheté en dehors de Turquie, le téléphone peut être bloqué. Pour continuer à l’utiliser, il faut impérativement déclarer son téléphone (N° IMEI) auprès d’un bureau de l’opérateur Turkcell, en payant une taxe.

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques Turquie.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économiques et financières, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique régional d’Ankara
Iran Caddesi, Karum Is Merkezi, Ascenseur E, 6e étage, N° : 444, 06680 Kavaklidere Ankara – Turquie
Tél. : +90 312 428 31 75
Télécopie : +90 312 468 24 39
Courriel : ankara chez dgtresor.gouv.fr

Antenne à Istanbul
Odakule Is Merkezi Istiklal Cad. N°:142, 34430 Beyoglu - Istanbul
Tél. : +90 212 251 98 77
Télécopie : +90 212 249 26 58

Business France

Opérateur public national au service de l’internationalisation de l’économie française, Business France valorise et promeut l’attractivité de l’offre de la France, de ses entreprises et de ses territoires.

Business France - Turquie
Istiklal cad. 142
Odakule is merkezi K. 10 - B.P. 46
34 430 Istanbul - Turquie
Tél. : +90 212 393 03 03
Courriel : istanbul chez businessfrance.fr
Directrice pays : Véronique Priour-Sagiroglu

CCEF

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) forment un réseau actif de plus de 4 000 membres dans 146 pays, au service de la présence française dans le monde. Ils mettent leur expérience pour conseiller les pouvoirs publics, parrainer les entreprises, former les jeunes aux métiers de l’international et promouvoir l’attractivité de la France pour les investissements internationaux.

Site Internet du Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France

CCI

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) françaises à l’international sont des associations indépendantes de droit local qui regroupent des entreprises françaises et étrangères. Elles constituent un réseau mondial de relations et de contacts d’affaires de plus de 32.000 entreprises françaises et étrangères dans 83 pays.

Chambre de commerce française en Turquie (CCIFT)
Adresse : OTIM Yolu
Bareli İş Merkezi N:2-4 - K:2
Gayrettepe 34387 İstanbul - Turquie
Tél. : +90 212 249 29 55
Courriel : ccift chez ccift.com
Site Internet

Atout France

Site Internet

AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Agence d’Istanbul
AFD Istanbul
Büyükdere Cad. Ferko Signature NO 175 A Blok Kat.19 Esentepe/Şişli-Istanbul
Tél. : +90 212 283 31 11
Fax : 90 212 283 31 51
Courriel : afdistanbul chez afd.fr

Antenne AFD à Ankara
Fransa Ekonomi Musavirligi
Iran Caddesi Karum Is Merkezi E Asansoru
6. Kat Nu. : 444 - 06680 Ankara
Tél. : +90 312 428 31 75 - 134
Fax : +90 312 468 24 39
Courriel : ulkerm chez afd.fr

Attaché douanier

Bulgarie
Tél. : +359 2 942 00 10 / +359 2 942 00 11
Courriel : sofia.douane chez dgtresor.gouv.fr

FMI