Tadjikistan

Partager

Aidez-nous à améliorer encore notre service en répondant à notre enquête.


Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Urgence Attentat – Vigilance renforcée pour les ressortissants français à l’étranger

Publié le 27/03/2024

Compte tenu du relèvement, sur l’ensemble du territoire national, de la posture du plan Vigipirate au niveau Urgence attentat, une vigilance renforcée est recommandée à l’ensemble de nos ressortissants résidant ou de passage à l’étranger.

Sécurité


L’ambassade de France au Tadjikistan dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Les Français qui se rendent dans le pays doivent veiller à leur sécurité et ne pas s’exposer inutilement. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade de France au Tadjikistan ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, l’ambassade pourra néanmoins émettre un laissez-passer. Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où vous pourrez faire renouveler votre titre perdu ou volé.

L’ambassade de France à Tachkent, en Ouzbékistan, est compétente pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Tadjikistan (cad.tachkent-amba chez diplomatie.gouv.fr).

Trouver toutes les informations nécessaires sur le site de l’ambassade de France à Tachkent.

En cas d’incident grave dans le pays pendant son séjour, il convient de rassurer ses proches.

Risques et recommandations associées

Risque terroriste

La proximité de l’Afghanistan, qui abrite plusieurs organisations terroristes internationales, et la longueur de la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan (près de 1400 km) exposent, depuis plusieurs années, le Tadjikistan au risque terroriste. Celui-ci s’est notamment manifesté le 6 novembre 2019 par l’attaque d’un poste frontière tadjik et le 29 juillet 2018 par l’assassinat d’un groupe de quatre cyclistes étrangers à une centaine de kilomètres au sud de Douchanbé. Ces deux attaques ont été revendiquées par l’État islamique au Khorassan (ISKP). Des ressortissants tadjiks seraient également impliqués dans l’attentat perpétré au Crocus City Hall à Moscou le 22 mars 2024.

Il est recommandé aux ressortissants français d’éviter tout déplacement à proximité de la frontière sud du Tadjikistan et, sur l’ensemble du pays, de faire preuve d’une vigilance renforcée dans les lieux fréquentés par les étrangers.

Risque sismique

Le Tadjikistan est situé dans une région à forte activité sismique. L’intensité des secousses observées peut varier de 3 à 8 sur l’échelle de Richter.

En cas de séisme, il convient de suivre les recommandations d’usage sur le site de l’ambassade de France au Tadjikistan.

Risques naturels en haute montagne

Dans un grand nombre de districts de montagne, les risques d’avalanches, d’inondations et de glissements de terrain liés aux crues sont importants, en particulier lors des pluies intenses du printemps et de la fonte des neiges. La plus grande vigilance s’impose car les routes peuvent être dangereuses, en particulier dans la région de la vallée de Garm.

Risques liés aux mines

Une quarantaine de zones minées subsistent dans certaines régions frontalières, à l’ouest et au sud du pays, ainsi que dans la vallée de Garm. Elles sont balisées par un marquage de norme internationale (piquet métallique portant un triangle rouge pointant vers le bas et la mention « Mines »). En raison de la mobilité des sols et du relief souvent escarpé, les engins explosifs peuvent être déplacés de plusieurs dizaines de mètres.

Dans ces zones, il est indispensable de rester sur les routes et de ne pas se déplacer à pied.

Il convient de se renseigner régulièrement auprès des ONG ou organisations internationales présentes sur le terrain (OSCE, PAM). La présence de mines a été rapportée le long des frontières avec l’Ouzbékistan. Des travaux de déminage sont en cours avec le soutien de la communauté internationale.

Tensions communautaires dans le bassin de l’Isfara

Les relations entre villages frontaliers kirghizes et tadjikes dans le bassin de la rivière Isfara sont conflictuelles depuis de nombreuses années et peuvent parfois conduire à des violences.

Zones de vigilance

Zones déconseillées (en rouge)

  • Zone frontalière avec l’Afghanistan : cette zone est formellement déconseillée en raison des nombreux trafics (drogue, êtres humains) ou des incursions d’hommes armés, en particulier dans la région frontalière au sud-est de la province du Khatlon ainsi que sur la route qui longe la frontière pour aller à Khorog. Il est formellement déconseillé aux ressortissants français, même munis d’un visa afghan, de franchir ces points de passage et de se rendre en Afghanistan.
  • Les autorités tadjikes peuvent édicter inopinément des restrictions au retour sur leur territoire depuis l’Afghanistan aux voyageurs même munis de tous les visas requis.
  • Zone frontalière avec l’Ouzbékistan : les déplacements dans cette zone, en dehors des routes et des postes-frontières, sont déconseillés en raison de la possible présence de mines.

Zone de vigilance renforcée (en jaune)

Le reste du pays reste en vigilance renforcée (jaune).

Zone réglementées

L’accès à la province région autonome du Haut-Badakhchan ou GBAO est soumis à autorisation spéciale (voir onglet Entrée/séjour).

Illust:97.4 ko, 680x570
Dernière actualisation le 6/12/2019, toujours en vigueur le 14/07/2024

Recommandations générales

  • Il convient d’éviter les circuits à pied et à vélo en solitaire ou sans encadrement professionnel. Le voyage doit être organisé avec des accompagnateurs ayant une réelle connaissance des régions visitées et de la situation politique locale.
  • Ne pas se déplacer avec des sommes importantes, ou, en cas d’extrême nécessité, ne pas le faire de manière ostentatoire, notamment lorsqu’on change de l’argent.
  • Ne pas se promener seul le soir dans des zones inconnues, désertes ou excentrées.
  • Ne pas chercher à se soustraire aux contrôles de la police, des services de sécurité ou de l’armée, sur les routes comme en ville.
  • Hors des grandes agglomérations, éviter de circuler en voiture de nuit. Les routes sont peu et mal éclairées et des animaux errants y circulent.
  • Il est rappelé l’impérieuse nécessité de contracter avant le départ une assurance incluant le rapatriement, et d’en conserver le numéro sur soi.
  • Il est vivement recommandé de se munir de photocopies de ses documents d’identité et des titres de voyage (ainsi que du visa, qui peut être obtenu soit de manière électronique, soit à l’arrivée à l’aéroport de Douchanbé), ou, mieux, de les scanner et de se les envoyer par mail, en pièce jointe, avant de partir. Il sera ainsi facile d’en récupérer une copie en cas de vol ou de perte.
  • Les ressortissants français voyageant seuls ou en groupe sont invités à se signaler auprès l’ambassade de France à Douchanbé dès leur arrivée sur le territoire.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée et de séjour

Visa touristique

Aucun visa n’est exigé pour les ressortissants français si leur séjour touristique n’excède pas une durée de 30 jours.

Pour des durées de séjour touristique supérieures à 30 jours, l’obtention d’un visa est obligatoire. La demande de ce dernier se fait sur le site www. evisa.tj (option vivement recommandée) ou directement à l’aéroport.

Les visas touristiques délivrés pour une durée de 90 jours ne permettent pas de séjourner effectivement sur le territoire plus de 60 jours.

Le passeport doit être encore valable pour une période de 6 mois après la date de dépôt de la demande de visa.

Enregistrement des personnes

Tous les ressortissants étrangers séjournant au Tadjikistan doivent impérativement se faire enregistrer dans les dix jours ouvrés suivant leur arrivée auprès du Ministère de l’Intérieur (OVIR) sauf les voyageurs détenteurs d’un visa touristique (délivré à l’aéroport) ou obtenu sous sa forme électronique sur le site internet : www.evisa.tj ). Les voyageurs dont le séjour au Tadjikistan est inférieur à 10 jours ouvrables en sont également exemptés.

Autorisation spéciale pour se rendre dans la région autonome du Haut-Badakhchan (dite GBAO)

Les voyageurs souhaitant se rendre dans la région du Pamir (dite aussi région autonome du Haut-Badakhchan ou GBAO) doivent obtenir une autorisation spéciale.

Il s’agit d’un document différent du visa requis pour entrer sur le territoire tadjik.

Il peut s’obtenir en ligne, directement sur l’application informatique sur laquelle s’effectue la demande de visa électronique, que sollicitent les voyageurs souhaitant rester plus de 30 jours sur le territoire tadjik. Le coût du evisa en sera renchéri (50 USD au lieu de 30 USD pour un visa à entrée simple sans autorisation d’accès au GBAO).

Pour les voyageurs ayant obtenu leur visa à l’aéroport, la demande d’autorisation spéciale pour se rendre au GBAO pourra se faire auprès des services du ministère de l’Intérieur (OVIR), représentés à Douchanbé, Khoudjand, Bokhtar et Kulob.

Cette autorisation fera l’objet d’une mention particulière sur le passeport ou sur le visa électronique.

Enregistrement des véhicules

Les voyageurs se rendant au Tadjikistan par la route à bord de leur véhicule (automobile ou moto) doivent effectuer une déclaration d’« importation temporaire de véhicule ».Cette déclaration coûte 25 USD. La production de ce document sera requise à la sortie du territoire tadjik.

Cet enregistrement est valable 60 jours calendaires. Tout dépassement de délai fera l’objet d’une pénalité à la sortie du territoire.

Franchissement de la frontière avec le Kirghizstan

Selon les informations dont dispose l’Ambassade de France au Tadjikistan, le franchissement de la frontière avec le Kirghizstan n’est, pour l’heure, pas ouvert aux voyageurs individuels, ni pour entrer au Tadjikistan, ni pour en sortir, sur aucun des postes frontières.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions en matière de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier, suffisamment longtemps avant la date de départ pour permettre le rappel des vaccins.

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé, parfois très élevés à l’étranger, il est recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France.

Les systèmes de stérilisation étant souvent insuffisants, il est déconseillé de s’adresser individuellement à un hôpital, à un médecin ou à un dentiste sans s’être préalablement renseigné auprès de l’ambassade de France à Douchanbé. Il est en outre conseillé de se munir d’un matériel médical de première urgence (y compris aiguilles stériles à usage unique), notamment en cas de voyage à l’intérieur du pays.

En cas d’accident grave et si une opération chirurgicale devait être envisagée, l’évacuation médicale vers un pays tiers est recommandée. En effet, à l’heure actuelle, aucun hôpital ne dispose des équipements médicaux nécessaires à une intervention chirurgicale lourde (IRM, scanner, etc.).

En cas de problème de santé, il est conseillé de s’adresser à la clinique Prospekt. Les problèmes dentaires peuvent être traités à la clinique Eurodent.

Recommandations pour sa santé

Avant le départ, consulter si besoin son médecin traitant pour faire une évaluation de son état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires, notamment sur les vaccinations.

En cas de maladie chronique, il est conseillé de prévoir d’avoir avec soi les médicaments habituels en quantité suffisante, en particulier les sprays, collyres et traitement contre l’asthme.

Il peut être utile de passer par un médecin pour contrôler les médicaments achetés sur place en pharmacie (risques de reconditionnement).

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; pour plus d’informations, consulter la fiche Informations pratiques.

Vaccinations

Il est conseillé de mettre à jour les vaccinations habituelles : diphtérie-tétanos-poliomyélite, ainsi que rubéole, oreillons et rougeole. Dans tous les cas, prendre l’avis de son médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.

La vaccination préventive contre les hépatites A et B peut être conseillée, de même que la vaccination contre la fièvre typhoïde, ou le méningocoque, selon la durée et les conditions du séjour.

Les autorités recommandent de se faire vacciner contre la COVID.

Risques sanitaires

Paludisme

Le paludisme sévit dans certaines régions, particulièrement de juin à octobre. Les régions concernées sont celles de Gorno-Badakhshan, Khatlon, Douchanbé et Khodjent.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques. Les mesures classiques de protection contre les moustiques sont fortement recommandées (cf. ci-après).

Durant son séjour, et pendant les deux mois qui suivent son retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé (PDF - 78.3 ko) et de l’Institut Pasteur (PDF - 1.21 Mo) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux-roues).

Se préserver des contaminations digestives ou de contact

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments, et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine) ;
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

Le réseau routier au Tadjikistan est, sur les grands axes, globalement de bonne qualité, à l’exception de la région du Haut-Badakhshan (GBAO).
Avant de prendre la route en période hivernale, il est impératif de s’assurer que les véhicules disposent de suffisamment de carburant, sont dotés de chaines, et contiennent tous les équipements nécessaires par grand froid (couvertures, kit médical d’urgence, moyens de communication).
Les routes de montagne peuvent être coupées pendant plusieurs jours par les chutes de neige, les glissements de terrains ou les éboulements. La plupart des routes sont impraticables pour les voitures à très bas châssis.
Des taxis collectifs permettent de rallier les différentes villes du pays, mais leur niveau de sécurité reste très aléatoire.
De manière générale, il est recommandé d’éviter de rouler de nuit.

La consommation d’alcool est rigoureusement interdite aux conducteurs.

Le tunnel d’Anzob / d’Istiqlol

L’éclairage et l’aération de ce tunnel, situé entre Douchanbé et Khoudjand, sont déficients. Il est recommandé, en hiver et au printemps, d’éviter de l’emprunter.

Pour les personnes qui n’auraient d’autre possibilité que d’emprunter ce tunnel, il convient de respecter les distances de sécurité maximales, de disposer d’un éclairage en bon état, d’avoir à bord une barre ou un câble de remorquage et de se ménager en permanence la capacité de faire demi-tour en cas d’encombrement. Il est conseillé de rouler fenêtres fermées.

Pour les cyclistes, cyclotouristes et randonneurs, le tunnel est à éviter impérativement.

Réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire tadjik permet de relier Douchanbé et Khoudjand à l’Ouzbékistan. Il existe une seule liaison ferroviaire intérieure, entre Douchanbé et la ville de Kulyob.

Transport aérien

Il n’existe pas de liaison aérienne directe entre la France et le Tadjikistan. Depuis l’Europe, des vols desservent le Tadjikistan (Douchanbé ou Khoudjand, deuxième ville du pays) via Istanbul ou Dubai. Une liaison aérienne (Somon Air) dessert Douchanbé depuis Munich deux fois par semaine.

Les horaires des vols sont sujets à des changements fréquents, principalement en hiver, en raison des conditions climatiques.

Il existe des liaisons aériennes fréquentes entre Douchanbé et Khoudjand. La ville de Khorog, capitale du Haut-Badakhshan, n’est desservie que par la route (compter 13h de route depuis Douchanbé).

Législation locale

Absence d’enregistrement

Toute infraction au régime de l’enregistrement des étrangers sur le territoire du Tadjikistan est sanctionnée lors des formalités de contrôle au départ du territoire, aux postes frontaliers routiers et des aéroports (Douchanbé, Khodjent et Kouliab).

Pour les automobilistes et motocyclistes, la sanction prendra la forme de l’immobilisation du véhicule et de ses passagers jusqu’au paiement d’une amende. Pour les passagers à l’embarquement d’un vol retour, cette immobilisation peut durer quelques jours. La procédure prévoit de présenter le contrevenant au tribunal d’arrondissement, qui dispose d’un délai de 20 jours pour statuer sur la sanction. Celle-ci, conformément à l’article 499 du code des infractions administratives, peut aller du seul paiement d’une amende au paiement de l’amende assorti d’une expulsion du territoire avec interdiction de retour pendant 5 ans. Dans tous les cas, le contrevenant devra s’acquitter au minimum d’une amende sans compter les frais additionnels découlant d’un maintien prolongé sur le territoire.

Us et Coutumes

La république du Tadjikistan est un État laïc. La très grande majorité de la population y est musulmane.

Il est recommandé d’adopter une attitude respectueuse des usages locaux et de garder à l’esprit que les différences culturelles peuvent susciter une interprétation erronée de certains comportements. Il convient de respecter les égards dus aux femmes et d’adopter, en toute circonstance, une tenue décente.

La nudité est à proscrire. Il est déconseillé de porter un short et plus encore de se déplacer torse nu. Les jambes et les épaules doivent être couvertes dans les lieux de culte. Il est également recommandé, dans les zones rurales, de ne pas se baigner en maillot de bain à proximité des lieux d’habitation.

Divers

Monnaie

Les paiements se font, dans leur très grande majorité, en espèces et en monnaie nationale (somoni). La possibilité de payer par cartes de crédits est limitée aux grands hôtels internationaux et reste souvent aléatoire.

Il est possible de changer des devises (euros, dollars) à l’aéroport international de Douchanbé, auprès des banques et des bureaux de change à Douchanbé. Les bureaux de change sont plus rares dans les autres villes et régions du pays.

Il est conseillé de privilégier l’utilisation d’une carte bancaire Visa à une carte Mastercard, moins répandue.

Enregistrement des téléphones mobiles accueillant une carte SIM tadjike

Depuis le printemps 2023, les appareils mobiles étrangers pouvant accueillir une carte SIM doivent être enregistrés à leur entrée sur le territoire tadjik sous peine de ne plus pouvoir reconnaître aucune carte SIM locale après un délai de trente jours.
La procédure d’enregistrement de ces appareils se fait à l’aéroport de Douchanbé (après la douane) ou à tout poste de frontière en scannant le QR code affiché (WI FI T6). Il est également possible de l’enregistrer en remplissant une version papier de la déclaration (dite T6). Le personnel à l’aéroport peut être sollicité pour assister les voyageurs dans cette démarche.
Cette procédure est gratuite à l’entrée du territoire. Le déblocage d’un appareil coûte, au Tadjikistan, entre 70 USD et 120 USD selon le modèle.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires (Visa de type K)

Les visas tadjiks (d’affaires ou touristiques, à préciser lors de la demande) sont délivrés en général sans difficultés.

Le visa d’affaire est destiné aux personnes se rendant ou séjournant au Tadjikistan dans un but professionnel : participation à des négociations commerciales, réunions, séminaires, forums, salons et foires, audit, etc).

La demande de visa s’effectue sur le le site Le visa pourra être délivré auprès de l’Ambassade du Tadjikistan à Paris (option recommandée) ou directement lors de l’ arrivée à l’aéroport de Douchanbé.

Validité : visa délivré pour une durée de 3 mois, renouvelable jusqu’à un an.

Délai d’obtention : le délai d’instruction de la demande est de dix jours ouvrés.

Enregistrement : après son arrivée le voyageur d’affaires est tenu de s’enregistrer dans un délai de 10 jours ouvrés.

Coordonnées de l’ambassade : voir dans la colonne de droite

Données économiques

Consulter la fiche repères économiques du Tadjikistan.

Contacts utiles

Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, et le soutien public au développement international des entreprises.

Le Tadjikistan relève du service économique en Ouzbékistan :
Courriel : tachkent chez dgtresor.gouv.fr
Site internet