Bangladesh

Partager

Aidez-nous à améliorer encore notre service en répondant à notre enquête.


Dernière mise à jour le : - Information toujours valide le :

Dernière minute

Date de publication :

Urgence Attentat – Vigilance renforcée pour les ressortissants français à l’étranger

Publié le 28/03/2024

Compte tenu du relèvement, sur l’ensemble du territoire national, de la posture du plan Vigipirate au niveau Urgence attentat, une vigilance renforcée est recommandée à l’ensemble de nos ressortissants résidant ou de passage à l’étranger.

Sécurité

Risques encourus et recommandations associées

Risque terroriste

Bien que les derniers attentats sur le territoire bangladais remontent à 2019, il convient de rester vigilant au Bangladesh eu égard au risque terroriste ; les Français résidents ou de passage sont appelés à se tenir à l’écart de tout rassemblement, à être prudent à l’occasion des déplacements, en évitant les trajets de nuit, et à privilégier les hôtels et restaurants ayant mis en place des contrôles de sécurité.

Agitation politique et sociale

Les manifestations politiques ou sociales sont fréquentes au Bangladesh et peuvent parfois être soudaines et devenir violentes. Il convient de rester à l’écart de tout rassemblement et, notamment en période électorale, de se tenir informé des éventuelles manifestations prévues.

Délinquance

A l’instar des autres pays de la sous-région, le Bangladesh connaît une délinquance de rue (vols à l’arraché notamment), et plus particulièrement la nuit dans la capitale. Il convient d’éviter les trajets à pied ou en pousse-pousse après minuit à Dacca, et de rester vigilant de jour comme de nuit lors de tout déplacement avec effets personnels via ces modes de transport dans l’ensemble du pays.

Violences sexuelles

De nombreux cas de harcèlements ou d’agressions sexuelles sont signalés. Dès l’arrivée au Bangladesh, il est essentiel, en particulier pour les femmes et a fortiori celles voyageant seules, de prendre certaines précautions :

  • tenue vestimentaire : porter de préférence des vêtements vêtements longs et amples et garder les épaules couvertes.
  • déplacements : il est fortement conseillé aux femmes de ne pas sortir seules le soir, et en particulier d’éviter de se retrouver seules par exemple avec un chauffeur de taxi, un employé d’hôtel, un guide, etc.

Risques naturels

Durant la mousson (de juin à fin septembre), le niveau des eaux monte, y compris à Dacca. Les inondations sont habituelles durant cette période et se produisent avec des préavis parfois très courts. Les routes sont fréquemment coupées durant cette saison. Les déplacements par voie terrestre doivent être entrepris avec précaution, avec des véhicules appropriés et en tenant compte des bulletins météorologiques.

Durant la saison des orages (imprévisibles, soudains et d’une rare violence), d’avril à la fin du mois de mai, il est formellement déconseillé d’emprunter les bateaux ou les ferries sur les voies fluviales comme dans le golfe du Bengale.

Le Bangladesh est entouré par des régions à forte sismicité et est de plus en plus souvent sujet à des séismes de magnitude modeste. Spécialement à Dacca, où les constructions sont érigées sur des sédiments fluviaux, il est recommandé de prendre connaissance de la fiche des risques naturels liés aux séismes.

Zones de vigilance

Zones formellement déconseillées (rouge)

Régions frontalières de la Birmanie

Dans le contexte de tensions liées à l’afflux de réfugiés Rohingyas au Bangladesh, il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones frontalières de la Birmanie, ainsi que l’île de Saint-Martin, sujettes aux trafics de drogues et d’êtres humains ainsi qu’à la piraterie maritime dans le golfe du Bengale. Les arrestations par la police et les garde-frontières de personnes voyageant dans ces zones frontalières sont fréquentes.

Zones déconseillées sauf raison impérative (orange)

Tout déplacement au Bangladesh est déconseillé sauf raison impérative.

La région des Chittagong Hills Tracks (districts de Khagrachari, Rangamati et de Bandarban) est particulièrement déconseillée en raison de conflits récurrents entre différentes communautés.

Depuis le 7 janvier 2015, les conditions d’accès des étrangers aux trois districts de Chittagong Hill Tracts (Rangamati, Khagrachari et Bandarban) ont été durcies :

  • une autorisation doit être demandée au ministère de l’Intérieur au moins un mois à l’avance ;
  • les étrangers ne sont autorisés à visiter les districts qu’après autorisation écrite des autorités ;
  • en cas d’accord, tout entretien avec des membres des minorités ethniques de ces régions ne peut se faire qu’en présence de représentants de l’armée, de la police aux frontières ou de l’administration locale.

Par ailleurs, hormis les régions frontalières de la Birmanie (formellement déconseillées), ainsi que la région des Chittagong Hill Tracts, mentionnée ci-dessous, le reste du territoire est déconseillé sauf raison impérative du fait du risque terroriste.

Le numéro d’appel d’urgence pour joindre les services d’urgence (police, pompiers et secours) est le 999.

En cas de catastrophes naturelles, le 1090 est à la disposition de la population pour les informations et conduites à tenir.

Illust:473.2 ko, 680x1010
Dernière actualisation le 13/11/2020, toujours en vigueur le 17/07/2024

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée

Visa

Les ressortissants français doivent se procurer un visa avant leur départ au Bangladesh. Les visas touristiques, de travail et d’affaires doivent être demandés auprès de l’ambassade du Bangladesh à Paris :
109, avenue Henri Martin
75016 PARIS
Tél. : 01 46 51 90 33
https://www.bangladoot-paris.org/

Visa à l’arrivée (VOA) :

Cette facilité est offerte aux ressortissants étrangers de certains pays (dont la France et l’ensemble des pays européens), y compris ceux d’origine bangladaise et aux ressortissants de pays où il n’y a pas de mission diplomatique du Bangladesh.

Le visa à l’arrivée n’est délivré qu’après examen par les services de l’immigration de l’authenticité de l’objet du séjour envisagé (visite officielle, voyage d’affaires, tourisme) et examen de tous les justificatifs pertinents. L’obtention d’un visa à l’arrivée n’est donc pas garantie.

Les ressortissants français d’origine bangladaise, leurs conjoints et leurs enfants peuvent également se voir délivrer un visa à l’arrivée, sur présentation de la preuve de leur origine bangladaise.

Les fonctionnaires et le personnel des missions diplomatiques étrangères, des Nations unies ou de leurs organisations affiliées situées au Bangladesh peuvent se voir délivrer un visa à l’arrivée sur présentation de leurs lettres de nomination officielles ou d’autres documents connexes. Seuls les détenteurs d’un passeport des Nations Unies obtiendront un visa à l’arrivée gratuit.

Procédure et frais de visa à l’arrivée :

1) Les droits de visa – qui s’élèvent actuellement à 60 euros mais sont évolutifs - doivent être payés en devises étrangères, telles que le dollar américain, la livre sterling, l’euro, etc.

2) Les visiteurs doivent être en possession d’un minimum de 500 USD ou d’un montant équivalent en devises étrangères, en espèces ou par carte de crédit.

3) Les visiteurs doivent être en possession de billets aller-retour. Certaines compagnies aériennes n’autorisant pas les passagers à embarquer sans visa, il est conseillé aux visiteurs de se renseigner auprès de la compagnie aérienne concernée.

4) Les visiteurs doivent disposer des documents nécessaires pour justifier leur visite. Ces documents sont similaires à ceux requis pour une demande de visa auprès d’une ambassade du Bangladesh.

Durée du visa : Le visa à l’arrivée pour les voyageurs éligibles est délivré pour une période de 30 jours maximum et une unique entrée (les voyageurs souhaitant un visa à entrées multiples doivent solliciter un visa auprès de l’ambassade du Bangladesh à Paris.

Il est néanmoins vivement recommandé de solliciter un visa à l’ambassade du Bangladesh à Paris avant le départ : https://bangladoot-paris.org/index.php/nvr-visa-info-and-procedure.html

Les ports bangladais, notamment celui de Chittagong, ne disposent pas d’un service permettant d’accomplir les formalités d’immigration. Aucune admission ne sera possible sur le territoire par voie maritime. Les visiteurs ne pourront ainsi pas quitter le port.

Santé

Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (suffisamment longtemps avant le départ, afin de réaliser les rappels de vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (dont chirurgie et hospitalisation) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Les infrastructures médicales au Bangladesh sont insuffisantes. A Dacca, quelques établissements offrent des services médicaux acceptables. Cependant, les problèmes médicaux sérieux nécessitent une évacuation sanitaire vers les hôpitaux de Bangkok ou de Singapour. En province, l’offre médicale est très déficiente, voire inexistante.

Les établissements auxquels il est possible d’avoir recours à Dacca en cas d’urgence sont l’hôpital Ever Care, l’hôpital United et le Centre international de recherche des maladies diarrhéiques, Bangladesh (ICDDR,B), « Clinique des voyageurs » spécialisée dans les troubles gastro-intestinaux des touristes et des expatriés (cf. numéros utiles).

Recommandations pour sa santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé et être conseillé notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant le départ.

Constituer sa pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; s’assurer d’être à jour dans les vaccinations habituelles ainsi que dans celles recommandées pour l’ensemble des zones géographiques visitées.
  • Il est recommandé d’être à jour des vaccinations diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) et rougeole-oreillons-rubéole (ROR) ; une vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demander conseil à son médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
  • Enfin, pour des séjours en zone rurale, une vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection contre ces derniers.

Risques sanitaires

Pollution atmosphérique

Durant la saison sèche, de novembre à mars, les principales villes du Bangladesh et en particulier la capitale, sont affectées par une forte pollution de l’air, qui peut atteindre des niveaux dangereux pour la santé.

En cas de pic de pollution, il est recommandé, particulièrement aux personnes souffrant de maladies respiratoires, d’asthme, de problèmes cardiaques ainsi qu’aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées, de s’hydrater régulièrement, de maintenir fermées les portes et fenêtres de leur domicile et de limiter les activités et déplacements.

Il est conseillé, dans la mesure du possible, de se munir d’un masque anti-pollution de qualité pour les déplacements à l’extérieur. Par ailleurs, l’installation de purificateurs d’air dans chaque pièce du domicile, permet de réduire l’exposition aux particules.

Plus d’informations sur :

Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

La quasi-totalité des cas recensés au Bangladesh sont localisés dans les treize districts frontaliers de la Birmanie (sud-est du pays, région des Chittagong Hill Tracts) et de l’Inde (ouest du Bangladesh). Dacca est épargnée par la maladie.

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après). Pour plus d’information, consulter la fiche de l’institut Pasteur.

Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pour une durée variable selon le produit utilisé.

En cas de fièvre durant le séjour et pendant les deux mois qui suivent le retour, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel. Localement, consulter immédiatement un dispensaire et demander un test rapide (une goutte de sang et trois minutes d’attente). En cas de test positif ou en l’absence de test, un traitement présomptif peut être nécessaire.

Dengue

Le nombre de cas de dengue est en forte augmentation au Bangladesh. Si le risque d’infection est particulièrement important durant la mousson (de juin à octobre), il perdure sur l’ensemble du territoire et durant toute l’année. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue, mais un vaccin est en cours de développement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Pour plus d’information sur la maladie et la prévention, consulter :

Il importe de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le séjour ou après le retour en France, en faisant état dans ce dernier cas de votre voyage au Bangladesh.

Chikungunya

Le chikungunya est présent au Bangladesh. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. infra). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement à l’hôpital Apollo ou à l’hôpital United. Plus d’informations sur Santé publique France.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :
  • Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire ;
  • Utiliser des produits répulsifs cutanés : voir à ce sujet les recommandations de l’Institut Pasteur (PDF - 1.21 Mo) ;
  • Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
  • Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).
Zika

Il s’agit d’une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Des cas de transmission du virus par voie sexuelle ont également été rapportés. Les symptômes de la maladie sont généralement modérés (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, éruptions cutanées). Toutefois, la survenue de complications graves telles que des cas de microcéphalies chez des nouveau-nés de femmes enceintes infectées par le virus et des complications neurologiques tels que des syndromes de Guillain Barré est attestée.

Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de consulter au préalable un médecin avant tout déplacement.

En cas en voyage, il est recommandé de respecter les mesures de prévention contre les piqûres de moustique et d’appliquer les mesures adaptées contre la transmission sexuelle au Zika (plus d’information sur la page du Haut Conseil de la Santé publique).

Il est recommandé à tous les voyageurs de respecter les mesures de prévention des piqures de moustiques, de consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France et de consulter avant le départ les informations sur le site du ministère en charge de la Santé (page dédiée au Zika et page dédiée aux recommandations pour les femmes enceintes ou en désir de grossesse), le site de l’Institut Pasteur, et les recommandations pour la prévention des piqures de moustiques ci-dessous.

Autres maladies

Grippe aviaire

Les mesures suivantes sont recommandées :

  • Éviter tout contact avec les oiseaux et les volailles vivantes ou mortes non cuites, et plus généralement avec les animaux sauvages et d’élevage.
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier pour la viande et les œufs.

Il est recommandé de consulter un médecin en cas de contact avec des animaux malades, notamment des oiseaux ou des volailles, ou en présence de symptômes tels que fièvre, toux ou courbatures.

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’humain par un mammifère atteint du virus par morsure ou léchage d’une muqueuse. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination préventive (en préexposition) avant un séjour en zone exposée peut être recommandée et nécessite une consultation médicale préalable.
Plus d’informations sur le site du Ministère des solidarités et de la santé.

Maladie du virus Nipah

Des cas de maladie du virus Nipah surviennent de façon saisonnière au Bangladesh entre décembre et mai. Il s’agit d’une maladie animale, transmise à l’humain par les animaux. Les chauves-souris frugivores sont les hôtes naturels du virus Nipah, mais d’autres animaux peuvent aussi représenter des vecteurs (animaux domestiques) après avoir consommé des fruits souillés par la salive ou l’urine de chauve-souris. La transmission à l’homme peut se faire par contact direct avec des chauve-souris ou d’autres animaux contaminés, par consommation de fruits infectés, ou aussi par l’intermédiaire d’une personne malade.
Chez l’humain, l’infection est souvent mortelle et peut avoir une présentation variable allant de l’absence de symptômes à l’infection respiratoire et l’encéphalite. Les symptômes courants sont la fièvre, les maux de tête et les courbatures, les vomissements et le vertige. Il n’existe ni traitement, ni vaccin, que ce soit pour l’homme ou l’animal. La prise en charge de la maladie repose essentiellement sur un traitement symptomatique.
Il est donc conseillé d’éviter toute exposition aux chauves-souris et aux animaux concernés, et d’éviter de consommer des fruits ou leurs produits dérivés (par exemple, le jus brut de palmier-dattier) contaminés par de l’urine ou de la salive de chauves-souris infectées. Le risque d’infection par les fruits peut être évité en les lavant soigneusement et en les épluchant avant de les consommer.
Plus d’informations sur le site le l’Organisation mondiale de la Santé.

Fièvre typhoïde

L’absence d’hygiène alimentaire (eau et aliments) et d’hygiène des mains peut être responsable de diarrhées aiguës. La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre et des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente car des complications graves sont possibles. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. hygiène alimentaire).

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections ;
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) et ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

Pour se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas et le passage aux toilettes ;
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson ;
  • Eviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ;
  • Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (du permanganate est disponible en pharmacie) ;
  • Eviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids ;
  • Ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant) ;
  • Eviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés ;
  • Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli ;
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Infos utiles

Transport

Infrastructure routière

Il est nécessaire de disposer du permis de conduire international pour circuler au Bangladesh. Néanmoins, compte tenu des conditions de circulation particulièrement périlleuses périlleuses qui créent une insécurité routière élevée (mauvais état des routes, mousson, non-respect du code de la route, conduite inappropriée notamment des conducteurs de poids lourds), il est recommandé d’utiliser des véhicules avec chauffeur (formule systématiquement proposée par les agences de location de voitures). Il est fortement déconseillé de circuler la nuit hors des grandes villes.

En cas d’accident, même bénin, il est conseillé de se rendre au commissariat de police le plus proche avant la formation d’attroupements, qui peuvent dégénérer rapidement.

Réseau ferroviaire

Les collisions et les déraillements ne sont pas rares. Les trains, toujours bondés, ne présentent aucune garantie de sécurité.

Transport aérien

Les retards ou les annulations de vols, tant au plan national qu’international, des compagnies aériennes locales sont fréquents. Ils peuvent être causés par des incidents techniques ou par les mauvaises conditions météorologiques (en particulier le brouillard, fréquent pendant la saison hivernale, de décembre à février).

Transports fluviaux

Le Bangladesh comporte une des plus importantes flottes fluviales du monde. Les bâtiments qui naviguent sur les voies d’eau n’offrent pas toutes les normes de sécurité requises. La plupart du temps en surcharge, ces navires sont souvent dépourvus des équipements de sauvetage et de sécurité adaptés au nombre de passagers. Les naufrages ne sont pas rares et entraînent des pertes humaines élevées.

Il est nécessaire de s’informer sur la fiabilité du navire avant tout déplacement fluvial.

Ne pas emprunter les bateaux ou les ferries fluviaux pendant la saison des orages, d’avril à la fin du mois de mai.

Législation locale

L’homosexualité est interdite et peut entraîner une peine de prison pouvant aller jusqu’à la perpétuité. Le trafic et l’usage de stupéfiants sont punis de la même manière.

L’importation de revues, cassettes vidéo ou DVD à caractère pornographique est formellement interdite et punie par la loi.

Us et coutumes

La population du Bangladesh est majoritairement musulmane.

Les étrangers doivent adopter une attitude et une tenue vestimentaire respectueuses des coutumes locales. Il est recommandé de porter des vêtements couvrants.

La consommation d’alcool en public doit être évitée.

Divers

Aucune limite d’importation de devises n’est imposée. Cependant, la déclaration des sommes supérieures à 5 000 USD est obligatoire à l’arrivée.

Les paiements se font en général en dollars ou en takas (monnaie locale). Les cartes de crédit (American Express, Visa) sont acceptées par les hôtels et les restaurants de standing à Dacca et dans quelques autres grandes villes telles que Chittagong. Des distributeurs de billets (cartes Visa et Mastercard) sont disponibles à Dacca et à Chittagong. Il convient de privilégier ceux qui sont situés dans des espaces clos, à l’abri des regards.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires

Le visa d’affaires (visa B) est délivré sur présentation d’une lettre d’invitation d’un partenaire local stipulant précisément le motif de la demande de visa et d’une lettre de l’employeur du demandeur. Dans certains cas le service économique de Dacca peut être en mesure de produire la lettre d’invitation nécessaire au dossier de demande de visa.

Les voyageurs d’affaires peuvent solliciter un visa avec entrée simple ou à entrées multiples, dont la validité peut varier d’un mois à 5 ans.

Il est préférable de solliciter un visa à l’ambassade du Bangladesh en France.

Il est raisonnable de compter un délai d’au moins une semaine pour l’obtention du visa. Le tarif est de 60 euros pour un visa avec entrée simple et de 100 euros pour un visa à entrées multiples.

Il existe également des visas de travail, d’investisseur et de journaliste. Le détail de ces informations est disponible sur le site de l’ambassade du Bangladesh en France.

Données économiques

Consulter le lien.

Contacts utiles

Service économique

Les services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Service économique de Dacca
11, Madani Avenue, Baridhara Diplomatic Enclave, Baridhara
Tél. : +88 02 55 66 86 00 – Courriel : dhaka chez dgtresor.gouv.fr
Site internet

AFD

L’Agence française de développement (AFD) est l’agence qui met en œuvre la politique du développement définie par le gouvernement français.

Bureau AFD de Dacca
EHL Loqman Husain Center, 9th Floor
59B, Kemal Ataturk Avenue,
Banani, Dhaka 1213, Bangladesh
Tél. : +88 017 08 52 08 74
Courriel : afddacca chez afd.fr
Site internet