Livres jaunes : les premiers documents diplomatiques français publiés

Partager

En 2009, la bibliothèque du ministère des Affaires étrangères confie aux chaînes de numérisation de la Bibliothèque nationale de France 245 titres extraits de la collection dite des « Livres jaunes », représentant 35 320 pages.

L’inventaire de cette collection recense 312 titres (numérotés 1 à 293) publiés de 1799 à 1947. Une partie d’entre eux étaient déjà disponibles sur Gallica, l’autre partie ne pouvait figurer dans la sélection devant être numérisée car elle était composée de documents conservés en un unique exemplaire ou considérés comme trop fragiles.

Derrière ce lien, vous découvrirez l’inventaire de ce corpsus :

Seuls 32 titres ne sont pas encore disponibles sous un format électronique.

Par analogie avec le « Blue Book » britannique, l’appellation « Livre jaune » désigne la publication, sous couverture jaune, de documents visant à rendre compte de la politique extérieure de la France, dans une démarche d’information contrôlée destinée plus particulièrement aux parlementaires et leaders d’opinion français et aux cabinets étrangers.

Illust: Livres jaunes : (...), 40.4 ko, 350x500
Livres jaunes : couverture. Archives diplomatiques.

La pratique consistant à publier des documents diplomatiques à l’appui de la politique poursuivie, inaugurée par la Révolution française, n’est devenue régulière que sous le Second Empire. Les fascicules conçus alors pour accompagner, voire justifier, un rapport sommaire sur des événements de politique extérieure de l’année écoulée ne prirent l’apparence de livre jaune qu’en 1855. Dans une démarche analogue, après le Livre bleu de la Grande-Bretagne, parurent de façon plus épisodique le Livre orange russe, le Livre vert italien, les Livres noir ou blanc allemands, le Livre rouge autrichien, etc.

Illust: « Livre bleu » britan, 52.1 ko, 350x500
« Livre bleu » britannique. Archives diplomatiques.
Illust: « Livre rouge » (...), 44.2 ko, 350x500
« Livre rouge » autrichien. Archives diplomatiques.

Outre de nombreux textes de traités entre la France et ses voisins, cette collection est particulièrement riche pour l’étude de la politique de Napoléon III (en particulier les exposés réguliers sur la situation de l’Empire présentés au Sénat), la création de l’Empire colonial français (affaires du Tonkin, de Madagascar ou les frontières entre les empires coloniaux) et les multiples crises balkaniques qui vont attiser les tensions entre les grandes puissances et les plonger dans le premier conflit mondial.

A partir de l’année 1947, la diffusion périodique de ces documents diplomatiques français est assurée par la Documentation française qui publie dans sa collection « Notes et études documentaires » la série des « Textes diplomatiques », poursuivie de 1966 à 2006 par la revue « Politique étrangère de la France ».

Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères édite, de 1945 à 1963, les textes des réunions et conférences des ministres des Affaires étrangères en une collection de fascicules sous couverture verte qui, à la différence des Livres jaunes, avaient un caractère confidentiel et faisaient l’objet d’une diffusion restreinte.

Enfin, il convient de signaler l’abondante collection des « Documents diplomatiques français » publiés sous le contrôle d’une commission composée de diplomates, d’universitaires et de collaborateurs scientifiques. Son objectif est de fournir aux historiens et au public intéressé une sélection rétrospective de documents d’archives communicables. La première série est commencée en 1907. Elle est consacrée aux origines diplomatiques de la guerre de 1870.

Illust: « Les origines diplom, 45.4 ko, 350x500
« Les origines diplomatiques de la guerre de 1870-1871". Archives diplomatiques.

En cliquant sur ce lien, vous trouverez la liste des Livres jaunes mis en ligne sur Gallica.