Exposition "1968 dans le monde" (1er juin 2018 - 30 décembre 2018)

En 1968, partout dans le monde, aux États-Unis comme en Amérique latine, en Europe de l’Ouest comme en Afrique, des foyers de contestation de l’ordre ancien ont embrasé les universités, sur fond de révolte contre la guerre du Vietnam, d’admiration pour la lointaine Révolution culturelle chinoise, et d’un courant de sympathie que l’on désignera sous le nom de tiers-mondisme. À l’Est, le Printemps de Prague a fait croire à un « socialisme à visage humain », espoir annihilé fin août par l’entrée des chars soviétiques dans la capitale tchèque. Sur d’autres fronts, des zones de conflits désormais médiatisés, dont la crise du Biafra constitue le triste symbole, suscitent un engagement à l’origine de l’Action humanitaire.

Cette exposition présente, sans souci d’exhaustivité, un ensemble de documents significatifs, télégrammes, photos et ouvrages extraits des Archives diplomatiques, en général publiés dans les volumes de Documents diplomatiques français de l’année 1968. Un choix d’images issues des archives des correspondants du journal L’Humanité conservées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis complète la sélection.

La présentation s’ouvre sur les échos de mai 1968 à l’étranger. On découvrira, sans surprise, le soutien sans faille apporté par le gouvernement de Pékin et la foule chinoise aux grévistes français, ou l’inquiétude de Washington de voir la France sombrer dans le chaos. Plus surprenante peut-être, est la réserve du gouvernement cubain vis-à-vis des événements de la rue française. Par ailleurs, on dénonce les efforts de Cuba d’embrigader la jeunesse française et d’en faire des éléments « subversifs ».
Les principaux événements de l’année 1968 dans le monde sont ensuite rapidement parcourus, de l’assassinat de Martin Luther King, aux révoltes étudiantes au Sénégal et au Mexique, de la Révolution culturelle chinoise aux déclarations de Dubček à Prague, alors qu’au Nigéria la sécession biafraise génère une crise humanitaire sans précédent. Mai 68 cependant, c’est aussi l’événement majeur que constitue l’ouverture des négociations officielles entre Américains et Vietnamiens, au centre de conférences internationales de l’avenue Kléber à Paris, le 13 mai 1968, un événement placé au centre de l’exposition.
En contrepoint de ces événements, l’année diplomatique suit son cours, avec son lot de voyages officiels. Malraux effectue un second voyage en URSS après celui de 1934, cette fois comme ministre des Affaires culturelles ; et les 25-30 octobre, le Général de Gaulle se rend en visite d’État en Turquie, pays dont il soulignera dans l’un de ses discours, la convergence de positionnement et le souci partagé avec la France de défendre l’indépendance nationale contre l’hégémonie des deux blocs. Le parcours s’achève sur ce reportage photo très officiel, comme épilogue d’une année de révolution manquée.

— 
Exposition réalisée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
Conception et réalisation : direction des Archives, département des Publics, département de la Bibliothèque, département des Archives, DIL / Service de reprographie.
***
Rejoignez-nous sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/Archives.diplomatiques/

Exposition à voir jusqu’au 30 décembre 2018 au centre des Archives diplomatiques de La Courneuve.
Ouverture au public : du lundi au vendredi de 10h à 17h, sur présentation d’une pièce d’identité (entrée gratuite).
Possibilité de visites pour les groupes et les scolaires
Contact : lecture.archives[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE