Accès rapide :

Les hébergements provisoires

Les Français rentrant de l’étranger et répondant à certaines conditions peuvent, en cas de nécessité, être aidés par :

Le Comité d’Entraide aux Français Rapatriés
33, boulevard Robert Schuman
93 190 Livry Gargan
Téléphone : 01 82 99 00 30
Télécopie : 01 43 85 03 62
Internet : www.cefr.asso.fr - Courriel : siege [at] cefr.asso.fr

Le Comité d’entraide aux Français rapatriés (CEFR) accueille, héberge et accompagne les Français rapatriés de leur pays de résidence au motif de leur situation d’indigence en vue de leur insertion sociale et professionnelle.

L’association dispose d’une structure d’accueil à Vaujours (Seine-Saint-Denis) et d’une dizaine de centres d’hébergement, d’adaptation et de réinsertion sociale, en province. Les personnes âgées rapatriées peuvent être accueillies dans l’une des cinq maisons de retraite du comité.

Vous pouvez aussi vous adresser aux organismes suivants :

  • les centres communaux d’action sociale – Internet : www.unccas.org
  • les missions locales, pour les jeunes à partir de 16 ans – Internet : www.cnml.gouv.fr

La mairie de votre domicile pourra vous fournir ces adresses.

Solutions d’hébergement provisoires

Les foyers de jeunes travailleurs

Union nationale pour l’habitat des jeunes (UNHAJ)
12 avenue du général de Gaulle — 94307 Vincennes cedex
Tél. : 01 41 74 81 00 – Internet : www.unhaj.org

Association pour le logement des jeunes travailleurs (ALJT)
Internet : www.aljt.com

Centre du logement jeunes travailleurs, étudiants et stagiaires (CLJT)
Internet : www.cljt.com

Association des résidences et foyers de jeunes (ARFJ)
37 rue Clisson – 75013 Paris
Tél : 01 46 33 86 62 – Internet : www.arfj.asso.fr/

Les foyers ouverts aux travailleurs de tous âges

ADOMA — 42 rue Cambronne — 75740 Paris cedex 15
Tél. : 01 40 61 42 00 - Internet : www.adoma.fr

Autres organismes

Des résidences hôtelières ou des hôtels ont des forfaits d’hébergement provisoire, à la semaine ou au mois, à Paris et en province. Ces formules sont coûteuses et ne peuvent être que des solutions temporaires.

Le Pacte national pour le Logement prévoit la création de 5.000 places en résidences hôtelières à vocation sociale afin que les besoins d’hébergement d’un public à faible revenu soient satisfaits par une hôtellerie d’intérêt général de qualité. Les résidences hôtelières « LOGIRELAIS » à vocation sociale sont des établissements commerciaux d’hébergement agréés par le préfet de leur département d’implantation, constitués de logements autonomes meublés, pouvant être loués à la journée, à la semaine ou au mois. Les premiers semblent avoir été inaugurés en 2008.

Les auberges de jeunesse (AJ) de la FUAJ (Fédération Unie des Auberges de Jeunesse) offrent un hébergement peu coûteux. Une cuisine collective est partagée par les usagers. Dans les grandes villes, un service de restauration permet de se nourrir pour un prix modique. Il n’y a pas de limite d’âge pour séjourner en AJ mais le séjour ne doit pas excéder en principe une semaine.

Il faut être adhérent (possibilité d’adhérer sur place).
Tarif de la carte (2012)
Moins de 26 ans : 7 euros
Plus de 26 ans : 11 euros
Famille : 20 euros

Les tarifs varient selon la catégorie des auberges de jeunesse : entre 10 et 20 euros par personne et par nuit . A Paris, le tarif est compris entre 25 euros et 28 euros la nuit par personne, petit déjeuner et draps inclus. Il est conseillé de réserver.

FUAJ – Antenne nationale 27 rue Pajol 75018 Paris – Tél. : 01 44 89 87 27 Ouverture : du lundi au vendredi de 10h à 18h00. Pour connaître les adresses, adhérer et réserver : www.fuaj.org/

Les aides au logement

L’aide personnalisée au logement (APL) et l’allocation logement (AL) peuvent être versées aux accédants à la propriété, aux propriétaires ou aux locataires, sous certaines conditions. Pour les locataires, l’APL s’applique aux logements faisant l’objet d’une convention passée entre le bailleur et l’Etat. L’aide est déduite du montant du loyer. Le montant de l’APL dépend de la situation familiale du bénéficiaire (nombres de personnes à charge), du montant de ses revenus et de celui de sa charge de logement.

L’Allocation Logement (AL) peut être attribuée, sous condition de ressources, à toute personne ne bénéficiant pas de l’APL.

Ces aides sont versées par la Caisse d’allocations familiales. Pour connaître l’adresse de votre caisse, consulter le site Internet : www.caf.fr/

Dans le cadre d’une mobilité, vous pouvez également bénéficier de l’aide mobili-pass. Réservée aux salariés des entreprises de 10 salariés et plus du secteur privé non agricole, cette subvention couvre les dépenses liées au changement de logement ou à la double charge temporaire de logement. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre Direction des Ressources Humaines.

Pour vous informer

L’Adil 75 (Association départementale d’information sur le logement) peut vous donner des conseils et des renseignements concernant l’élaboration de plan de financement pour acquérir votre logement, le contrat de location, le calcul de
l’APL et de l’allocation logement, les procédures visant à régler les problèmes de voisinage ou de contentieux propriétaire-locataire, etc.

Pour contacter cette association :
ADIL 75 (siège)
46 bis boulevard Edgar Quinet — 75014 Paris
Tél. : 01 42 79 50 50 – Internet : www.adil75.org

Organismes de défense des consommateurs (en cas de conflit avec un propriétaire, problème juridique, etc.) :

Confédération Générale du Logement - Internet : www.lacgl.fr

Confédération Nationale du Logement - Internet : www.lacnl.com/

Informations sur le Droit au logement opposable : www.service-public.fr et www.developpement-durable.gouv.fr

(Mise à jour : 20.03.13)


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014