Introduction


Brève

Afghanistan - Elections présidentielles - Déclaration de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international (7 avril 2014)

"Malgré les tentatives d’intimidation et parfois les violences, de très nombreux électeurs se sont rendus aux urnes. La France salue le courage et la détermination des Afghans qui ont ainsi marqué leur volonté de prendre en main leur avenir et de voir leur pays progresser sur la voie de la démocratie et de la paix."


La France a été, en 1922, l’un des premiers pays à établir des relations diplomatiques avec l’Afghanistan. Dans les décennies qui ont suivi, les relations se sont développées avec une dimension particulière accordée aux coopérations culturelles (création de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan en 1922) et en matière d’éducation (établissement des lycées français Istiqlal en 1923 et Malalaï en 1942). Après l’invasion soviétique de 1979, l’effort de la France s’est porté dans le domaine humanitaire, notamment grâce à l’action des ONG françaises.

Aujourd’hui, après un engagement militaire très important pour la paix et la stabilité de l’Afghanistan (jusqu’à 4 000 soldats français déployés entre 2001 et 2012 dans le cadre de la Force Internationale d’Assistance à l’Afghanistan sous mandat des Nations Unies), la France a retiré ses forces combattantes fin 2012. L’effort français porte maintenant avant tout sur le développement de l’Afghanistan.

La France et l’Afghanistan ont signé en 2012 un traité d’amitié et de coopération pour une période de 20 ans. Il s’est traduit par une augmentation importante de l’engagement civil français, notamment dans les domaines de l’agriculture, de la santé (soutien à l’Institut Médical Français pour l’Enfant de Kaboul) et des infrastructures (projets d’électrification de la province de Kapisa). Cet engagement de la France permettra d’accompagner l’Afghanistan tout au long de la transition politique et militaire qu’il connaitra en 2014.


Mise à jour : 04.04.14