Introduction


Brève

Entretien de Laurent Fabius avec son homologue norvégien (Paris, 26 février 2014)

Les deux ministres évoqueront les principales questions internationales, en particulier l’Ukraine et la République centrafricaine, ainsi que les enjeux liés à l’énergie et à la lutte contre les dérèglements climatiques.


La Norvège est le deuxième pays le plus riche du monde en PIB/habitant. Forte d’une croissance de 3,5 % en 2012 et de 2.9% en 2013, son budget est en équilibre et son économie en plein-emploi (3 % de chômage).

Sixième exportateur mondial de pétrole, 3ème de gaz, la découverte de gisements dans la mer du Nord et la mer de Barents, et la conclusion d’un traité avec la Russie sur la délimitation de la frontière maritime lui promettent de nouvelles ressources jusqu’en 2060. Son fonds souverain, le premier au monde (plus de 600 Mds € de capitalisation soit 145 % du PIB) a très fortement augmenté depuis deux ans. Il s’agit du deuxième investisseur sur la place de Paris. Son économie, très dépendante de la rente pétrolière, est intégrée au marché européen (l’UE absorbe 81 % de ses exportations et assure 63 % de ses importations).

Après le rejet à deux reprises de l’adhésion à l’Union européenne par référendum en 1972 et 1994, la Norvège fait partie de l’Espace Economique Européen (EEE) depuis 1994, qui lui permet de bénéficier des libertés de circulation (marchandises, services, capitaux, hommes – la Norvège est membre de Schengen) en échange de la transposition des directives (taux de transposition de 99,8 %).

La Norvège participe également à toutes les structures PSDC et applique presque toutes les coopérations en matière JAI (Europol, Eurojust, Frontex, Prüm, …). Après 8 ans de gouvernement travailliste, la nouvelle coalition conservatrice au pouvoir depuis octobre 2013 affiche une claire volonté de renforcer ses liens avec l’Union européenne, en témoigne la nomination d’un Ministre chargé des affaires européennes auprès du premier Ministre.

Nos échanges commerciaux sont structurellement déficitaires (-3,9 Mrd € en 2012 et -4,8 Mrds € en moyenne sur les dix dernières années) du fait des hydrocarbures (78 % du total de nos importations). La Norvège était l’année dernière notre premier fournisseur de gaz (34 % de nos importations) et notre deuxième de pétrole. La France est le 4ème investisseur en Norvège. Le secteur énergétique représente 2/3 de ces investissements, avec Total (79 licences off-shore) et GDF-Suez comme acteurs principaux.

Les dernières visites bilatérales remontent au 5 février (entretien à Paris du ministre des Affaires étrangères, M. Espen Barth Eide avec Laurent Fabius) et au 11 septembre (rencontre au Grand Palais entre la Princesse Héritière Mette-Marit et Laurent Fabius)


Mise à jour : 28.01.14