Présentation



Relations politiques

Le dialogue politique est très cordial et confiant, avec des échanges étroits sur de nombreux dossiers.

Principales visites récentes de personnalités françaises au Ghana

  • Février 2008 : Déplacement au Ghana du Secrétaire d’Etat aux sports, M. Bernard Laporte, pour assister à la finale de la Coupe d’Afrique des Nations.
  • Septembre 2008 : Déplacement de M. Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat à la coopération et à la francophonie, pour le 3ème forum de Haut niveau sur l’efficacité de l’aide.
  • Février 2009 : Déplacement de Mme Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur.
  • Août 2012 : Déplacement de Mme Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, à l’occasion des funérailles du président Atta Mills.
  • Janvier 2013 : Déplacement de Mme Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, à l’occasion de l’investiture du Président Mahama.
  • Le 18 novembre 2013 : Déplacement de Mme. Nicole Bricq, Ministre du Commerce extérieur, pour s’entretenir avec les ministres de l’Énergie et du Commerce et de l’Industrie.

Principales visites récentes de personnalités ghanéennes en France

  • Juin 2007 : Déplacement en France du Président John Kufuor et du Ministre des Affaires Etrangères Nana Akufo-Addo
  • Mars 2008 : Visite de travail en France de M. Samuel Owusu-Agyei, Ministre de la Réforme du Secteur public.
  • Décembre 2009 : Déplacement à Paris de Mme Hannah Tetteh, Ministre du Commerce et de l’Industrie
  • Mai 2010 : Participation du Vice-Président M. John Mahama et de la Ministre du Commerce et de l’Industrie Mme Hannah Tetteh au sommet Afrique-France de Nice.
  • Mai 2013 : Visite officielle du Président Mahama
  • Le 10 octobre 2013 : Déplacement à Paris de Mme. Hannah Tetteh, Ministre des Affaires étrangères, pour s’entretenir avec son homologue Laurent Fabius
  • Le 24 octobre 2013 : Déplacement d’une délégation conduite par le secrétaire général ghanéen aux affaires étrangères, M. Leslie Kojo Christian pour la première session de dialogue politique
  • Décembre 2013 : Participation du Président Mahama au Sommet de l’Elysée


Relations économiques

Nos intérêts commerciaux montent régulièrement en puissance avec la présence de 60 entreprises françaises au Ghana, un stock d’investissement de 400 millions de dollars (12è rang) et des échanges commerciaux de l’ordre de 1,3 Md d’euros en 2012 (exportations françaises d’environ 310 M€ ; balance déficitaire en raison de nos importations de produits pétroliers). Cependant, nous représentons moins de 3% des parts de marché et des marges de progression existent, notamment pour les PME-PMI que cherchent à attirer les autorités ghanéennes. L’image des entrepreneurs français au Ghana est positive. Ils sont vus comme respectueux des lois et règlements locaux (notamment de la fiscalité). Les produits français sont considérés comme de qualité, fiables et dont le service après-vente est efficace. Ils trouvent preneurs dans un pays où la classe moyenne a tendance à une forte consommation.

Nos entreprises ont remporté plusieurs « grands contrats » récemment : Forclum pour les équipements électriques ; Technip dans le parapétrolier ; Alcatel-Lucent pour un réseau de fibres optiques, Gemalto pour les systèmes d’informations.

La visite officielle du Président du Ghana en France, qui a été précédée par une mission du MEDEF (22-23 mai 2013) à Accra, a été l’occasion de réaffirmer notre présence économique au Ghana, notamment au travers des grands contrats, en particulier ceux en préparation dans le secteur parapétrolier.

Les opportunités se situent dans le domaine des équipements parapétroliers (mise en valeur et du développement des nouveaux champs pétrolier) mais également sur les équipements d’infrastructures (électricité, eau, communications).

Notre volonté de renforcer la relation économique avec Ghana a été à nouveau confirmée lors du déplacement de Mme. Bricq, Ministre du commerce extérieur à Accra en novembre 2013, en fixant l’objectif d’atteindre 2 Mds d’euros d’échanges commerciaux en 2017 contre 1,3 Mds en 2012 et de doubler la présence des entreprises françaises au Ghana. Afin d’y parvenir, une chambre de commerce française a été créée.


Coopération civile

La coopération française au Ghana a vu son volume global augmenter significativement ces dernières années avec en 2004 la signature du contrat de désendettement et de développement (C2D), suivie en 2005 par notre décision de rejoindre le MDBS (Multi Donor Budgetary Support), et la reprise des engagements de l’Agence Française de Développement (AFD). En 2012, l’AFD a engagé environ 150 M€ de projets en faveur du Ghana, ce qui les place parmi les bailleurs importants pour le pays.

La France et le Ghana ont signé le 28 mai 2013 un nouveau Cadre de Partenariat (DCP) pour la période 2013-2016. Cette signature a eu lieu au cours de la visite officielle du Président Mahama. Ce DCP illustre nos engagements en matière de concentration, de coordination et d’efficacité de l’aide. Le DCP France Ghana 2013 – 2016 est cohérent avec la programmation conjointe Union européenne. Il répond aux priorités du gouvernement ghanéen en matière de développement, de croissance et de réduction de la pauvreté, fixées par le GSGDA 2010-2013 (Ghana Shared Growth and Development Agenda).

Ce partenariat entre la France et le Ghana pour la période 2013 -2016 s’articule autour de 4 axes prioritaires et porte sur entre 300 et 440 millions d’euros d’engagements nouveaux (dont 90% de prêts) :

  • développement durable (entre 371 et 431 M€) : intervention de l’AFD, essentiellement sur prêt, éventuellement complété par des subventions de l’UE, dans le secteur agricole (avec suivi des impacts sociaux et environnementaux), et dans le secteur énergétique (production d’énergie renouvelables, transport et distribution).
  • soutien à la croissance (entre 323 et 396 M€) : intervention de l’AFD, essentiellement sur prêt, dans des projets globaux de développement urbain (transports, aménagement des quartiers, traitement des déchets, assainissement), et appui aux très petites et moyennes entreprises (garanties ARIE et facilités micro et méso finance, hors PROPARCO).
  • gouvernance (entre 24 et 31M€) : soutien à la réforme du secteur public et décentralisation (projet FSP), soutien à la société civile (FSD), coopération de sécurité et de défense (officiers de liaison, soutien aux centres de formation du français en milieu militaire, projet FSP « sécurité maritime ») et aide budgétaire globale.
  • culture – langue française – université et recherche (entre 3,7 et 5,1 M€) : activités de l’Institut français, appui à la préparation d’une réforme visant à rendre le français obligatoire au lycée, développement de l’offre des cinq alliances françaises, dialogue avec l’OIF, dialogue avec l’Université ghanéenne, soutien à la recherche pour le développement via les institutions françaises (CIRAD, IRD, IFRA), politique de bourses et d’invitations.

En plus de ces nouveaux engagements (entre 300 et 400 M€), il reste 422 M€ à décaisser des projets déjà engagés avant le 1er janvier 2013.

Cette enveloppe globale, comprise entre 722 et 862 M€, reflète la potentielle montée en puissance des activités de l’AFD. Cependant, la très grande majorité des interventions (90%) se feront sur prêt, et seront donc étroitement liées à l’évolution de la situation macroéconomique du Ghana. Le gouvernement a décidé, en août 2014, de recourir à un programme du FMI, ce qui devrait permettre le déblocage des prêts de l’AFD. Les discussions avec le FMI sont en cours.


Autres types de coopération

La coopération militaire et de défense

Notre coopération militaire avec le Ghana est principalement axée sur la formation. Elle passe par la participation française au Centre International de Formation au Maintien de la Paix « Kofi Annan » (KAIPTC), l’enseignement du français en milieu militaire, l’envoi d’officiers ghanéens en stage en France ou dans les Ecoles Nationales à Vocation Régionale (ENVR). Un officier de liaison occupe un poste de directeur de stage auprès du KAIPTC. Il est en charge de l’organisation de stages annuels au profit d’officiers supérieurs ouest-africains, et des relations avec les autres centres de formation au maintien de la paix de la CEDEAO. En liaison avec l’attaché de défense, non résident en poste à Lomé (Togo), il est l’interlocuteur des Forces Armées Ghanéennes et propose et coordonne les actions de coopération militaire et de défense.

La coopération européenne

Pour la période 2014-2020, la dotation au titre du 11ème FED, l’UE prévoit une enveloppe pays de 323 M€ (contre 373,6 M€ pour le 10ème FED) concentrée sur : la gouvernance, l’agriculture ainsi que la politique sociale et l’emploi. Il s’agit d’une enveloppe de dons, qui peuvent être mixés à des prêts. L’AFD est autorisée à instruire des projets s’inscrivant dans le cadre des FED en lieu et place de l’UE (instruction déléguée).


Mise à jour : 01.09.14