Introduction


Brève

Soudan - Ouverture de pourparlers (Addis Abeba, 12 novembre 2014)

La France soutient les efforts du président Thabo Mbeki, médiateur de l’Union africaine pour le Soudan, qui a réuni le 12 novembre à Addis Abeba des représentants du gouvernement soudanais et de l’opposition armée.


Colonie anglo-égyptienne à partir de 1898, le Soudan a accédé à l’indépendance en 1956. Après la dictature du maréchal Nimeiry (1969-1985), le pays connaît de 1986 à 1989 un régime parlementaire mené par Sadeq al-Mahdi, Premier ministre. Celui-ci est renversé en juin 1989 par le général Al Bachir, soutenu par les islamistes.

Jusqu’à la séparation avec le Soudan du Sud, le 9 juillet 2011, le Soudan était le plus grand pays d’Afrique (2,5 millions de km²), avec 42 millions d’habitants. Le Soudan a toujours été un pays d’une grande diversité communautaire et linguistique, au carrefour des grandes aires culturelles arabe et africaine (une centaine de langues et dialectes). Il souffre d’une instabilité chronique depuis son indépendance, liée aux tensions entre le centre et les périphéries marginalisées (Sud, mais aussi Darfour à l’Ouest, Est, et, plus récemment, Kordofan et Nil bleu).

Le Soudan a connu deux guerres civiles (de 1955 à 1972 et de 1983 à 2005) entre le pouvoir central et le Sud, ayant causé plusieurs millions de morts, de déplacés et de réfugiés. Un processus de paix a été initié en 2001, sous l’égide de l’IGAD.

Les négociations qui se sont déroulées à partir de septembre 2003 à Naïvasha (Kenya) ont abouti, le 9 janvier 2005, à la signature, d’un « accord de paix global » (comprehensive peace agreement – CPA), qui précisait les modalités de partage du pouvoir et des richesses entre Nord et Sud pendant une période intérimaire allant jusqu’en juillet 2011. La Mission des Nations Unies au Soudan, forte de 10 000 casques bleus, a été chargée d’appuyer la mise en œuvre de l’accord.

Dans le cadre de la mise en œuvre du CPA, des élections générales se sont tenues en avril 2010, les premières élections pluralistes depuis 1986. Le Président Béchir a été réélu à la tête du Soudan avec 68% des voix, et Salva Kiir réélu Président du Gouvernement autonome du Sud-Soudan avec 92% des voix du Sud.

Etape majeure dans la mise en œuvre du CPA, le référendum d’autodétermination du Soudan du Sud s’est déroulé dans de bonnes conditions du 9 au 15 janvier 2011 et a abouti à l’indépendance du Sud (98,83% des voix). Elle a été proclamée le 9 juillet 2011 à Djouba, devenue la nouvelle capitale de la République du Soudan du Sud.

Important producteur de pétrole avant l’indépendance du Sud (500 000 barils/jour), le Soudan continue à produire 150 000 b/j. Il dispose de surcroît d’un potentiel agricole (céréales, coton, gomme arabique, élevage) et minier (or en particulier) important mais insuffisamment valorisé.

La France et le Soudan entretiennent des relations anciennes depuis 1956, axées sur la coopération dans la recherche, l’archéologie et la francophonie. Les échanges bilatéraux sont soutenus et les visites fréquentes. La France travaille activement à la résolution des conflits au Soudan. Elle a notamment joué un rôle majeur dans la négociation de l’accord de paix de Doha sur le Darfour.

Voir le site de l’ambassade de France au Soudan

Mise à jour : 10.11.14