Présentation



Relations politiques

Nos relations bilatérales sont excellentes, notamment grâce à la confiance née du rôle décisif de la France dans le succès de la Révolution.

Le lien n’a jamais été rompu avec la Libye. Après la fermeture de notre ambassade en Libye, Antoine Sivan a été envoyé comme représentant spécial de la France auprès du CNT à Benghazi. L’ambassade de France a rouvert dès août 2011 à Tripoli. L’ambassade de Libye en France n’a jamais cessé de fonctionner durant la révolution.

Le premier ministre Libyen s’est rendu à Paris les 12 et 13 février 2013, accompagné d’une imposante délégation (huit ministres et vice-ministres). Il a été reçu par le Président de la République et le Premier ministre. La France était le premier pays non arabe visité par le chef de gouvernement libyen. Le Ministre s’est rendu à Tripoli le 23 avril 2013 après l’attentat qui a visé notre ambassade pour exprimer son soutien à notre équipe et réaffirmer l’engagement de la France en Libye.

Aujourd’hui, nous ambitionnons ensemble un partenariat stratégique de long terme. La France marque régulièrement son soutien au processus de transition démocratique et à la reconstruction du pays. Elle a pris l’initiative pour mobiliser la communauté internationale en soutien aux autorités libyennes au sujet des questions de sécurité. La Libye est très demandeuse d’expertise et de conseil de la part de la France, vue comme un partenaire de confiance et de qualité.


Visites

Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, s’est rendu à Tripoli le 12 novembre. Il a été reçu par le Président Megarief, le Premier ministre Zeidan, et plusieurs ministres. Il a été le premier dirigeant étranger à s’adresser au Congrès Général National libyen.

Cette visite a été l’occasion de marquer le soutien de la France aux nouvelles autorités libyennes, de proposer son aide pour le rétablissement de la sécurité et de renforcer la présence française en Libye.

En 2013

  • 14 novembre : Participation du Ministre à la 2ème conférence ministérielle régionale sur les frontières à Rabat, centrée sur la Libye.
  • 23 octobre : Déplacement de M. Mohamed al-Fitouri Swallem, ministre du Travail et de la Formation, à Paris.
  • 14-20 octobre : Déplacement de M. Moussa Harim, vice-Ministre de la Culture, à Paris et à Marseille.
  • 17-23 juin : Participation de M. Mohamed al-Barghati, ministre libyen de la Défense, , et de de M. Abdeqader Ahmed, ministre libyen des Transports, au salon du Bourget.
  • 14-16 juin : Visite de travail de M. Mooohamed al-Fitouri Swallem ministre libyen du Travail et de la Formation en France (Paris et Tours)
  • 23 avril : Visite à Tripoli de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères.
  • 11-13 février : Visite à Paris de M. Ali Zeidan, Premier ministre libyen, accompagné des ministres des affaires étrangère, de la défense, des télécommunications et de la santé et des vice-ministres de l’intérieur, de la justice, des transports et du pétrole
  • 12 février : Conférence internationale ministérielle de soutien à la Libye en matière de sécurité, de justice et d’Etat de droit de Paris, co-présidée par le ministre des affaires étrangères et son homologue libyen.
  • 5 février : visite à Tripoli de M. Kader Arif, ministre délégué aux anciens combattants
  • 12-15 janvier : visite en France (Paris et Marseille) de M. Al-Habib Al-Amin, ministre de la culture et de la société civile.
  • 12-13 janvier : visite à Tripoli de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger.


En 2012

  • 10-16 octobre : visite en France (Paris et Bordeaux) du Président du Conseil local de Tripoli, M. Sadat Albadri, et des maires d’arrondissements.
  • 21-24 mai : visite à Paris de M. Abderrahmane Habil, ministre de la Culture et de la Société civile.
  • 20-21 mars : visite à Tripoli de la Commission des Finances, présidée M. Philippe Marini.
  • 12-15 mars : visite à Paris de M. Faouzi Abdel’Ali, ministre de l’Intérieur.
  • 24-26 février : visite en Libye (Tripoli, Misrata, Zintane, Benghazi) de M. Gérard Longuet, ministre de la Défense.
  • 29 janvier : visite à Tripoli de M. Thierry Mariani, ministre des Transports.

Site de l’ambassade de France en Libye


Relations économiques

Le développement des relations bilatérales ainsi que l’ouverture croissante de la Libye stimulent les échanges économiques et commerciaux, qui restent cependant relativement modestes. Nos relations économiques reprennent progressivement après l’arrêt provoqué par la Révolution : près d’une trentaine d’entreprises ont repris leur activité en Libye, sur 45 présentes avant la Révolution.

Le commerce courant a permis à nos exportations de retrouver leur niveau d’avant la guerre. Les opportunités sont nombreuses pour nos entreprises, dans tous les secteurs : hydrocarbures, transports, santé, finances, télécommunications, eau et assainissement, énergie, immobilier, planification et aménagement urbain, industrie, agro-alimentaire.

La Libye constitue néanmoins un terrain difficile . Les faibles capacités décisionnelles et administratives libyennes et les conditions sécuritaires ne facilitent pas l’accès au marché libyen. Marqués par un déficit commercial structurel, nos échanges commerciaux avec la Libye fluctuent assez fortement d’une année à l’autre : nos importations sont pour plus de 99% composées d’hydrocarbures.

En effet, le domaine de l’énergie est prépondérant dans nos échanges et nos investissements dans le pays, même si les entreprises françaises s’intéressent aussi à l’aéronautique, aux infrastructures, à la télécommunication, aux transports et au tourisme.

L’Accord d’encouragement et de protection réciproque des investissements (API) a été signé le 19 avril 2004 et est désormais en vigueur. La convention fiscale de non-double imposition est entrée en vigueur le 1er juillet 2008.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre action de coopération en Libye avait été relancée au cours des dernières années. Après la révolution, elle a repris rapidement pour aider les Libyens à renforcer l’Etat et à construire les institutions de la nouvelle Libye.

Nous mettons l’accent sur la formation. Au programme boursier du gouvernement libyen, qui concerne environ 260 étudiants libyens en France, s’est ajouté un programme entre Campus France et le ministère du travail pour la formation de 300 futurs enseignants de français. Une offre française est en cours d’élaboration pour répondre aux importants besoins libyens en matière de formation professionnelle, notamment dans le cadre de la réinsertion des anciens révolutionnaires.

Il s’agit en effet de soutenir le développement des institutions libyennes, notamment grâce à la coopération décentralisée et la coopération parlementaire. A travers l’ENA, mais aussi d’autres écoles françaises, de nombreux cadres et élus pourront être formés. Les échanges parlementaires sont nombreux et appelés à se multiplier.

Une coopération décentralisée se développe, alors que l’Etat libyen travaille à la mise en œuvre de la loi sur la gouvernance locale, qui doit permettre l’élection d’autorités municipales en Libye dotées de compétences et de ressources importantes. Nous avons en outre déployée une experte française auprès de la Direction Générale des Douanes libyennes.Nous avons aussi une importante coopération de santé. Un expert français a été déployé d’octobre 2012 à juillet 2013.

L’AFD développe une assistance technique, en partenariat avec la Croix Rouge Française, notamment dans le domaine de la formation. Une association privée, la Libyan French Health Association, a été créée pour développer les liens entre les acteurs du secteur de nos deux pays.


Autres types de coopération

La sécurité est notre priorité en matière de coopération, et notamment le renforcement des forces de sécurité nationales dans le cadre de l’édification d’un Etat de droit.

En matière de défense, nous avons développé notre action à l’armée libyenne.

Dès la fin des opérations de l’OTAN, la marine nationale a été engagée dans des actions de déblaiement et de dépollution des ports libyens qui ont permis une reprise rapide de l’économie maritime. Plus de cent marins et officiers de la marine libyens sont formés en France. La France aide la Libye à remettre en état ses flottes aériennes. Trente officiers libyens de l’armée de l’air sont actuellement formés en France.


Forces aériennes

La DCSD (Direction de la coopération de sécurité et de défense) a décidé de financer un poste de professeur de français à Tripoli sur une période de 8 mois pour former un premier groupe d’une dizaine d’officiers libyens. La formation est en cours.

La coopération franco-libyenne en matière de sécurité intérieure et protection civile s’est développée autour des thèmes de la gestion démocratique des foules, de la lutte contre l’immigration illégale, de la protection des hautes personnalités et du management opérationnel.

Un contrat pour la formation de mille policiers libyens a été signé le 24 octobre 2013 grâce au soutien appuyé et à l’intervention du Premier ministre. 1064 policiers seront formés à la Gestion Démocratique des Foules, en Libye et en France, par la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale, via l’opérateur CIVIPOL. Un second volet, qui prévoit la formation de deux mille policiers libyens à la lutte contre le terrorisme, est en discussion.


Mise à jour : 15.11.13