Présentation



Relations politiques

Les relations entre la France et le Costa Rica sont traditionnellement bonnes, en raison des convergences de vues sur de nombreux sujets multilatéraux : protection de l’environnement, lutte contre le changement climatique, lutte contre le terrorisme et la corruption, droits de l’homme. Aujourd’hui notre dialogue politique repose sur deux axes essentiels : les droits de l’homme et la lutte contre le changement climatique.

Dans ce cadre, notre relation s’est renforcée en 2013 avec des déplacements de hauts fonctionnaires et des rencontres bilatérales à haut niveau. Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République s’est rendu à San José du 16 au 19 mars. François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l’homme, s’est déplacé au Costa Rica fin avril afin de poursuivre le dialogue engagé sur la question du genre et du droit de femmes. Il a notamment donné une conférence à l’Université des Nations unies pour la paix.

Notre dialogue politique s’est intensifié en 2013 avec :

  • La visite d’Enrique Castillo, ministre des Relations extérieures, qui a été reçu par Laurent Fabius le 13 mai dernier à Paris. L’entretien, qui a permis de balayer l’ensemble de la relation bilatérale, a traité en particulier des questions économiques, des échanges linguistiques et universitaires et de la coopération sur des sujets multilatéraux. En juin, les deux ministres ont co-signé une tribune pour l’abolition de la peine de mort.
  • La visite de travail de Mme Conway-Mouret en Amérique centrale (16-22 mai). La ministre déléguée aux Français de l’étranger s’est entretenue avec Enrique Castillo et a été reçue par Johnny Araya, ancien maire de San José et principal candidat à l’élection présidentielle. La visite a été placée sous le signe d’un renouveau des relations et d’une impulsion nouvelle à donner aux échanges franco-costariciens dans tous les domaines.
  • La présidente du Costa Rica s’est rendue en France (Paris, Poitiers) du 4 au 7 novembre 2013, accompagnée notamment de son ministre des Relations extérieures et de sa ministre du Commerce extérieur. Le président de la République s’est entretenu le 4 novembre 2013 avec Laura Chinchilla. Les deux chefs d’Etat sont convenus de renforcer leur coopération dans le domaine économique, qui doit s’enrichir au regard de la qualité de la relation politique bilatérale. Les deux ministres des affaires étrangères ont signé une déclaration d’intention visant à renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité maritime et dans la lutte contre la criminalité organisée, qui affecte durement l’Amérique centrale, ainsi que deux conventions bilatérales en matière d’entraide judiciaire et d’extradition. En marge de l’entretien présidentiel, M. Enrique Castillo s’est entretenu avec Mme Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie (6 novembre), afin d’aborder la question du français au Costa Rica, ainsi que de sa candidature à l’OIF comme membre observateur. Mme Anabel Gonzalez s’est également entretenue avec son homologue française, Mme Nicole Bricq, au sujet de la relation économique et commerciale.


Relations économiques

La présence française est modeste et concentrée dans l’industrie. Toutefois, nos entreprises sont bien représentées : Total (premier investisseur français), Schneider Electric (distribution électrique, automatismes industriels et contrôle du bâtiment), Legrand (matériel électrique), GDF SUEZ (construction et exploitation d’un parc éolien de 49,5 MW dans le Guanacaste). Selon la Banque de France, en 2011 les flux d’IDE français avaient atteint 1 M d’euros, et leur stock était de 9 M d’euros.

La nécessaire diversification des sources d’énergie (vers la géothermie et l’éolien) et les grands projets d’aménagement du Costa Rica (infrastructures de transport, implantation de véhicules électriques) offrent des opportunités pour nos entreprises. L’entrée en vigueur fin 2011 de l’accord bilatéral d’échange d’informations fiscales s’est traduite en 2012 par le retrait du Costa Rica de la liste des pays et États non coopératifs en matière fiscale.

Sur financement FASEP, un consultant français a réalisé en 2011 une étude sur un projet d’assainissement des eaux usées de trois municipalités de la région capitale (Escazú, Santa Ana, Mora). En outre, le Costa Rica attire près de 45 000 touristes français chaque année.


Coopération culturelle, scientifique et technique

Le Costa Rica est le siège du dispositif régional de coopération française, avec l’Institut français d’Amérique centrale (IFAC). C’est aussi le dernier pays d’Amérique latine à avoir maintenu le statut obligatoire du français dans le système éducatif.

Notre coopération comporte des actions de formation à l’intention du millier d’enseignants de français exerçant dans les systèmes d’éducation primaire, secondaire et supérieur. La coopération culturelle française s’appuie sur un réseau composé d’une Alliance française particulièrement dynamique (2498 étudiants) et du lycée franco-costaricien (849 élèves en 2013).

La coopération universitaire, un des points forts de notre relation avec le Costa Rica, a permis l’ouverture en 2011 de l’Observatoire Jacques-Yves Cousteau des mers et zones côtières en Amérique centrale, et la création, la même année, d’une chaire Unesco-Cousteau à l’Université du Costa Rica. Cette chaire permettra de disposer d’un cadre académique d’excellence pour une formation régionale de master interdisciplinaire en gestion de l’information marine et côtière.

La tenue du premier cours régional de l’Observatoire sur la gestion intégrée de l’information marine et côtière (en février) a donné des résultats et des perspectives encourageants. La poursuite du travail de cartographie constitue une des priorités de cet observatoire, afin de disposer d’informations fiables et utiles à la prise de décision politique.

La récente visite présidentielle a permis de structurer la coopération universitaire et scientifique et de développer la mobilité étudiante entre la France et le Costa Rica, avec l’objectif de doubler d’ici 2015 le nombre d’étudiants boursiers costariciens en France. Le conseil national des recteurs (CONARE), la conférence des présidents d’université (CPU) et la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) ont signé une déclaration d’intention afin de faciliter l’exécution de projets de coopération, renforcer les programmes de mobilité (master/doctorats), et appuyer le développement de projets conjoints par les organismes et centres de recherche français et costariciens.

http://institutfrancais-ifac.com/


Mise à jour : 13.12.13