Présentation


Brève

Maroc - transfèrements (Q&R- Extrait du point de presse - 29 août 2014)

La France se félicite de ces premières décisions de transfèrements. Nous formulons le souhait que cette dynamique puisse se poursuivre. Nous souhaitons résoudre au plus vite l’ensemble des situations individuelles en matière judiciaire.


Relations politiques

Nos relations bilatérales, traditionnellement excellentes, sont marquées par un dialogue dense et régulier depuis le milieu des années 1990. Le Roi Mohammed VI avait choisi la France pour effectuer sa première visite d’Etat à l’étranger en mars 2000. Il a également été le premier chef d’Etat à être reçu par le Président François Hollande, une semaine après la passation de pouvoir. Cet entretien avait été l’occasion de réaffirmer la place exceptionnelle qu’accorde la France à ses relations bilatérales avec le Maroc.

Les rencontres annuelles au niveau des Chefs de gouvernement, mises en place depuis 1997, ont permis de rapprocher notre dialogue politique du niveau de celui que nous entretenons avec nos partenaires européens les plus proches. Elles témoignent de la solidarité de la France avec le Maroc. La XIème rencontre de haut niveau a eu lieu les 12 et 13 décembre 2012 à Casablanca et Rabat. Elle a réuni le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le Chef de gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, qui ont présidé ensemble un séminaire intergouvernemental rassemblant dix-huit ministres des deux pays. La rencontre a donné lieu à la signature de vingt-six accords, conventions et contrats dans les domaines structurants de notre coopération.

Le Président de la République a effectué une visite d’Etat au Maroc, à Casablanca et Rabat, les 3 et 4 avril 2013, à l’invitation du Roi Mohammed VI. Une trentaine d’accords, de conventions et de contrats ont été signés.


Visites

Visites de personnalités marocaines en France

2013

  • S.A.R. le Prince Moulay Rachid, frère du Roi, à l’occasion des commémorations du 70ème anniversaire de la Libération de la Corse (Bastia, 4 octobre).
  • M. Salaheddine MEZOUAR, ministre des Affaires étrangères et de la coopération (Paris, 23 octobre).
  • M. Mustapha EL KHALFI, ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement (Paris, 7 novembre).
  • M. Abdelilah BENKIRANE, Chef de Gouvernement, M. Salaheddine MEZOUAR, ministre des Affaires étrangères et de la coopération et M. Moulay Hafid EL ALAMY, ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Sommet de l’Elysée pour la sécurité et la paix en Afrique (Paris, 6 et 7 décembre).


2014

  • S.A.R. le Prince Moulay Rachid, frère du Roi, à l’occasion du transfert de pavillon de la FREMM Mohammed VI (Brest, 30 janvier).
  • M. Mohamed HASSAD, ministre de l’Intérieur. Réunion du G4 avec l’Espagne et le Portugal (Paris, 20 février).
  • M. Abdellatif LOUDIYI, ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale. Entretien avec M. Jean-Yves LE DRIAN (Paris, 24 juin).


Visites de personnalités françaises au Maroc

2013

  • Mme Geneviève FIORASO, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche pour la réunion 5+5 « Enseignement supérieur » (19-20 septembre).
  • M. Pascal CANFIN, ministre délégué au Développement. Sommet Rabat 2013 – Cités et gouvernements locaux unis (Rabat, 4 octobre).
  • M. Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des finances. Centenaire de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (Rabat, 31 octobre – 1er novembre).
  • M. Laurent FABIUS, ministre des Affaires étrangères. Conférence régionale ministérielle sur les frontières (Rabat, 14 novembre).
  • M. Guillaume GAROT, ministre délégué chargé de l’Agroalimentaire. Journée franco-marocain de l’agroalimentaire (Rabat, 20-21 novembre).
  • M. Jean-Pierre BEL, Président du Sénat, et M. Claude BARTOLONE, Président de l’Assemblée nationale. Forum interparlementaire franco-marocain (Rabat, 6 décembre).


2014

  • M. Vincent PEILLON, ministre de l’Education nationale (Tanger et Rabat, 17 et 18 février).
  • M. François LAMY, ministre délégué chargé de la Ville (Rabat, 6 et 7 mars).
  • M. Benoît HAMON, ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire (Rabat, 17 et 18 mars).
  • M. Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du Gouvernement (Meknès et Rabat, 23 et 24 avril).

Site de l’ambassade de France au Maroc


Relations économiques

La France est restée en 2013 le second partenaire et fournisseur du Maroc. La France est le premier client du Maroc dont elle a absorbe 21,4% des exportations en 2013. Les exportations marocaines à destination de la France sont concentrées sur les produits textiles, les composants électriques et électroniques et les produits agroalimentaires.

La France est depuis 2012 le deuxième fournisseur du Maroc (12,9% de part de marché en 2013), cédant la première place à l’Espagne (13,5% en 2013). En effet, en dépit de la progression régulière de nos exportations, notre part de marché est en régression depuis 2000 en raison de l’ouverture du marché marocain, qui profite largement aux pays émergents (la Chine devenant le troisième fournisseur du Maroc en 2009, aujourd’hui détrônée par les Etats-Unis) et à ceux de nos partenaires européens dont les PME sont plus compétitives que les nôtres.

La croissance du tourisme et l’importance des capitaux en provenance de France ont par ailleurs caractérisé nos relations économiques avec le Maroc pendant la décennie 2000. La France est au premier rang des transferts de capitaux des Marocains résidents à l’étranger (MRE), avec 1,5 milliards d’euros transférés au Maroc en 2013, représentant 38,3% du total des transferts des MRE. Les Français constituent par ailleurs le premier contingent de touristes au Maroc (3,4 millions de visiteurs en 2013, soit 34% des arrivées, soit une progression de 4% par rapport à 2012) et les recettes associées à ce flux sont évaluées à 1,5 milliards d’euros. Les transferts de capitaux en provenance de France jouent ainsi un rôle déterminant dans l’équilibre de la balance des paiements marocaine, puisqu’ils permettent de compenser en partie le déficit commercial croissant de ce pays.

La France maintient par ailleurs son rang de premier investisseur étranger au Maroc. En 2013, le flux d’investissements directs français au Maroc s’est élevé à 1,3 milliards d’euros et la France détient 36,9% du stock total des IDE au Maroc. A cet égard, le Maroc est avec la Chine et l’Inde l’un des trois principaux pays de destination des investissements français à l’étranger. Enfin, l’implantation de Renault-Nissan à Tanger devrait, compte tenu des investissements directs prévus par l’entreprise (de 600 millions à 1 milliard d’euros) et de ceux probables de ses sous-traitants, générer un flux d’IDE français important au cours des prochaines années. Le nombre de filiales d’entreprises françaises au Maroc serait de 750 sociétés employant plus de 80 000 personnes. Il convient d’y ajouter les très nombreuses sociétés marocaines dirigées par des entrepreneurs français ou à capitaux français. La plupart des grands groupes français sont présents au Maroc (36 entreprises du CAC 40) mais les PME y sont également de plus en plus actives.

Site du Service économique de l’Ambassade de France à Rabat


Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération s’inscrit dans le cadre suivant :

  • les priorités définies par le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) et les orientations établies lors des rencontres de haut niveau entre Chefs de Gouvernements ;
  • la Convention de partenariat pour la coopération culturelle et le développement signée le 25 juillet 2003 entre les Premiers ministres et entrée en vigueur en mars 2010.

Dans le domaine de l’éducation, les trente-neuf établissements français au Maroc (dont vingt-trois établissements de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) accueillent près de 31.500 élèves en 2013, dont 65% de Marocains. L’Institut français du Maroc, créé le 1er janvier 2012, compte onze sites (Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Kenitra, Tanger, Tetouan, El Jadida), deux Alliances françaises (Essaouira et Safi) et un espace Campus-France rattaché à l’IF de Rabat, assurant ainsi une présence active et notable dans le pays. Les 32.000 étudiants marocains constituent le premier contingent d’étudiants étrangers en France.

La visite d’Etat d’avril 2013 a ouvert la voie à de nouveaux accords de partenariat entre des établissements d’enseignement supérieur français et marocains. Le projet le plus emblématique est celui de création à Fès d’un INSA euro-méditerranéen qui sera adossé à l’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF), labellisé « Union pour la Méditerranée ». Les autres projets incluent une Ecole d’architecture au sein de l’Université internationale de Rabat avec l’Ecole d’architecture de Nancy le PRES-Paris Est, qui a accueilli sa première promotion en octobre 2013, une Ecole centrale à Casablanca, un Institut méditerranéen de logistique et des transports à Tanger en partenariat avec l’université de Valenciennes et l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, un IUT international, une faculté de médecine au sein de l’Université d’Agadir, ainsi qu’un établissement sur le modèle du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

La langue française jouit du statut d’une véritable seconde langue au Maroc (on estime que 40% de la population peut s’exprimer en français). Notre appui à l’enseignement du français, qui privilégie la formation des formateurs et l’ouverture de sections internationales, vise à consolider cette position.

Le Maroc est le premier bénéficiaire des concours de l’Agence française de développement. Au 30 septembre 2013, les engagements cumulés de l’AFD s’élevaient à 2,4 milliards d’euros. L’AFD se concentre principalement sur les secteurs de l’eau, de l’environnement et des infrastructures socio-économiques et s’oriente également depuis peu vers les domaines de l’éducation et la formation professionnelle.


Mise à jour : 08.07.14