Présentation


Brève

Bulgarie - Entretien de Harlem Désir avec Mme Meglena Kouneva, vice-Premier ministre (Paris, 27 avril 2015)

Ils ont travaillé au renforcement de nos relations bilatérales, dans le prolongement de la visite le 14 avril de M. Boïko Borissov, Premier ministre bulgare, et du forum d’affaires bilatéral organisé par Business France.


Relations bilatérales

La France bénéficie traditionnellement en Bulgarie d’un capital de sympathie et de confiance. Estompé à l’époque communiste, il a connu un nouvel essor à la chute du Mur, sous l’impulsion de dirigeants francophones et francophiles, puis à la lumière du soutien français à la double candidature de la Bulgarie à l’Union européenne et à l’OTAN.

Le dialogue politique bilatéral s’est fortement développé depuis le début des années 2000, à l’occasion de plusieurs visites de haut niveau. Un accord de partenariat stratégique a été signé entre la France et la Bulgarie le 4 juillet 2008 à l’occasion de la visite à Paris du Premier ministre bulgare Stanichev (en réponse à la visite effectuée à Sofia par le Président Sarkozy le 4 octobre 2007). Cet accord vise au renforcement de la coopération franco-bulgare sur les enjeux européens, ainsi que dans plusieurs domaines tels que l’économie, la défense, les questions migratoires, la culture, l’éducation et la science, selon une feuille de route agréée entre les parties.

Le président bulgare, M. Plevneliev, a été reçu en France par le Président Hollande le 28 janvier 2013. Le Premier ministre Borissov a participé le 11 janvier 2015 à la marche républicaine organisée à Paris à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo. Il était accompagné de son Vice Premier ministre en charge des fonds européens et de la politique économique, M. Dontchev, ainsi que de sa ministre de l’énergie, Mme Petkova. Il revient le 14 avril à l’occasion de l’inauguration au Louvre d’une prestigieuse exposition sur l’ « Epopée des rois thraces », accompagné de sa Vice Premier ministre en charge de l’Administration publique, Mme Batchvarova, et de ses ministres de la Culture, M. Rachidov, et de l’Economie, M. Loukarski. Il s’entretiendra avec le Président Hollande.

Auparavant, la dernière visite officielle remontait aux 18 et 19 janvier 2014. Le ministre délégué chargé des Affaires européennes, M. Thierry Repentin, s’était rendu à Sofia pour inaugurer le nouvel Institut français de Bulgarie (qui a réintégré les bâtiments historiques de l’Alliance française) et pour commémorer le 25ème anniversaire du petit-déjeuner entre le Président Mitterrand et le dissident Jeliou Jelev, futur président de la Bulgarie post-communiste (en présence de ce dernier, de l’ancien président Parvanov (2002-2012) et de l’actuel président Plevneliev). Des entretiens bilatéraux avaient également eu lieu avec le président de la République Rossen Pléneliev, le premier ministre Plamen Orécharski, le ministre des Affaires étrangères Kristian Viguénine et le ministre de la Culture Pétar Stoïanovitch.

Le groupe d’amitié France-Bulgarie de l’Assemblée nationale est présidé par le député Germinal Peiro et celui du Sénat par le sénateur Yves Pozzo di Borgo.

L’ambassadeur de France en Bulgarie est depuis octobre 2013 M. Xavier Lapeyre de Cabanes. L’ambassadeur de Bulgarie en France est M. Anguel Tcholakov, en fonctions depuis le 13 septembre 2013.

Relations économiques

Malgré une progression de 80% depuis 10 ans, les échanges commerciaux avec la Bulgarie restent à un niveau modeste (1,7 M€ en 2014), inférieur aux potentialités de ce pays de 7 millions d’habitants. Avec un volume d’exportations françaises de 722 M€ pour 975 M€ d’importations, ils présentent en outre un solde déficitaire pour la France de -253 M€, qui s’est légèrement contracté en 2014, après s’être creusé pendant trois ans. La part de marché de la France (6ème client et 10ème fournisseur en 2014) semble se stabiliser autour de 3% après avoir connu une certaine érosion (elle était de 4% en 2009).

La France est de même un investisseur modeste en Bulgarie (578,7 M€ de stocks d’IDE), même si la présence française y progresse : environ 160 implantations françaises emploient désormais 10.000 personnes, avec des positions fortes dans le secteur financier (Société Générale Expressbank, qui dispose d’un réseau de 150 agences, est le plus important investisseur français en Bulgarie), les services environnementaux (Veolia gère les eaux de la ville de Sofia et une partie du réseau de chauffage urbain de la ville de Varna), la grande distribution et l’industrie (Montupet, Schneider Electric, Serta et Air liquide, cette dernière entreprise disposant de trois usines, qui en font le leader de la production de gaz industriel sur le marché bulgare).

Depuis trois ans, plusieurs entreprises ont engagé de nouveaux investissements : Accor a ouvert à Sofia un Novotel fin 2012 et finalise un projet d’Ibis ; Décathlon (groupe Oxylane) a progressivement ouvert depuis le second semestre 2013 six points de vente ; le groupe Soufflet, qui exploite deux malteries depuis 2011, prévoit pour 2015 la construction d’un nouveau site de production (investissement de 20 M€) ; enfin Total, qui a conclu en 2012 avec l’espagnol Repsol et l’autrichien OMV un important contrat d’exploration-production d’hydrocarbures en mer Noire (bloc « Khan Asparoukh ») a débuté ses opérations au deuxième semestre 2014 (investissements prévus : 250 M €).

Bien que l’opacité du marché bulgare puisse parfois rebuter les entreprises françaises, il existe bien des opportunités. La nette amélioration des capacités bulgares d’absorption des fonds européens (65,5 % fin 2014) devrait avoir un impact significatif en terme de croissance et générer des opportunités pour nos entreprises, notamment dans le domaine de l’eau (adduction, traitement, réseaux) et des infrastructures de transport (lots techniques de routes ; modernisation du réseau ferroviaire ; développement du transport urbain ; etc).

Le dispositif de soutien et d’animation de la communauté d’affaires française a été renforcé, en 2012 par l’ouverture du bureau Ubifrance. La Bulgarie compte 14 conseillers du commerce extérieur ainsi qu’une chambre de commerce franco-bulgare (CCFB) très active.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La Bulgarie a rejoint l’Organisation Internationale de la Francophonie en 1993, lors du Sommet de l’Ile Maurice, et la langue française, comprise par 8% des Bulgares, est toujours largement enseignée. Dans l’enseignement secondaire, elle est la 4ème langue la plus apprise (48 000 élèves). Il existe notamment 47 sections lycéennes bilingues français-bulgares réparties dans l’ensemble du pays. En outre, le lycée français Victor Hugo de Sofia (conventionné AEFE) poursuit son développement : à la rentrée 2014, il recensait 697 inscrits de la maternelle à la terminale, dont une majorité d’enfants bulgares. Il en est de même pour l’école internationale de Varna (établissement sous l’égide de la Mission laïque française ; 148 inscrits de la maternelle à la 5ème).

Dans l’enseignement supérieur, on dénombre plusieurs filières francophones, dont neuf établissements membres de l’Agence universitaire de la Francophonie. Plus de 2 000 étudiants bulgares poursuivent leurs études en France, 4e pays d’accueil après l’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis (et 2e destination après l’Allemagne pour les échanges Erasmus).

Dans le domaine scientifique, la France reste le 2e partenaire européen de la Bulgarie (derrière l’Allemagne) et représente notamment 9 à 10 % du total des publications bulgares (essentiellement en physique, chimie et sciences de l’univers). Environ 150 chercheurs français séjournent en Bulgarie chaque année, dans le cadre d’accords de coopération signés entre l’INRA, le CNRS, le CEA et l’Académie des sciences bulgare. Le Partenariat Hubert Curien « PHC Rila » (qui soutient des projets de mobilité de chercheurs en courts séjours) est financé par le ministère français des Affaires étrangères à hauteur de 30 000 €. Trois missions archéologiques sont également prises en charge par la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger (54 000 €).

Dans le domaine culturel, la tradition a été prise d’organiser chaque année en Bulgarie une grande exposition patrimoniale de prestige (attirant selon les années de 30 000 à 65 000 visiteurs). En 2015, une exposition bulgare sur l’« Epopée des rois thraces » est organisée pour la première fois au Louvre du 16 avril au 20 juillet 2015. Elle présente des trésors archéologiques, dont certains sont présentés au public pour la toute première fois.

Une coopération en matière de gouvernance soutient des formations de fonctionnaires et mène des actions à vocation sociale ou de lutte contre la traite des êtres humains, s’agissant notamment de la communauté rom.

L’Institut français de Bulgarie, installé fin 2013 dans les locaux prestigieux de la place Slaveikov qui contribuent à sa visibilité, dispose d’une antenne à Varna et peut s’appuyer sur un réseau de 8 alliances françaises

Le montant de l’enveloppe de l’ambassade dédiée à la programmation culturelle, scientifique et technique, s’élève pour l’année 2015 à 790 000 €.

Mise à jour : 08.04.15