Présentation


Brève

Burundi - Situation du militant des droits de l’homme Pierre Claver Mbonimpa (2 septembre 2014)

La France fait part de sa préoccupation à la suite de la dégradation de l’état de santé de M. Mbonimpa, défenseur burundais des droits de l’homme actuellement en détention.


Relations politiques

La France a activement soutenu la mise en œuvre des Accords d’Arusha et mobilise la communauté internationale en faveur du Burundi. En raison des liens étroits qui existent entre le Burundi, le Rwanda et la RDC, la réussite de la transition burundaise est un enjeu essentiel pour la stabilisation de la région des Grands Lacs, à laquelle la France est très attachée.


Visites

Notre relation se traduit par des contacts politiques réguliers : plusieurs visites à Paris des présidents du Burundi entre 2002 et 2006 [Buyoya (16 septembre 2002, février 2003), puis du président Ndayizeye (15-16 février 2004) et du président Nkurunziza (9 et 10 novembre 2006)].

Après la visite de M. Josselin à Bujumbura (octobre 99) et à Arusha (février et août 2000), l’année 2002 a été marquée par la visite conjointe du Ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine et de son homologue britannique Jack Straw (janvier 2002), puis par la tournée dans les Grands Lacs du Ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin (septembre 2002). M. Pierre-André Wiltzer, Ministre de la coopération, a conduit la délégation française à la cérémonie d’investiture du Président Nkurunziza, le 26 août 2005.

Le Ministre des Affaires Etrangères Philippe Douste-Blazy s’est rendu à Bujumbura les 4 et 5 février 2006, la Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme Rama Yade les 26 et 27 février 2009 et le Secrétaire d’Etat au Sport M. Laporte du 21 au 24 mars 2009. Le Président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, s’est rendu en à Bujumbura les 8 et 9 juillet 2011.

Le ministre des Relations Extérieures et de la Coopération internationale du Burundi, M. Laurent Kavakure, a effectué un déplacement à Paris au mois de décembre 2011.

Au mois de juillet 2012, le deuxième vice-président de la République du Burundi, M. Gervais Rufyikiri, s’est rendu à Paris afin de préparer la conférence des partenaires du développement du Burundi (qui s’est tenue les 29 et 30 octobre 2012 à Genève).

Le Président Nkurunziza a effectué une visite officielle en France du 10 au 14 mars 2013 lors de laquelle il s’est entretenu avec le Président de la République, François Hollande. Le Ministre délégué au Développement, M. Pascal Canfin, et le Ministre burundais des Relations Extérieures et de la coopération internationale, M. Laurent Kavakure, ont signé à cette occasion un « document cadre sur les orientations de la coopération au développement franco-burundaise » pour 2013-2015.

Le président Nkurunziza a participé au sommet de l’Elysée le 6 décembre 2013, au sommet UE-Afrique les 2 et 3 avril 2014, ainsi qu’aux deux réunions spéciales sur la RCA organisées en marge de ces deux événements.

Le 27 mars 2014, le 1er vice-président burundais, M. Prosper Bazombaza s’est entretenu avec la Ministre déléguée à la Francophonie Yamina Benguigui.


Relations économiques

En 2011, les échanges commerciaux entre la France et le Burundi ont fortement progressé, passant de 16 M€ en 2010 à 23,4 M€ en 2011, mais demeurent modestes en valeur absolue. Le solde commercial avec le Burundi est favorable à la France.

Le Burundi n’est guère performant en termes d’attraction de l’IDE : le stock d’IDE était évalué à 47 MUSD en 2000 et à seulement 7 MUSD en 2011.

Trois entreprises françaises sont installées au Burundi : SDV (Bolloré), AGS et Sogea Satom (groupe Vinci – construction routière).


Coopération culturelle, scientifique et technique

En février 2012, le Burundi a rejoint la liste des pays pauvres prioritaires de la Coopération française. En 2012, l’aide bilatérale française était de 11,4 M€. Elle est majoritairement constituée d’aide-projet de l’Agence Française de Développement (AFD), du contrat de désendettement et de développement (C2D), des bourses et de l’action de coopération menée par l’Ambassade de France à Bujumbura.

Les projets en cours de l’Agence française de développement (AFD) représentent un total de 23 M€ d’investissement, concentré notamment sur l’éducation (5 M€ octroyés en 2012) et la microfinance (3 M€ en décembre 2012). Une aide budgétaire de 3 M€ dédiée au secteur éducatif a été accordée en septembre 2013.

Un nouveau document stratégique bilatéral 2013-2015 a été signé le 11 mars 2013 entre la France et le Burundi. Ce « document cadre sur les orientations de la coopération au développement franco-burundaise » identifie cinq axes de coopération :

  • i) renforcement de l’Etat de droit, consolidation de la bonne gouvernance et promotion de l’égalité du genre ;
  • ii) transformation de l’économie burundaise pour une croissance soutenue et créatrice d’emplois ;
  • iii) amélioration des taux d’accès et de la qualité des services de base ;
  • iv) gestion de l’espace et de l’environnement pour un développement durable ;
  • v) coopération éducative et culturelle.


Mise à jour : 12.05.14