conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques-20973/risques/risques-naturels/

Risques naturels

Dernière mise à jour le: 11 avril 2012 - Information toujours valide le: 30 Août 2014

Risques climatiques (cyclones / ouragans)

Si vous demeurez dans une zone à risque, il est recommandé de prendre les précautions suivantes :

Ayez en permanence à votre domicile :

  • un éclairage de secours ;
  • une réserve de seaux et serpillières ;
  • une trousse à outils, un transistor à piles et plusieurs lampes-torches ainsi que les piles permettant de les faire fonctionner (évitez les bougies) ;
  • une réserve d’eau potable et de nourriture pour une période de sept jours, ainsi que du papier toilette et une trousse premiers secours (sans oublier un stock de votre traitement habituel) ;
  • des pastilles d’hydrochlonazone permettant de désinfecter l’eau à consommer ;

Vérifiez la solidité de votre maison (gouttières, fenêtres, tôles… ne doivent pas pouvoir être arrachées par le vent).
Élaguez les arbres autour de chez vous.

Dès l’annonce d’un cyclone ou d’un ouragan :
  • maintenez vos enfants à l’intérieur du logement ;
  • écoutez les informations diffusées à la radio ;
  • respectez les consignes des autorités ;
  • mettez à l’abri tous les objets susceptibles d’être emportés par le vent ;
  • consolidez les portes et fenêtres de votre maison.
Première phase d’alerte :
  • si vous avez des volets, fermez-les et attachez-les ;
  • clouez des planches de bois sur vos portes et volets ; placez du contre-plaqué sur les baies vitrées. A défaut, fixez des bandes de papier collant en étoile, à l’intérieur et à l’extérieur. Si la baie vitrée est grande, démontez-la et videz la pièce ;
  • mettez des objets lourds sur le plancher de votre maison si elle n’est pas bien arrimée au sol ;
  • restez à l’écoute de la radio.
Deuxième phase d’alerte :
  • enfermez-vous dans la pièce la mieux abritée, de préférence sans fenêtre. Si votre maison n’est pas assez solide ou si elle est située au bord de la mer, réfugiez-vous dans l’un des abris indiqués par les secours ;
  • éteignez les flammes nues ;
  • restez à l’écoute de la radio.
Lorsque le danger est imminent :

Éloignez-vous des vitres.
Ne tentez pas de sortir pour consolider les protections des fenêtres ou des toitures.
Débranchez les appareils électriques.
Si une ouverture cède dans la pièce ou vous êtes, entrouvrez une porte ou une fenêtre sur une façade opposée.

Ne quittez pas votre abri avant la fin de l’alerte diffusée par la radio.

Après le cyclone ou l’ouragan

Ne touchez pas aux câbles tombés à terre.

Le réseau téléphonique peut être très perturbé. Ne l’encombrez pas. L’ambassade pourrait tenter de vous joindre. Si vous avez de la famille en France, pensez à contacter un de vos proches et demandez-lui de faire passer le message aux autres.

Dans tous les cas, pensez à vous informer, auprès de l’ambassade ou du consulat le plus proche de votre résidence, des mesures prévues pour la sécurité de la communauté française.

Pour en savoir plus :
Organisation Métérologique mondiale
Météofrance
National Hurricane Center

Haute montagne

Avant le départ en haute montagne

Informez-vous auprès de professionnels de la montagne (guides, forces de sécurité locales…) ou de services apportant des informations fiables (ambassade de France, consulat, offices de tourisme…) des conditions de sécurité entourant le projet de trek.

Consultez attentivement la page Conseils aux voyageurs du pays dans le lequel vous souhaitez réaliser le trek et assurez-vous qu’il n’est pas situé dans une zone déconseillée par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Vérifiez :

  • les prévisions météorologiques locales l’état des sentiers, des pistes ou des voies que vous souhaitez emprunter ;
  • les risques existants sur l’itinéraire envisagé selon la période de l’année ;
  • la nécessité d’être accompagné ou non d’un guide agréé (vous pouvez vous renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade de France sur les organismes compétents pour se prononcer sur la qualité et l’éventuelle habilitation des guides locaux) ;
  • les risques sanitaires en demandant conseil à votre médecin traitant.

Munissez-vous des plans et des cartes à jour et aux bonnes échelles ainsi que des coordonnées nécessaires pour demander de l’aide si nécessaire.

Avertissez un proche ou à défaut, les guides de haute montagne, l’ambassade ou le consulat de France de votre projet d’ascension en fournissant l’itinéraire et l’horaire prévus, la composition de l’équipe, les moyens de communication dont vous disposez. Laissez également des informations permettant de vous identifier (tenue vestimentaire, photo de vous avant le départ…) pour faciliter d’éventuelles recherches.

Souscrivez une assurance rapatriement en vérifiant soigneusement les clauses du contrat. Toutes les assurances voyages ne couvrent pas les frais de recherche et d’évacuation en montagne, en particulier celles liées à une carte de crédit. De même, parfois, seuls les accidents sont couverts et non les maladies, comme le mal des montagnes.

Bien préparer son matériel
Vous devez vous munir d’un matériel en bon état et adapté :

  • vérifiez que vous disposez de chaussures adéquates, d’un casque etc. Selon les cas, des crampons, un piolet, un jeu de cordes et d’assurances, des gants sont nécessaires.
  • une protection appropriée aux conditions météorologiques changeantes est indispensable : il est nécessaire de prévoir des vêtements, des couchages et des couvertures de survie adaptés qui protègent des variations de température et de temps.
  • les cartes récentes sont indispensables lors de tout déplacement en montagne. Des instruments tels qu’une boussole, un altimètre voire un système GPS sont utiles.
  • il est nécessaire de disposer dans sa trousse des produits ou des médicaments de première urgence. La composition de la trousse varie selon le lieu et le projet entrepris.
  • emporter des moyens de communication adaptés est un gage de sécurité (téléphones GSM ou satellites, émetteur radio…). Vérifiez le niveau de charge des batteries.
  • prévoyez des vivres, un couteau multifonctions (à ranger dans les bagages en soute pour les voyageurs prenant l’avion en raison des contrôles effectués lors de l’embarquement), une lampe torche ou frontale, des torches fumigènes pour signaler votre présence.

Pendant l’ascension ou le trek

Il est important de rester vigilant de manière permanente. Ne jamais aller au delà de ses capacités physiques. Surveillez le comportement de vos équipiers, notamment les manifestations de fatigue excessive.

Attention au Mal Aigu des Montagnes qui se manifeste dès 2 000 mètres d’altitude et qui peut être bénin ou mortel. Toute personne, quelle que soit sa condition physique, peut être concernée par le mal des montagnes. Sa prévention repose sur trois règles essentielles :

  • respecter une ascension lente (pas plus de 400 m de dénivelé positif entre deux nuits consécutives à partir de 2500 m) et bien s’hydrater ;
  • en cas de symptômes de mal des montagnes, arrêter l’ascension ;
  • si les symptômes persistent ou empirent, redescendre. Dès qu’un cas grave est soupçonné, la descente immédiate aussi bas que possible (et au minimum en dessous de 4 000 m) est impérative.

Maîtrisez votre itinéraire et adaptez-vous aux différentes circonstances et aux reliefs : restez dans les sentiers balisés ou les itinéraires préparés en amont du départ. Soyez attentif aux incidents dont vous pouvez être témoin. Le non-respect des dispositions relatives à la sécurité des personnes et des biens ou à la protection de l’environnement peut engager votre responsabilité civile et pénale en fonction de la législation locale.

Restez attentif à l’évolution de la météo : l’augmentation brusque de la température, en particulier, accroît le risque d’avalanches ou d’éboulements. En cas d’orages, le risque d’être atteint par la foudre est réel. Soyez prudent au bord des torrents et des rivières ou en aval d’un barrage, une montée des eaux subite est toujours possible.

En cas d’accident, appliquez le plan « P.A.S »

  1. D’abord, Protéger la victime : mettez la à l’abri d’un nouvel accident, protégez la du vent et du froid. Toute manipulation de la victime est susceptible de mettre sa santé en danger, soyez prudent !
  2. Puis, Alerter les secours : précisez votre nom, votre numéro de téléphone ou votre fréquence, le lieu de l’accident, l’heure et la nature de l’accident, la nature des blessures constatées, le nombre de personnes impliquées, les premiers soins apportés.
  3. Enfin, Secourir : apportez les premiers soins si vous connaissez les gestes de secourisme adaptés ou attendez les instructions des professionnels, tout en surveillant en permanence l’évolution de l’état de la personne.

En savoir plus

Cette fiche-réflexe a été élaborée en collaboration avec les services de la Compagnie Républicaine de Sécurité de Briançon, spécialisée dans les secours en montagne, pour vous permettre de préparer au mieux vos projets d’ascension ou de trek.

Séismes

Vous résidez dans une région à risque sismique

A votre domicile, prévoyez des stocks de sécurité :

Constituez des stocks vous permettant de vivre en autonomie pendant 7 jours (attention aux dates de péremption). Par exemple :

  • de l’eau (en bonbonne ou en bouteilles, à raison de 2 litres par personne et par jour, plus quelques litres pour cuisiner) ;
  • des conserves avec languette permettant l’ouverture sans ouvre-boîtes (thon, sardines à l’huile, salades, etc…) ;
  • des soupes en sachet, des pâtes, du riz ;
  • des biscuits, compotes, barres de céréales, pâtes de fruits, pâte à tartiner, crème de marrons ;
  • une radio avec des piles de rechange ;
  • un vélo (et un casque).
  • le cas échéant, quelques produits pour bébés (petits pots salés et sucrés, lait en poudre).

Veillez à ce que le réservoir d’essence de votre véhicule soit toujours suffisamment rempli (mais ne conservez pas de stocks de carburant à domicile).

Vous résidez où vous êtes de passage dans une région à risque sismique

Préparez des sacs de secours :

Préparez et conservez à portée de main (à votre domicile, sur votre lieu de travail et/ou à bord de votre voiture) un sac avec des éléments suivants (suggestion) :

  • une lampe torche et des piles ;
  • une radio portable et des piles ;
  • un jeu de clés du domicile et du véhicule ;
  • une trousse de premiers secours (pansements, lingettes désinfectantes, gel hydro-alcoolique, anti-diarrhéiques…) et les traitements habituels quotidiens et d’urgence (asthme, diabète, pathologies cardiaques, allergies…), avec la photocopie du carnet de vaccination et les ordonnances du traitement habituel ;
  • des produits d’hygiène (brosse a dent, dentifrice, savon, gel douche, papier toilette, hygiène féminine) ;
  • des bouteilles d’eau ;
  • des barres aux céréales, pâtes de fruit, briques de jus de fruit… ;
  • une couverture ou un duvet ;
  • des lunettes de vue et de soleil ;
  • des pastilles désinfectantes pour l’eau ;
  • une liste des numéros de téléphone utiles (ambassade, chef d’ilot, médecin traitant, Croix Rouge…) ;
  • vos documents d’identité (ou copies), carte de séjour, carnet de santé, livret de famille… ;
  • vos cartes de crédit, chéquier, un peu d’argent liquide ;
  • un couteau suisse ou un canif multilame ;
  • un sifflet en métal ;
  • des produits anti-moustiques et de la crème solaire ;
  • une casquette ;
  • une grande serviette ou un grand drap propre ;
  • une couverture de survie ou un poncho ;
  • une carte du pays, un plan de la ville.

Pour les familles avec des enfants en bas âge :

  • des couches ;
  • un biberon neuf ;
  • du lait en poudre ;
  • du petit matériel médico-hygiénique (pommade, éosine, talc…).

Afin que vos enfants soient facilement identifiables s’ils devaient se retrouver seuls, faites leur porter une fiche d’identité en français et si possible en langue locale, indiquant leur nom, leur date de naissance, leur adresse et numéro de téléphone, leur nationalité et leurs éventuels problèmes de santé.

Identifiez les lieux les plus sûrs de votre domicile (contre les murs de soutien, dans les couloirs, dans les angles des pièces, sous les tables ou bureaux solides, dans les passages voûtés ou dans l’encadrement des portes) ainsi que les endroits les plus critiques (fenêtres, miroirs, objets suspendus, cheminée, meubles en hauteur ou non scellés aux murs).

Placez les objets fragiles, lourds ou coupants sur les étagères du bas, fixez les meubles aux murs, renforcez les fixations des objets suspendus, placez les lits loin des fenêtres ou cadres lourds. Repérez les lieux de rassemblement provisoires et les centres de refuge.

Enfin, organisez un petit exercice (sous forme de jeu) en famille qui permettra d’identifier les lieux de protection à l’intérieur de l’habitation ainsi que le circuit domestique d’évacuation.

En cas de séisme :

A l’intérieur

  • Ne vous précipitez pas dehors ;
  • abritez-vous dans les lieux que vous avez identifiés comme sûrs et protégez-vous des chutes d’objets ;
  • éloignez-vous des endroits les plus critiques.

A l’extérieur

  • si vous êtes dans un véhicule, arrêtez-vous sur le bord de la route, loin des ponts et édifices ;
  • si vous êtes à pied, éloignez vous des constructions, arbres et fils électriques, à défaut, abritez-vous sous un porche.

Après le séisme :

  • Gardez votre calme, vérifiez que vous n’êtes pas blessé ;
  • fermez les arrivées d’eau, d’électricité et de gaz, n’allumez pas de bougies, ne fumez pas ;
  • écoutez la radio et suivez les consignes des autorités ;
  • mettez des chaussures pour vous protéger des bris de verre ;
  • évacuez l’immeuble le plus rapidement possible en emportant le kit de survie ;
  • n’utilisez pas l’ascenseur ;
  • n’utilisez pas votre véhicule sauf en cas d’extrême urgence ;
  • ne touchez pas aux fils électriques tombés à terre ;
  • dirigez-vous vers un espace libre (parc, stade…), éloignez-vous de tout ce qui peut s’effondrer ;
  • ne pénétrez pas dans une zone sinistrée sans autorisation ;
  • n’allez pas chercher vos enfants, les établissements scolaires les prennent en charge ;
  • éloignez-vous des zones côtières (risques de raz de marée).

Le réseau téléphonique peut être très perturbé. Ne l’encombrez pas. L’ambassade pourrait tenter de vous joindre. Si vous avez de la famille en France, pensez à contacter un de vos proches et demandez-lui de faire passer le message aux autres.

Dans tous les cas, pensez à vous informer, auprès de l’ambassade ou du consulat le plus proche de votre résidence, des mesures prévues pour la sécurité de la communauté française.

Pour de plus amples renseignements sur les risques naturels, vous pouvez également consulter le site Risques et savoir.

©2010 Ministère des Affaires étrangères et du Développement international