conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/egypte-12239/

Egypte

Dernière mise à jour le: 24 juillet 2014 - Information toujours valide le: 01 Août 2014

Dernière minute

Dans un contexte intérieur qui demeure imprévisible et dans lequel se produisent régulièrement des événements affectant l’ordre public (notamment manifestations et rassemblements souvent non annoncés), les voyageurs sont invités à tenir compte strictement des mentions et conseils de précaution indiqués dans la rubrique « Sécurité » pour les différentes régions du pays, à se tenir informés de l’actualité en Egypte à l’approche de leur déplacement et à consulter les consignes de sécurité publiées et actualisées régulièrement sur le site internet de l’ambassade de France en Egypte.

De fait, les forces de sécurité sont régulièrement visées par des attaques armées ou par des explosions de bombes les prenant pour cibles.

Par ailleurs, un attentat visant des ressortissants étrangers a eu lieu près de Taba le 16 février causant la mort de plusieurs touristes. Cette attaque terroriste est la première visant des ressortissants étrangers en Egypte depuis le 22 février 2009. La menace terroriste dans la péninsule du Sinaï rend nécessaire le respect scrupuleux des consignes de sécurité mentionnées dans cette fiche.

Sécurité

Risque terroriste

Compte tenu du contexte égyptien et régional actuel, il convient de considérer que la menace terroriste existe en Egypte, comme l’ont montré plusieurs attentats ou tentatives d’attentats depuis septembre 2013.

A cet égard, la situation particulière dans le Sinaï est préoccupante. Les autorités égyptiennes ont lancé des opérations de traque de cellules terroristes qui donnent lieu, de manière récurrente, à des affrontements. Certains groupes extrémistes ont, de leur côté, multiplié les actions terroristes contre les forces de l’ordre. Bien que l’essentiel de ces violences concerne le Sinaï nord, certaines actions, ou tentatives d’action, terroristes ont eu lieu dans la partie africaine de l’Egypte, à proximité du canal de Suez mais aussi au Caire.

Un attentat visant des ressortissants étrangers a eu lieu près de Taba le 16 janvier 2014 causant la mort de plusieurs touristes. Cette attaque terroriste est la première visant des ressortissants étrangers en Egypte depuis le 22 février 2009.

Depuis le 30 juin, on a constaté, par ailleurs, une multiplication des attaques contre les personnels et les bâtiments des forces de sécurité : un attentat contre le siège de la sécurité publique de la ville de Mansoura a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 24 décembre 2013; le 2 avril 2014, trois bombes ont explosé devant l’Université du Caire causant, selon le bilan officiel, la mort d’au moins un officier de police ainsi que de nombreux blessés. Le 19 juillet 2014, une attaque contre les forces de sécurité a tué 21 soldats dans la région de Farafrah, à environ 700 Km au sud-ouest du Caire.

Recommandations par régions (cf. carte ci-dessous)

1. Il est formellement déconseillé de se rendre dans la péninsule du Sinaï, aux exceptions suivantes :

- Charm el Cheikh : les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance, notamment au regard des évolutions de l’actualité égyptienne et à la condition expresse de se déplacer par voie aérienne et de rester dans cette ville.

- Bande côtière Charm el Cheikh/Taba et agglomérations sur cette route : les déplacements y sont déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle. Dans cette zone, il convient de faire preuve d’une grande vigilance, de se conformer strictement aux consignes de sécurité données par les autorités locales, d’éviter les déplacements routiers de jour et de s’en abstenir formellement de nuit.

2. Moyenne Egypte, entre la région du Fayyoum et Louxor : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle.

3. Haute Egypte - vallée du Nil entre Louxor et Abou Simbel : les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance notamment au regard des évolutions de l’actualité égyptienne, et à la condition expresse de se déplacer par voie aérienne et de rester dans les agglomérations.

Les voyageurs effectuant des croisières sur le Nil ou le Lac Nasser sont invités à s’assurer auprès des voyagistes des mesures de sécurité prises par les autorités égyptiennes, notamment de la présence d’équipes de protection embarquées sur les navires.

Les déplacements par la route dans cette région sont déconseillés, sans protection des services de sécurité égyptiens (convois).

4. De la côte nord (entre Mersa Matroûh et Alexandrie) jusqu’au sud de la côte africaine de la mer Rouge (du sud de Suez à Marsa Alam) : dans cette zone qui inclut notamment Le Caire, Aïn Sokhna et Hurghada, les déplacements professionnels ou touristiques sont possibles en faisant preuve de vigilance, notamment au regard des évolutions de l’actualité égyptienne, en effectuant les trajets routiers autant que possible avec plusieurs véhicules et en s’abstenant de rouler de nuit.

5. Delta du Nil de l’est d’Alexandrie jusqu’à Port-Saïd et Suez : déplacements déconseillés sauf raison impérative, notamment professionnelle.

6. Reste de l’Egypte (zone désertique depuis la frontière égypto-libyenne jusqu’à la frontière égypto-soudanaise) : tout déplacement y est formellement déconseillé.

7. Au Caire, à Alexandrie et d’une manière générale dans les grandes villes, il convient de limiter les déplacements et les visites aux quartiers touristiques ou fréquentés par les étrangers, d’éviter les lieux habituels de rassemblements et de manifestations (au Caire : Place Tahrir et Place El-Nahda / Université du Caire à Guizeh), de ne pas, autant que possible, se déplacer seul, de se conformer, en matière d’apparence et de tenue vestimentaire aux recommandations figurant à la rubrique « Infos utiles – Divers » de la présente fiche, et de faire preuve de réserve s’agissant de la situation politique intérieure égyptienne.

8. Dans les zones en jaune ou en orange, il convient d’éviter les déplacements en dehors du réseau routier, notamment dans le désert.

Les déplacements doivent, en tout état de cause, être effectués avec plusieurs véhicules en bon état et l’accompagnement d’un guide égyptien expérimenté. Il est fortement recommandé de disposer d’un téléphone satellitaire et de confier à une personne ne participant pas au voyage des indications précises sur l’itinéraire prévu.

Accès à Gaza

Lire impérativement les prescriptions figurant sur ce point dans la Fiche « Conseils aux Voyageurs » consacrée à « Israël/Territoires palestiniens » de ce même site.

Les déplacements vers et dans Gaza, ainsi que dans la péninsule du Sinaï, sont formellement déconseillés y compris pour transiter vers Gaza à travers le point de passage de Rafah. Ce dernier fait l’objet de restrictions d’accès de plus en plus rigoureuses et fréquentes conduisant à une fermeture quasi complète. Les Français qui parviendraient à se rendre à Gaza lors d’une période d’ouverture du point de passage prennent le risque d’y rester bloqués, les fermetures étant généralement annoncées sans préavis et sans indication de durée.

Il est par ailleurs exclu d’envisager une traversée par les tunnels, qui est illégale et comporte des risques de sécurité majeurs. Les autorités égyptiennes estiment qu’une entrée sur leur territoire par ce moyen est irrégulière et considèrent ceux qui y recourraient comme des clandestins.

Ordre public - criminalité

La "révolution du 25 janvier" a conduit à la remise en cause fondamentale de la police en Egypte. La mise sur pied d’un dispositif crédible et légitime sera lente, de même que l’adaptation à la nouvelle réalité égyptienne. Ce changement de référentiel est propice à l’apparition et au développement d’une délinquance nouvelle (vols à l’arraché), y compris de la criminalité organisée (vols à main armée en série), ainsi que de certaines formes d’incivilité.

Risque de mines

Le risque lié à la présence de mines est élevé dans toutes les zones désertiques. On ne peut considérer qu’une zone non signalisée ne présente pas de danger. En outre, tout déplacement en dehors du réseau routier ou de pistes balisées doit être précédé d’une recherche d’informations sur l’existence éventuelle de champs de mines dans la région.

Risque sismique

Le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche Info pratique "Risques naturels".

Si un tremblement de terre se produisait, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème grave de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.

Piraterie maritime
  • Le nord de la mer Rouge n’est pas une zone de piraterie. Des informations utiles sont disponibles sur la fiche « Piraterie maritime ».
Circulation routière

L’incivisme routier, très largement répandu (cf. rubrique Transports), peut engendrer des échauffourées. Il ne faut en aucun cas répondre à d’éventuelles provocations ou prises à partie.

Transports

Transport routier
  • Le réseau routier est convenable sur les grands axes mais de médiocre qualité sur les voies secondaires. La signalisation reste de surcroît généralement insuffisante. L’habitude locale de ne pas observer le code de la route et l’état du parc automobile doivent également inciter à l’extrême prudence et à la plus grande vigilance. La fréquence d’accidents mortels est très élevée.

  • La circulation de nuit est particulièrement dangereuse. En dehors des centres urbains et des sites touristiques, elle est formellement déconseillée.
  • De manière générale, les déplacements routiers sur des longues distances sont déconseillés dans tout le pays.
  • En cas d’accident, l’assistance aux blessés est aléatoire et il est fréquent de devoir solliciter l’aide d’autres automobilistes. L’assurance automobile au tiers est obligatoire. Bon marché, elle est sans grande valeur en cas de dommages importants. Il est vivement recommandé de souscrire une assurance complémentaire sur place et de disposer d’un contrat d’assistance internationale.
  • Emprunter les petits véhicules de transport collectif (minibus) est formellement déconseillé en raison de la fréquence des accidents, sur route comme en ville. De même, le voyageur doit être mis en garde contre la tentation de choisir des compagnies de transport pratiquant le moindre coût, le niveau de sécurité (véhicules, conducteurs) s’alignant sur celui des prix. Les voyageurs individuels doivent privilégier la location de voitures avec chauffeurs, dont les tarifs sont accessibles.
  • Conditions d’entrée des véhicules : consulter la rubrique "Entrée / Séjour".
Transport ferroviaire
  • Le réseau ferroviaire égyptien est ancien, surchargé et mal entretenu. Fin 2012 et début 2013, plusieurs accidents sur ce réseau ont causé la mort de dizaines de personnes. Il est donc préférable d’éviter ce moyen de transport, à l’exception de quelques liaisons qui paraissent faire l’objet d’une meilleure maintenance (notamment Le Caire-Alexandrie).
Transport aérien
  • Les appareils d’Egyptair sont généralement récents. Pour les compagnies charters, il convient de s’assurer de l’état des avions auprès de son voyagiste.
Transport maritime
  • Il existe des liaisons entre les principaux ports de la mer Rouge. Les bateaux, qui sont parfois vétustes et mal entretenus, sont régulièrement confrontés à des avaries. La ligne Safaga-Djeddah, empruntée notamment par les pèlerins de La Mecque, n’a pas connu de naufrage depuis 2006.

Entrée / Séjour

Formalités d’entrée
  • Les ressortissants français voyageant individuellement ou en groupe peuvent entrer en Egypte munis d’un passeport avec une date de validité minimum de six mois après la date de retour en France. Les ressortissants français peuvent également entrer en Egypte avec une carte nationale d’identité. Toutefois, il est à noter qu’à partir du 1° Janvier 2014, les cartes nationales d’identité délivrées entre le 1° Janvier 2004 et le 31 Décembre 2013, seront encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, alors qu’aucune modification matérielle de la carte plastifiée ne l’indiquera. En conséquence, de façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage et bien que  les autorités égyptiennes aient été formellement informées, il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide à celle d’une carte nationale d’identité portant une date de fin de validité dépassée, même si celle-ci est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.

Le visa est obligatoire et payant. Pour les porteurs de passeports, le visa peut être obtenu soit auprès d’un consulat égyptien à l’étranger (visa de tourisme pour un mois : 25€ en France) soit à l’arrivée en Egypte (25 dollars US). Pour les porteurs de carte d’identité, le visa est apposé, à l’arrivée, sur un formulaire fourni par les autorités locales. Les voyageurs doivent impérativement se munir avant leur départ de deux photos d’identité qui seront fixées sur ce formulaire. Le visa d’un mois peut être prolongé en se rendant au bureau de l’immigration (au Caire, place Tahrir, immeuble "Mogamma").

  • Les détenteurs de passeports officiels (de service et diplomatique) doivent impérativement demander un visa biométrique auprès de l’ambassade ou du consulat d’Egypte compétent, préalablement à leur arrivée sur le territoire égyptien. A défaut, aucun visa ne sera accordé à l’aéroport et ils seront refoulés.
  • L’attention des voyageurs se déplaçant en véhicules individuels dans divers pays de la région est appelée sur le fait qu’ils doivent s’assurer qu’ils disposent de visas permettant de passer la même frontière plusieurs fois s’ils reviennent en France par la même voie (visa double-entrée ou entrées multiples). Ils doivent en outre s’assurer avant leur départ, auprès des consulats concernés, qu’ils disposent des documents douaniers autorisant l’entrée de leur véhicule dans les pays visités ainsi que sa sortie, par le même poste-frontière ou par un autre point.
  • Les voyageurs sont autorisés à entrer sur le territoire égyptien en possession de la somme de 5.000 Livres égyptiennes. Au-delà de ce montant ils s’exposeraient à une saisie du montant excédant cette somme.

Pour de plus amples renseignements, prendre l’attache de l’ambassade d’Egypte à Paris ou de l’une des représentations consulaires d’Egypte en France.

Santé

Avant le départ
  • Consultez votre médecin et souscrivez à une compagnie d’assurance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire. Veillez à ce que les prestations proposées par le voyagiste comprennent bien une telle assurance. Durant votre séjour, veillez à consulter un médecin en cas de fièvre, de syndrome grippal ou de troubles digestifs sévères.
Autres recommandations
  • L’attention du voyageur est appelée sur la pollution atmosphérique particulièrement élevée au Caire. Il est recommandé aux personnes présentant un état de santé déficient (allergies, asthme, difficultés respiratoires…) de ne pas y séjourner longtemps.
  • Certaines maladies, notamment virales, sont transmises par des piqûres d’insectes. Il est recommandé à cet effet d’utiliser des répulsifs (sprays anti-moustiques) et de porter des vêtements longs couvrants.
  • Vaccinations : la mise à jour de la vaccination dipthérie-tétanos-polio (+/- coqueluche) est nécessaire. Il est par ailleurs recommandé d’effectuer les vaccins contre l’hépatite A, l’hépatite B et la fièvre typhoïde.
Hygiène alimentaire
  • il est déconseillé de boire l’eau du robinet. Préférez les eaux en bouteilles capsulées.
  • évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • évitez la consommation d’aliments insuffisamment cuits (poisson, viande, volaille, lait).
  • veillez à un lavage soigneux des mains avant chaque repas.
VIH Sida
  • Prévalence non négligeable du virus. Les mesures de prévention sont indispensables.
Quelques rappels
  • ne caressez pas les animaux que vous rencontrez ;
  • veillez à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto) ;
  • emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin pendant la durée de votre séjour.
Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

Infos utiles

Législation locale
  • La consommation d’alcool est autorisée dans les hôtels et restaurants touristiques.
  • L’usage et la possession de drogues sont très sévèrement punis, les sanctions allant de 25 ans de prison à la peine capitale. Il n’est pas prévu de peine intermédiaire quelle que soit la quantité ou la nature de la substance consommée.
  • Les coutumes et les lois sont conformes aux pratiques de la charia. Le tourisme sexuel et la prostitution sont sanctionnés en Egypte. Par ailleurs, les manifestations extérieures de l’intimité affective sont considérées comme contraires aux bonnes moeurs.
  • La loi égyptienne interdit le commerce sur place et l’exportation privée d’objets d’origine archéologique. Les fraudes sont sévèrement réprimées. Pour éviter tout contentieux, le visiteur étranger qui possède des pièces archéologiques doit les déclarer dès son arrivée en Egypte.
Divers
  • Il est recommandé d’être toujours vêtu décemment en public et, pour les femmes en particulier, de porter des vêtements qui couvrent les bras et les jambes jusqu’aux genoux. De manière générale, il convient d’être très attentif à son aspect extérieur dès que l’on se trouve au contact de la population locale. Enfin, il faut avoir à l’esprit que les femmes européennes, accompagnées ou a fortiori seules, sont souvent l’objet d’une attention intéressée.
  • L’attention des voyageurs est appelée sur les escroqueries que peut comporter l’usage des cartes de crédit, notamment auprès des petits commerçants. Il est préférable, dans ce cas, de régler en espèces. Si la carte de crédit est le seul moyen de paiement disponible, il convient de vérifier soigneusement le montant sur chacun des feuillets et de faire précéder ce montant de la mention « EGP » (pour Egyptian Pound) afin d’éviter que la somme à débiter soit calculée dans une autre devise. En outre, le voyageur doit conserver avec soin le feuillet de paiement qui lui revient, ainsi qu’une facture du magasin, pour vérification ultérieure.
  • Par ailleurs, de plus en plus de cas d’achats immobiliers par des touristes (notamment dans les stations balnéaires) sont effectués au détriment de l’acheteur européen, faute de traduction des actes en bonne et due forme.
  • Compte tenu des conditions climatiques, particulièrement en été, les personnes âgées et les enfants doivent se prémunir contre la chaleur en veillant à s’hydrater et à ne pas s’exposer au soleil pendant les heures les plus chaudes.
  • La plongée sous-marine est très répandue sur le littoral de la mer Rouge. Il est recommandé aux amateurs de faire preuve de prudence, en particulier s’ils sont peu expérimentés ou si la structure d’accueil est modeste. On déplore chaque année plusieurs accidents mortels liés à une mauvaise évaluation de la capacité physique des plongeurs. Avant de pratiquer ce sport, il y a lieu de s’assurer de la présence d’un caisson de décompression à proximité. L’attention des plongeurs est appelée sur le fait que la mer Rouge abrite une population de requins, dont certaines espèces sont dangereuses. Les accidents sont rares mais, quand ils surviennent, mortels. Il convient d’observer strictement les recommandations des responsables de centres de plongée à cet égard.

Localisation / nombre de caissons de décompression:

Hourghada : 2

El Gouna : 1

Safaga : 1

Marsa Alam : 1

Charm El Cheikh : 2

Dahab : 2

Il n’existe pas de caissons de décompression sur les sites de Noueiba et de Taba. En cas d’accident, le ressortissant étranger est évacué à Eilat (Israël). A noter également que le corail fait l’objet d’une protection de plus en plus affirmée en Egypte : prélèvements ou dégradations sont punissables.

Contacts utiles

Police touristique : 126 (à composer d’un téléphone fixe ou mobile depuis l’agglomération du Caire)
Hôpitaux

Le Caire

  • Centre médical Ghaly : 2238 99 95 / 2238 99 97 ; 012 322 50 13, 012 313 43 32
  • Al Salam International de Maadi : 524 02 50
  • Anglo-Américain de Zamalek : 735 61 62

Alexandrie

  • Hôpital El Salama - Semouha

35 rue Mohamed Bahaa Al Din Al Ghouri, Sidi Gaber, Alexandrie www.andalusia-smouha.net

Pour les urgences et réserver les consultations : 16781. Pour réserver les opérations : 03 42 76 532. Pour communiquer avec les services administratifs : 03 42 75 124. Pour tout renseignement par internet : smouha@andalusiagroup.net

  • Hôpital El Salama – Al Chalalat

7 rue Mohamed Motawaa, de la rue Sultan Hussein, El Chalalat, Alexandrie

www.andalusia-alshalalat.net

Pour les urgences et réserver les consultations : 16781. Pour réserver les opérations : 012 07 77 26 69 / 012 07 77 26 70. Pour communiquer avec les services administratifs : 03 48 79 999. Pour tout renseignement par internet : alshalalat@andalusiagroup.net

  • Le nouveau Centre Médical - Semouha

Avenue 14 mayou « 14 mai », Semouha, Alexandrie

No de téléphone : 03 42 72 652 / 03 42 72 663 / 012 22 37 01 71 / 012 22 37 01 17

Louqsor

  • Hôpital Al salam international : 095 237 96 29 ou 238 71 92 à 94

Hourghada et El Gouna

  • Hôpital Nile : 065 355 09 74 à 77
  • Hôpital El Gouna : 065 358 00 11 à 16

Charm El Cheikh

  • Hôpital Al Salam International : 069 366 08 93 à 95
©2010 Ministère des Affaires étrangères et du Développement international