conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/canada-quebec-compris/

Canada (Québec compris)

Dernière mise à jour le: 25 octobre 2014 - Information toujours valide le: 26 Octobre 2014

Dernière minute

Attentats à Saint-Jean de Richelieu et à Ottawa – octobre 2014

Le Canada a été la cible d’attaques terroristes, les 20 et 22 octobre à St Jean de Richelieu, près de Montréal, et à Ottawa. Les autorités canadiennes ont relevé le niveau « d’alerte terroriste » de bas à moyen.

Il est recommandé de faire preuve de vigilance dans les transports en commun ou aux abords des lieux ou événements représentants l’ Etat canadien.

Les consignes données par les autorités canadiennes doivent être respectées : mesures de confinement lors du déclenchement d’une alerte, respect des mesures de non circulation lorsqu’elles sont activées, respect des consignes générales de sécurité (circulation routière, comportement sur la voie publique).

Sécurité

Délinquance

Une faible délinquance au Canada et un sentiment général de sécurité n’excluent pas un comportement citoyen afin de prévenir tout type de vol d’objets de valeur (bijou, appareil photo…) ou de documents administratifs (passeport, carte d’identité…).

Risques naturels

La Colombie Britannique est une région de forte activité sismique et le risque de tremblement de terre dans la région de Vancouver est sérieux.

La façade Atlantique (notamment Terre-Neuve et le Cap Breton) peut être balayée par des queues d’ouragan.

Face aux risques naturels, les mesures de précaution habituelles sont de rigueur.

Transports

Le renforcement de la sécurité dans les transports au Canada entraîne des délais d’attente supplémentaires au départ et à l’arrivée dans les aéroports et au franchissement des frontières terrestres avec les États-Unis.

Infrastructure routière

En hiver (d’octobre à avril), faire attention aux conditions météorologiques (neige et température très basse) et circuler avec des véhicules munis de « pneus d’hiver ». Vérifier, le cas échéant, que le véhicule de location en est équipé. Pour les véhicules de location, il est préférable de souscrire une assurance tous risques, aussi onéreuse qu’elle puisse paraître. En cas d’accident, les protagonistes n’hésitent pas à recourir aux tribunaux.

Des panneaux signalent parfois l’entrée dans des zones particulièrement difficiles : lorsque les voyants lumineux clignotent, il est interdit d’emprunter la route en question (ex : à l’entrée du parc des LAURENTIDES, menant de Québec à CHICOUTIMI).

Au nord de la région du SAGUENAY-LAC SAINT-JEAN, les pistes ne peuvent être parcourues qu’en véhicule quatre roues motrices. Lorsqu’on s’éloigne de Québec dans la direction du nord, des problèmes d’approvisionnement en carburant peuvent se poser du fait de la très faible densité de la population (4 habitants au km2), et des très longues distances qui peuvent séparer deux stations-service (plus de 100 km ).

Transport aérien

L’attention de nos ressortissants est appelée sur les règlements très stricts à respecter en matière de sécurité.

A l’enregistrement des bagages, il y a lieu de répondre avec sérieux et précision aux questions qui vous sont posées par les employés et d’éviter toute plaisanterie sur le contenu de vos bagages, de très sérieux ennuis avec les services de sécurité (pouvant aller jusqu’à l’incarcération) étant susceptibles de résulter de toute attitude prêtant à équivoque.

Pour toutes informations complémentaires, consulter le site de l’ACSTA http://www.acsta.gc.ca/accueil (Administration Canadienne de la Sûreté du transport aérien).

Entrée / Séjour

Visa de court séjour

Pour un séjour touristique de moins de six mois, il n’y a pas d’obligation de visa et le passeport en cours de validité suffit.

Les agents d’Immigration Canada font preuve d’une grande vigilance et refusent l’entrée sur le territoire en cas de doute sur le motif du séjour et la probité des voyageurs.

Ils ont tous pouvoirs pour décider d’un refoulement immédiat à la frontière. Les services consulaires français ne peuvent en aucun cas intervenir dans une procédure de reconduite à la frontière, cette décision relevant de la seule appréciation des autorités canadiennes.

Les questions posées sont souvent très précises et ciblent les tentatives de détournement du séjour touristique, à des fins de prospection d’emploi, d’emplois temporaires, d’études ou d’installations hors procédure d’immigration.

L’admission peut donc s’avérer difficile, voire impossible, dans certains cas.

Un permis de travail, un permis d’étude ou un visa spécifique sont requis pour :

  • exercer une activité professionnelle (garde d’enfants, vente, restauration, concerts ou autres activités artistiques compris) ;
  • effectuer un stage, rémunéré ou non ;
  • suivre des études.

Il est donc indispensable de se renseigner avant le départ auprès de la représentation canadienne de son pays de résidence.

Il est important de disposer d’un billet de retour et de pouvoir justifier si nécessaire de moyens de subsistance au Canada pendant 6 mois.

S’agissant des enfants mineurs non accompagnés de leurs parents, une autorisation de voyage ou lettre de consentement à voyager doivent être rédigées et signées par les deux parents (ou par les tuteurs légaux).

Santé

Avant le départ, en raison du coût très élevé des soins médicaux et hospitaliers, il est très vivement conseillé de contracter une assurance.

En cas de nécessité, contacter les urgences ou se rendre dans le service d’urgences du centre hospitalier le plus proche ou, au Québec, dans des « centres locaux des services communautaires » (identifiables sous le sigle C.L.S.C. et signalés par des panneaux blancs sur fond vert) qui constituent un réseau de soins réparti sur l’ensemble du territoire de cette province.

Le règlement des frais d’hospitalisation des voyageurs est exigible avant la sortie du centre hospitalier.

Il importe de s’assurer que la compagnie auprès de laquelle un contrat est souscrit dispose d’une représentation ou de correspondants dans les provinces de l’ouest canadien.

Virus West Nile

Plusieurs cas de contamination par ce virus ont été signalés aux États-Unis ces derniers années et quelques rares cas au Canada.

Ce virus, contre lequel il n’existe pas de vaccination, est véhiculé par les moustiques. Aussi, convient-il de prendre des précautions, surtout dans les zones marécageuses.

Les autorités sanitaires locales ont recommandé des mesures de prévention individuelles :

  • porter des vêtements à manches longues et recouvrant les jambes.
  • appliquer des produits cutanés pour éloigner les insectes, contenant, par exemple, du D.E.E.T.
  • limiter les sorties extérieures aux lever et coucher du soleil, périodes de la journée où les moustiques sont les plus actifs.

Le Canada étant un pays de lacs et de forêts, les insectes sont nombreux en juin et juillet. Il faut donc se munir d’une crème répulsive, notamment pour les personnes souffrant d’allergies, d’un antihistaminique assez puissant.

Les plantes vénéneuses étant répandues en forêt, il est conseillé de ne pas faire de cueillette, de faire attention aux épineux et de ne pas sortir des sentiers balisés.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Législation locale

Alcool
L’âge minimum pour consommer ou se procurer de l’alcool est :

  • au Québec, de 18 ans ;
  • dans l’Ontario, en Colombie Britannique et au Nouveau-Brunswick, de 19 ans.

Taux d’alcoolémie
Le taux d’alcoolémie autorisé au volant est de 0,8 g/l au Québec, et de 0,5 g/l en Ontario, en Colombie britannique ainsi que dans les Provinces atlantiques (Nouvelle-Ecosse, Nouveau-Brunswick, Ile du Prince Edouard, Terre-Neuve et Labrador).
Aucune tolérance en ce qui concerne les jeunes de 16 à 21 ans et les nouveaux conducteurs. En cas de non-respect de ces règles, le conducteur est passible d’une amende et d’une suspension immédiate de son permis de conduire pour une durée de trois mois (d’un an en cas de récidive), voire de la confiscation de son véhicule et de sa mise en fourrière ainsi que, dans les Provinces atlantiques, d’arrestation.
De manière générale, les sanctions ont été modifiées ces dernières années dans le sens d’une plus grande sévérité, notamment en Alberta : http://www.saferoads.com/drivers/impaired.html.

Drogue
La consommation de stupéfiants, y compris de drogues dites «douces», est illégale. Relevant du code criminel, elle est fortement réprimée.

Contacts utiles

Urgences : 911
État des route : 511 (appel gratuit)
Hôpitaux
  • Service Info Santé : 811

A Vancouver :

  • Hôpital Général : + 1 604 875 41 11
  • Hôpital pour enfants : + 1 604 875 23 45

A Winnipeg :

  • Hôpital Général Saint Boniface : 204 235 31 50

A Toronto :

  • St Michael’s Hospital : + 1 416 360 40 00
  • Toronto General Hospital : + 1 416 340 48 00
  • Hospital for sick children : + 1 416 813 15 00

A Montréal :

  • CHUM, Hôtel Dieu : + 1 514 890 80 00
  • Sacré Cœur de Montréal : + 1 514 338 22 22
  • Hôpital Ste-Justine (enfants) : + 1 514 345 49 31

Provinces maritimes :

A Moncton :

  • Hôpital Georges Dumont (francophone) : 506 862 40 00

A Halifax :

  • Queen Elisabeth Health Sciences Centre : + 1 902 473 27 00

A Charlottetown :

  • Queen Elisabeth Hospital : + 1 902 894 21 11

A Saint John :

  • The general Hospital Health Sciences Center : + 1 709 777 63 00

A Fredericton :

  • Hôpital Dr Everett Chalmers : + 1 506 452 54 00

A Saint-Jean :

  • Hôpital régional Saint-Jean : + 1 506 648 60 00

A Edmonton :

  • Hôpital régional Edmonton : + 1 506 739 22 00
©2010 Ministère des Affaires étrangères et du Développement international