Déclaration pour la réunion des Amis du Yémen (23 mai 2012)



La France salue la tenue de la réunion ministérielle des Amis du Yémen aujourd’hui à Riyad, organisée sous la co-présidence de l’Arabie saoudite, du Royaume-Uni et du Yémen.

Au moment où le Yémen s’est engagé sur la voie de la transition politique après avoir parcouru un chemin courageux, cette réunion constitue une étape importante pour les autorités yéménites comme pour la communauté internationale.

Cette réunion sera l’occasion pour la communauté internationale d’exprimer son plein soutien au processus engagé au Yémen. Les nombreux défis auxquels est confronté le pays et les enjeux qui en découlent pour toute la région, appellent une réponse concertée, déterminée et globale, à la fois politique, sécuritaire, économique et humanitaire, en liaison avec tous les pays de la région, en particulier les Etats du CCEAG. Cette réunion sera également l’occasion pour les autorités yéménites de présenter leurs initiatives et leurs projets de réformes dans les secteurs essentiels pour le pays.

La France est pleinement engagée dans le soutien à la transition politique et prendra toute sa part à cette réunion. La France entend apporter sa contribution à l’aide internationale, à la fois dans le domaine de la transition démocratique, notamment la réconciliation entre Yéménites et la consolidation de l’unité nationale, mais aussi dans celui du développement économique et social et du rétablissement de la sécurité.

Dans le cadre du dialogue national yéménite qui sera prochainement lancé et dans la lignée de notre tradition de coopération dans le domaine de la gouvernance démocratique, la France apportera son aide au Yémen dans le cadre de réforme de la constitution et de la loi électorale.

La France entend également se tenir au côté du Yémen face aux immenses défis humanitaires auxquels il est confronté, en particulier pour lutter contre la malnutrition qui frappe ce pays.

C’est dans ce cadre que la France soutient financièrement les organisations internationales telles que le PAM et l’UNICEF pour la distribution de compléments alimentaires qui bénéficieront à 32 000 enfants. C’est dans ce cadre aussi que la France, à la suite du terrible attentat d’hier, à souhaité réagir rapidement, en prenant en charge cinq blessés graves par notre hôpital militaire à Djibouti.