Concertations régionales et territoriales autour de la coopération décentralisée



Les processus de concertation et d’information autour de la coopération décentralisée et de l’action internationale des collectivités territoriales

En liaison étroite avec la CNCD, se mettent en place progressivement et librement des processus de concertation et d’information autour de la coopération décentralisée et de l’action internationale des collectivités territoriales.

Les processus régionaux (ou territoriaux) de concertation, d’information et de formation à la coopération décentralisée et à l’action internationale, peuvent faire l’objet d’un appui du ministère des Affaires étrangères. Certains se sont constitués sous la forme de réseaux avec des acteurs de la société civile. D’autres choisissent, dans un premier temps, de rassembler les pouvoirs publics (État et collectivités territoriales) au niveau d’une même région (Bretagne, Poitou-Charentes…) - voire d’un département ou d’une agglomération - de sorte de contribuer à l’élaboration de stratégies politiques partagées (avec la société civile), sans tutelle d’une collectivités sur une autre, et sur un territoire pertinent, à l’initiative du Préfet et/ou du Président du Conseil régional, par exemple, voire du CESR.

Dispositifs réunissant les collectivités territoriales et représentants de l’État

  • En Bretagne le Comité régional de coopération décentralisée (CRCD) rassemble les collectivités territoriales qui agissent ou souhaitent agir à l’international et contribuer ainsi au rayonnement international de la Bretagne. Il établit un état de la coopération décentralisée qu’il tient à jour et organise des concertations régulières. Le Bureau du Comité est constitué de 23 membres dont des représentants de chacun des Départements, de chacune des villes chef-lieu, des communes (3 par département), et du Conseil régional. Le Président est le Maire de Saint-Brieuc, Président de la Commission des affaires culturelles et de la coopération décentralisée au Conseil régional. Le bureau est politiquement équilibré. Le Comité se réunit une ou deux fois par an en présence du Préfet de Région ou son représentant. Il peut s’organiser en groupes thématiques ou géographiques.
  • La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane envisagent de créer une structure commune pour les négociations à venir sur les actions internationales qui concernent la zone Caraïbes.
  • Pour la Région Réunion, la Conférence de la Coopération régionale, présidée par un Délégué à la coopération régionale constitue, dans le même sens, une instance de concertation de la Région et des départements de la Réunion et de Mayotte, avec les préfets.
  • En région Limousin, il existe une association des communes jumelées qui joue approximativement ce rôle mais plus modestement à ce jour.

Dispositifs associant État, collectivités avec les représentants des acteurs du territoire régional

  • En Rhône-Alpes, RESACOOP associe le Conseil régional avec l’Etat (SGAR), des représentants des ONG et des universitaires ainsi que les collectivités territoriales impliquées dans la coopération décentralisée et l’aide au développement. Ce dispositif devrait prendre la forme d’un GIP (Etat, collectivités territoriales, universités, ONG, centres hospitaliers…). Son budget annuel (dont 90% sur financements publics) est de 150 000 euros. RESACOOP tient à jour une base de données des acteurs de la coopération décentralisée.
  • En Lorraine, le Conseil régional gère une Conférence régionale annuelle de Coopération décentralisée, espace de rencontre et d’échange avec les acteurs de la coopération.
  • En Ile-de-France, un Comité de pilotage mis en place par le Conseil régional regroupe des collectivités locales, les associations de solidarité internationale, la Chambre régionale de commerce et d’Industrie avec l’Etat (SGAR) avec comme objectifs : diffusion et échange d’informations, formation des acteurs de la solidarité internationale, concertations géographiques et thématiques, coordination des actions de sensibilisation à la solidarité internationale.
  • En Basse-Normandie, Le Centre de ressources pour la coopération décentralisée et la solidarité internationale (Horizons solidaires) regroupe des collectivités locales avec des ONG régionales, et des établissement de formation. Objectifs : informer, favoriser la mise en relation des acteurs de la région, promouvoir l’éducation au développement, … (Budget : 470 000 euros) .
  • En région Centre, le Collectif régional des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale (CENTRAIDER) rassemble les représentants des ONG, des établissements publics avec ceux des collectivités territoriales. (Budget : 88 600 euros).
  • En Champagne-Ardenne, le Réseau des élus, citoyens et professionnels pour la coopération (RECIPROC) cherche à élargir la concertation avec l’ensemble des acteurs, à l’initiative de l’IRCOD.

Réseaux de concertation des acteurs de la solidarité internationale

  • En Aquitaine Réseau aquitain pour le développement et la solidarité internationale (RADSI). (Budget : 23 000 euros)
  • En région Nord-Pas-De-Calais, LIANES COOPERATION favorise les synergies et contribue à l’amélioration des projets + dispositif de recensement et de diffusion. (Budget : 130 000 euros)
  • En Bretagne, la CASI rassemble les ONG de la région.
  • En Auvergne, CERACOOP (Centre de ressource et d’appui pour la coopération internationale en Auvergne) anime un réseau d’acteurs de la coopération et fait la promotion de la coopération internationale. (Budget : 46 000 euros)
  • En Franche-Comté, le Centre des ressources pour la coopération décentralisée (CERCOOP) recense les acteurs de la région, diffuse l’information sur la coopération décentralisée, peut accompagner les acteurs dans le montage de leurs projets, recherche une mutualisation des pratiques. (Budget : 104 000 euros)
  • En Pays-de-la-Loire, le Réseau ALCID anime un réseau d’acteurs de la coopération internationale. Priorités : éducation au développement, sensibilisation des élus à la coopération décentralisée. (Budget : 95 000 euros)
  • Poitou-Charentes, CASI porte au niveau régional les thèmes de la solidarité internationale, de la lutte contre les injustices et les inégalités, et du dialogue entre les peuples, pour la reconnaissance de ces thématiques et pour contribuer mieux encore à l’action.
  • En Provence Alpes Cotes-d’Azur, MEDCOOP (Collectif pour le développement de la coopération décentralisée en Méditerranée) a constitué une plate-forme d’échanges d’expériences, informe le public, contribue à la constitution de réseaux euro-méditerranée.
  • En Bourgogne, l’Association bourguignonne de coordination de la coopération (AB2C) entend regrouper les associations, établissements scolaires, collectivités locales engagées dans la coopération décentralisée.

En savoir plus

Mise à jour : 22.05.13